CHINE

Tué pour avoir photographié des brutalités policières avec son portable

Lorsque Wei Wenhu a vu les forces de l'ordre tabasser des villageois qui manifestaient, à Tianmen (centre), il a sorti son téléphone pour prendre des photos de la scène. Mais il s'est fait repérer, et une vingtaine de policiers se sont rués sur lui.

Publicité

Lorsque Wei Wenhu a vu les forces de l'ordre tabasser des villageois qui manifestaient, à Tianmen (centre), il a sorti son téléphone pour prendre des photos de la scène. Mais il s'est fait repérer, et une vingtaine de policiers se sont rués sur lui.

Il a crié qu'il était prêt à effacer ses photos et même à leur donner son téléphone. Rien n'y a fait. Wenhu a été si violement battu qu'il est mort à l'hôpital le jour même, le 7 janvier dernier. Cet incident déchaîne la colère des blogueurs, qui multiplient les hommages à ce « journaliste citoyen ». Les autorités, sous pression, ont décidé de diligenter une enquête sur cette bavure. Elles ont même renvoyé le responsable des forces de police de la ville.

Dans un pays où les médias sont largement censurés, ce type de scandale éclate le plus souvent sur Internet. Voici quelques exemples de vidéos et photos postées par ces « journalistes citoyens ».

Arrestation musclée

16 février 2007 - province de Anhui (est). Vidéo tournée lors d'une manifestation de protestation contre un programme d'expulsion décidé par les autorités locales.

« Range ce portable »

21 juin 2007 - ville de Guangzhou (sud).

Les blogueurs dénoncent en photos les bavures de la police

Images: Zhaomu