CHINE

Ras-le-bol des JO

Documents rassemblés par , notre éditrice régional Chine. Les Jeux Olympiques s'ouvriront à Pékin le 8 août 2008. Pour les autorités chinoises, comme pour les simples citoyens, cet événement est bien plus qu'une rencontre sportive. L'annonce faite par le comité Olympique, en 2001, que les jeux se dérouleraient en Chine, fut d'abord une source de fierté pour la population chinoise. Mais, six ans plus tard, les réactions des blogueurs sont plus mitigées. Face aux expropriations ordonnées par le gouvernement pour « rénover » Pékin, ou aux constructions mégalomaniaques engagées pour impressionner l'étranger, ils se demandent aujourd'hui si ces jeux seront ceux du peuple, ou du Parti du peuple.Lire la suite... Posez vos questions à , et , les contributeurs de ce dossier.

Publicité

Documents rassemblés par Zhang, notre éditrice régional Chine.

Les Jeux Olympiques s'ouvriront à Pékin le 8 août 2008. Pour les autorités chinoises, comme pour les simples citoyens, cet événement est bien plus qu'une manifestation sportive. L'annonce faite par le Comité olympique, en 2001, que les jeux se dérouleraient en Chine, fut d'abord une source de fierté pour la population chinoise. Mais, six ans plus tard, les réactions des blogueurs sont plus mitigées. Face aux expropriations ordonnées par le gouvernement pour « rénover » Pékin, ou aux constructions mégalomaniaques engagées pour impressionner l'étranger, ils se demandent aujourd'hui si ces jeux seront ceux du peuple ou ceux du Parti du peuple.

Posez vos questions à Wang Xiaofeng, Doubleleaf Chen et Zhebao Pavilion, les contributeurs de ce dossier.

Logos et mascottes détournés par les blogueurs chinois

Les véritables mascottes et logos des Jeux Olympiques.

 

Les logos et mascottes détournés par les blogueurs

(image : www.crd-net.org/ http://blog.sina.com.cn)

« Les Jeux Olympiques, c’est un peu comme un coup d’un soir : ça doit paraître romantique, même si tout est faux »

Wang Xiaofeng est blogueur renommé travaillant pour l'hebdomadaire "Sanlian Life".

Pékin est sous les feux de la rampe. A cause des JO, tous les médias ont les yeux rivés sur notre ville. Et il serait gênant que nos invités débarquent au milieu de façades décrépies. Les routes, les centres commerciaux, les petits magasins, tout doit être rénové.

Même les menus des restaurants et les panneaux d'indication doivent être modifiés afin d'être moins directifs, plus polis, et ainsi ne pas heurter les sensibilités étrangères. Par exemple, il ne faudrait plus dire « interdit de s'allonger sur la pelouse » ou « interdit de photographier », mais « s'il vous plaît ne vous allongez pas sur la pelouse ! » et « s'il vous plaît ne prenez pas de photos !». Jusqu'où va-t-on aller ? Est-ce que la Cité interdite va devenir la « cité ouverte » pour que nous paraissions plus hospitaliers ? Que de sacrifices pour sauver la face... »

(publiée le 8 septembre 2007)

« Les Jeux Olympiques ne sont jamais uniquement un événement sportif »

Doubleaf est un jeune home vivant dans la province du Jiangsu et travaillant à Pékin. Il se décrit comme n'ayant « pas d'argent, pas de maison, pas de véhicule ni de petite amie ».

Les immeubles de mon quartier sont tous en rénovation en vue des JO. Pourtant, j'habite dans la zone 5 de Pékin, et il y a peu de chance que des touristes passent par ici. C'est juste au cas où. Ceci dit, comparé à l'empereur Yang, de la dynastie Sui, qui exigeait que l'on emballe les arbres dans des étoffes précieuses, cette rénovation n'est pas si démesurée.

(image © http://ko-htike.blogspot.com)

Quand j'ai appris que nous allions organiser les JO, il y a six ans, j'ai sauté de joie. Mais je déchante aujourd'hui, comme d'ailleurs les autorités. Car les Jeux Olympiques sont désormais très politisés. Des tas de groupes de pression attendent des améliorations dans le domaine des droits de l'homme, de la démocratie, de l'environnement, etc. Si, par exemple, le gouvernement subi la pression des pays occidentaux sur la question du Darfour, c'est bien parce que les JO approchent. Le rédacteur en chef d'un journal [chinois] a même déclaré aujourd'hui que si le gouvernement avait su ce qui allait se passer, il n'aurait pas demandé à organiser cet événement.

Il existe là un paradoxe : les autorités tentent d'utiliser les JO pour démontrer la puissance de la nation chinoise, mais elles se plaignent dans le même temps que cette rencontre sportive soit liée à des questions politiques pour les pays étrangers.

Les Jeux Olympiques ne sont jamais uniquement un événement sportif. Hitler a utilisé les JO de 1936 pour sa propagande nationaliste. Les JO de Séoul, en 1988, ont quant à eux accéléré le processus de démocratisation de la Corée du Sud.

Il paraît que plus de 30 000 journalistes étrangers seront à Pékin au moment des JO. Si quelque chose d'important se passe à ce moment dans un autre coin du pays, à Shangaï, au Nanjing ou au Xinjiang, tous ces reporters vont se ruer sur le lieu de l'événement... Pour le gouvernement, comme pour les citoyens, les Jeux ne sont pas juste un moyen de gagner quelques médailles d'or."

(publiéé le 7 octobre 2007 © pimpmycountry.com )

« Le stade de Pékin a été mal conçu »

Texte publié sur son blog par "Zhebao Pavilion", une jeune ingénieur de 21 ans.

Le nouveau stade olympique (à Pékin, dans le parc des Jeux Olympiques) a une structure d’acier très complexe, mais pas assez haute. Les jours ensoleillés, l’ombre de la structure couvrira le terrain et empêchera le public de bien voir les athlètes. En outre, ce stade n’a pas de toit pour protéger de la pluie. Et on ne peut pas en ajouter un, car la structure métallique n’est pas assez solide. En bref, l’architecture est belle, mais elle n’est pas adaptée. Les membres du groupe d’évaluation des travaux sont tous des architectes célèbres ou des officiels. Les premiers ne s’intéressent qu’à l’impact politique de l’événement. Les seconds courent après la gloire. Et ce type de problème de construction ne touche pas uniquement le stade de Pékin. C’est la même chose avec tous les grands projets récents, comme le bâtiment de CCTV [chaîne de télévision] ou le grand opéra de Pékin : ils sont excentriques et chers, mais pas fonctionnels. Et tout cela est dû à la vanité de notre gouvernement."

(texte du 27 septembre 2007)

« Laissez la rue aux étrangers… »

Cette photo, prise à Pékin, a été publié par Boxun, un site spécialisé dans les droits de l'homme basé aux Etats-unis. La banderole pendue au-dessus de l'étal affiche le message suivant : « Sortez moins souvent pour permettre à nos amis étrangers de se déplacer plus rapidement dans la ville ».

 

(publiée le 7 octobre 2007 © Boxun News )