Accéder au contenu principal

Qui sommes-nous ?

Les Observateurs, c'est un site en quatre langues (français, anglais, arabe et persan) et deux émissions participatives de France 24 (une hebdomadaire et une mensuelle). Nous couvrons l'actualité internationale au travers des témoignages directs d'"Observateurs", c'est à dire des citoyens qui sont au cœur des événements. Vidéos, textes, photos : l'intégralité des contenus publiés sur ce site viennent d'"amateurs", mais ils sont sélectionnés, vérifiés, traduits et expliqués par des journalistes de France 24.

Comment devenir Observateur ?

Si vous avez été témoin d’un événement ou phénomène d’actualité intéressant que vous l’avez documenté en filmant ou en prenant des photos, vous pouvez contacter nos journalistes.

Vous pouvez aussi nous envoyer des liens vers des photos ou vidéos amateur que d’autres témoins pourraient avoir pris en nous donnant des indications sur le lieu, la date, le type d’évènement qu’elles montrent, ainsi que votre rapport à l’évènement en question. Nous pouvons préserver votre anonymat si c’est nécessaire pour votre sécurité.

Devenir Observateur

Nos Observateurs collaborent avec nous sur la base du volontariat, et ne sont pas rémunérés pour leurs contributions. Ce sont des hommes et des femmes venant du monde entier et vivant aussi bien dans de petits villages que dans les grandes capitales, ils peuvent être médecins, mineurs ou professeurs… Ils sont vos yeux aux quatre coins du monde.

Méthodologie

Les Observateurs de France 24, c'est un site collaboratif entre une équipe de journalistes basée à Paris et un réseau international d’Observateurs. Nous travaillons de deux manières :

1) Nos Observateurs nous envoient des informations sur des événements auxquels ils ont assisté et qu’ils ont documentés avec des photos et/ou des vidéos.

2) Notre équipe de journalistes trouve des images sur les réseaux sociaux et essaye de contacter son auteur ou une personne ayant des informations de première main sur les événements en question. Si nous sommes en mesure de vérifier leurs propos et qu’ils acceptent de rejoindre notre réseau, ils deviennent des Observateurs.

Quand nous sommes certains de l’authenticité des informations et des documents venant les appuyer, nous publions un article sur notre site. L’article est composé d’une introduction rédigée par un de nos journalistes, expliquant le contexte, l’intérêt et la pertinence du témoignage de nos Observateurs. Vient ensuite le témoignage de notre ou nos Observateurs, récolté par téléphone ou via les réseaux sociaux.

Vérification des informations

Pour vérifier les informations fournies par nos Observateurs – notamment lors de leur première contribution – nous utilisons les méthodes journalistiques traditionnelles.

La première fois que nous entrons en contact avec un potentiel Observateur (qu’il vienne à nous ou inversement), nous le traitons comme n’importe quelle source d’information. Nous demandons de la documentation photo ou vidéo, nous lui posons des questions précises sur son accès à l’événement en question et ce qui l’a poussé à nous alerter. Nous faisons preuve de prudence.

Nous recoupons les informations qu’il nous fournit avec des sources journalistiques, académiques ou toute autre source fiable, y compris des organisations gouvernementales et non-gouvernementales. Nous contactons les autorités pertinentes ou d’autres parties concernées. Quand un Observateur a contribué au moins une fois, il entre dans notre réseau et devient une source d’information potentielle.

Vérification des images

Nous adoptons la méthode suivante pour vérifier les photos et vidéos que nous envoient nos Observateurs, qu’ils affirment les avoir prises eux-mêmes ou les avoir trouvées sur internet.

  • Nous tentons de contacter l’auteur des images s’il est différent de notre Observateur.
  • Nous regardons si l’image n’a pas déjà été publiée ailleurs auparavant via la recherche par image de Google, InVID, Amnesty YouTube Dataviewer et autres.
  • Nous examinons l’image à la recherche de signes de manipulation, falsification ou photomontage.
  • Nous montrons l’image à d’autres Observateurs fiables, qui ont des informations de première main sur la problématique ou le lieu concerné.
  • Nous montrons l’image à des sources expertes de la problématique ou du lieu.
  • Nous comparons l’image à d’autres publications portant sur le même événement.

Intox

Notre travail avec des contributeurs amateurs a fait de nous des experts de la vérification d’images de « sources non-traditionnelles ». Depuis 2014, notre équipe de journalistes a mis cette expertise à l’honneur dans une rubrique spécifique intitulée Info/Intox.

Nos journalistes analysent et vérifient des photos et vidéos qui ont massivement circulé en ligne, mais qui ont pu être faussées, manipulées ou sorties de leur contexte. Nous partageons nos connaissances avec le public, par exemple dans notre guide détaillé sur la vérification des images.

Nous produisons chaque semaine une vidéo pédagogique intitulée Info/Intox pour transmettre les bons réflexes face aux fausses images diffusées sur internet.

Financement, coopération et partenariats

La rédaction des Observateurs, en tant que service de France 24, est intégrée dans le groupe France Médias Monde, détenu à 100% par l’État français. Ce groupe demeure indépendant d’un point de vue éditorial. La rédaction des Observateurs adhère par ailleurs à la charte de déontologie de France Médias Monde.

La rédaction des Observateurs de France 24 ne soutient aucun parti politique, aucun candidat, ni aucun programme où que ce soit. Nos journalistes ne prennent part à aucune activité de militantisme politique.

Dans le cadre de notre travail avec des contributeurs amateurs, les Observateurs de France 24 vérifient des images amateur depuis 2007. Nous croyons au partage de notre expertise avec le public, nos confrères et d’autres rédactions, et avec les plateformes en ligne sur lesquelles ces contenus sont partagés.
Pour ce faire, nous coopérons avec les organisations et initiatives suivantes :

L’International Fact-Checking Network (IFCN) est un réseau international de vérificateurs des faits basée à l’institut américain Poynter. L’IFCN fait la promotion de meilleures pratiques dans le domaine du fact-checking et organise des échanges via des bourses et d’autres programmes. En 2017, l’IFCN a ainsi financé un échange entre les Observateurs et Teyit.org, une organisation de vérification turque basée à Ankara.

Si une entité ou une personne estime que nous ne respectons pas les standards établis par l'IFCN, ils peuvent le signaler à l'IFCN.

Crosscheck est une association de médias français de vérification des faits. Elle a été lancée dans le cadre d’un projet ponctuel autour de l’élection présidentielle, avec le soutien financier de First Draft News et Google News Lab de février à mai 2017.

Google News Initiative – Google fournit tous les ans un financement aux Observateurs dans le cadre de son programme Google News Initiative Fellowship en partenariat avec le Centre européen du journalisme, pour qu’un jeune journaliste puisse effectuer un stage de huit semaines au sein de la rédaction.

Facebook via son outil contre les fausses informations. Les Observateurs de France 24 ont commencé à travailler avec Facebook en 2017. Avec d’autres organisations de fact-checking basées aux quatre coins du monde, notre équipe identifie les fausses informations circulant sur ce réseau social et sur Instagram et reçoit des fonds en contrepartie. Si un élément est identifié comme faux, Facebook diminue sa fréquence sur les fils d’actualité des utilisateurs. Facebook s’assure qu’il apparaît accompagné d’un lien vers un article rédigé par un des partenaires des organisations de vérification des faits.
En 2018, les fonds alloués par Facebook ont permis à la rédaction de financer un poste de journaliste à temps plein sur le projet Info/Intox.

Entre avril 2016 et avril 2017, les fonds alloués par le New Venture Fund ont permis à la rédaction de financer un poste de journaliste à temps plein sur le projet Les Observateurs s’engagent.

Les financements extérieurs n’influencent en rien notre travail journalistique et la participation au programme de Facebook n’a pas d’influence sur la sélection des photos et vidéos que nous vérifions.

Corrections

Si nous recevons des informations pertinentes après la publication initiale, nous les ajoutons à l’article original en tant que mise à jour ou, si cette information vient contredire une information de l’article original, en tant que correction.

Nous sommes transparents sur nos sources et notre méthodologie et publions des informations seulement quand nous sommes convaincus qu’elles sont exactes sur la base des informations déjà récoltées.

Si nous recevons de nouvelles informations qui modifient nos conclusions, c’est de notre responsabilité d’alerter nos utilisateurs en publiant rapidement une mise à jour et une correction, clairement et ouvertement.

Nos lecteurs et téléspectateurs qui ont des informations permettant de préciser nos contenus sont invités à nous les transmettre. Pour nous contacter, c'est ici . Nous corrigeons les informations essentielles qui pourraient s'avérer inexactes, en mesure de modifier le propos de l'article, au début de l'article, avec un paragraphe "CORRECTION" mentionnant la date à laquelle celle-ci est faite. Nous corrigeons les inexactitudes qui n'ont pas d'impact direct sur le contenu de l'article également avec un paragraphe "CORRECTION", cette fois en fin d'article.

Nous veillons à répondre autant que possible à tout signalement d'une nouvelle information, même si toutes les remarques n'appellent pas réponse.

Suggestions et idées

Nous accueillons avec plaisir les idées de sujet que nous pourrions traiter, y compris les fausses informations et images manipulées circulant sur les réseaux sociaux.

Nous sommes intéressés par les sujets traitant des droits de l’homme, de la gouvernance, de la société civile, qu’ils dénoncent une situation problématique ou mettent en avant une initiative positive. Les sujets autour d’expérimentations sociales innovantes et d’Objectifs de développement durable des Nations Unies, notamment ceux qui incluent des images amateur, correspondent également à notre ligne éditoriale.

Quand des personnes nous contactent et en font la demande, nous leur garantissons l’anonymat et leur proposons les moyens de communication les plus sécurisés à notre disposition.

Equipe éditoriale

Derek Thomson
Derek Thomson
Rédacteur en chef
Corentin Bainier
Corentin Bainier
Chef d’édition
Francophone
Alexandre Capron
Alexandre Capron
Journaliste
Francophone
Djamel Belayachi
Djamel Belayachi
Journaliste
Arabophone
Ershad Alijani
Ershad Alijani
Journaliste
Persanophone
Chloé Lauvergnier
Chloé Lauvergnier
Journaliste
Francophone
Maëva Poulet
Maëva Poulet
Journaliste
Francophone
Liselotte Mas
Liselotte Mas
Journaliste
Francophone
Catherine Bennett
Fatma Ben Hamad
Journaliste
Arabophone

Derek Thomson, co-fondateur des Observateurs en 2007, a pris ses fonctions de rédacteur en chef en septembre 2016. Il présente la version anglophone de l’émission hebdomadaire et le reportage mensuel Ligne directe. Il a travaillé sur la convergence des rédaction numériques et télévisuelles depuis les années 1990, notamment chez ABC News où il a produit avec Anderson Cooper la première webdiffusion régulière d’un journal télévisé. Il a rejoint France 24 à sa création en 2006 en tant que directeur des Nouveaux médias et a créé les Observateurs avec Julien Pain pour atteindre via internet des contributeurs amateurs autrement injoignables. Il a auparavant travaillé pour Reuters en Russie.

Corentin Bainier est chef d’édition du site des Observateurs et responsable de l’édition francophone depuis 2016. Il a rejoint la rédaction en 2012 et a travaillé avec des Observateurs de tous les continents, notamment d’Afrique, d’Europe du Nord et des Balkans, souvent sur des sujets liés à l’environnement. Il travaille également pour d’autres médias papier, web, radio et télévisuels en France et à l’étranger (Brésil, Maroc, Islande, Norvège). Il présente le reportage mensuel Ligne directe.

Djamel Belayachi est responsable de l’édition arabophone des Observateurs depuis 2014. Il couvre le Moyen-Orient, l’Afrique du nord et se concentre sur les thématiques migratoires, la désinformation et la communauté LGBT. Diplômé de l’institut de Sciences politiques d’Alger en 2001, il a travaillé pour plusieurs médias de la presse écrite en Algérie en tant que journaliste culture. Il rejoint France 24 comme journaliste web arabophone en 2011.

Ershad Alijani est un journaliste spécialiste de l’Iran, de l’Afghanistan et des groupes chiites au Moyen-Orient. Il a rejoint les Observateurs en 2013 et pilote la version persanophone du site des Observateurs en partenariat avec RFI. Il a travaillé dans de nombreux médias en Iran comme le journal Shargh avant d’arriver en France en 2011. Spécialiste du factchecking, il est aussi contributeur régulier de BBC Persan et a collaboré avec de nombreuses chaînes de télévision françaises, par exemple France 5 pour la production d’un documentaire sur l’Iran.

Alexandre Capron a rejoint les Observateurs en 2012 et présente la version francophone de l’émission des Observateurs depuis 2016. Diplômé de Sciences Po Aix et du CFJ Paris, il est spécialisé sur les informations en images amateur en Afrique de l’Ouest. Depuis 2017, il est chargé de projet sur la question des « fausses informations » pour les Observateurs. Il est également responsable de la rubrique « Info-Intox », une pastille vidéo destinée à la lutte contre la désinformation sur internet.

Chloé Lauvergnier a rejoint les Observateurs en octobre 2014. Elle couvre principalement l’Afrique et l’Amérique latine. Lors de ses études à l’IEP de Grenoble et au CELSA, elle a travaillé dans des médias au Chili et en Argentique mais aussi pour l’ONG Reporters sans frontières. Elle travaille régulièrement pour Athlétisme magazine.

Maëva Poulet a rejoint les Observateurs en décembre 2015. Elle couvre principalement l’Afrique et le monde lusophone. Dans le cadre de ses études au CELSA, et a travaillé au bureau AFP de Lisbonne et dans une chaîne de télévision locale au Bénin. Elle collabore régulièrement avec d’autres médias avec un intérêt particulier pour la thématique migratoire.

Catherine Bennett, diplômée de Sciences Po Paris, est une journaliste britannique ayant travaillé pour l’AFP à Bruxelles, Reuters à Madrid et le Financial Times à Paris.

Liselotte Mas a rejoint les Observateurs en décembre 2016. Elle couvre principalement le Moyen-Orient, l’Afrique et la Turquie. Dans le cadre de ses études au CELSA et à la Sorbonne, elle a travaillé au quotidien belge Le Soir, au desk Moyen-Orient de l’AFP à Chypre et pour l’agence de presse participative Citizenside/Newzulu.

Fatma Ben Hamad a rejoint l'édition arabophone des Observateurs en octobre 2019. Adepte du journalisme participatif et engagé, elle s'est longtemps intéressée aux luttes sociales et aux questions raciales avant de se tourner vers l'actualité internationale, notamment en Afrique du Nord, au Moyen Orient et dans le bassin méditerranéen. Avec un intérêt pour les populations autochtones, la communauté LGBT dans le Monde Arabe et les violences policières, elle contribue à des radios et des revues web franciliennes et tunisoises.

Plus d'informations

Horaires de diffusion (après le journal) :

Heure de Paris
Samedi à 9h10 et 13h10
Dimanche à 19h10
Lundi à 11h10
Mardi à 5h10
Jeudi à 15h10
Vendredi à 2h40 et 10h10

Heure d'Abidjan (GMT)
Samedi à 8h10 et 12h10
Dimanche à 18h10
Lundi à 10h10
Mardi à 4h10
Jeudi à 14h10
Vendredi à 1h40 et 9h10

Suivez-nous :

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.