BOLIVIE

Nouvelle constitution : le pays au bord de l’éclatement

M. Chuquimia La réaction ne s'est pas faite attendre, ce samedi, après l'adoption d'une nouvelle Constitution bolivienne : du pays se sont déclarées autonomes et d'importantes manifestations y ont été organisées pour protester . Le même jour à La Paz, capitale administrative, des sympathisants du gouvernement, majoritairement autochtones et partisans du MAS (Mouvement vers le socialisme), manifestaient en soutien au président, Evo Morales. Le pays le plus pauvre d'Amérique du Sud est en crise, écartelé entre une importante population d'Amérindiens, qui revendique une participation dans la vie politique du pays, et des populations des régions plus riches, qui expriment leur rejet du gouvernement. Nos Observateurs sur place suivent les événements.

Publicité

M. Chuquimia

La réaction ne s'est pas faite attendre, ce samedi, après l'adoption d'une nouvelle Constitution bolivienne : quatre provinces du pays se sont déclarées autonomes et d'importantes manifestations y ont été organisées pour protester contre la réforme constitutionnelle. Le même jour à La Paz, capitale administrative, des sympathisants du gouvernement, majoritairement autochtones et partisans du MAS (Mouvement vers le socialisme), manifestaient en soutien au président Evo Morales (voir photos). Le pays le plus pauvre d'Amérique du Sud est en crise, écartelé entre une importante population d'Amérindiens, qui revendique une participation dans la vie politique du pays, et des populations des régions plus riches, qui expriment leur rejet du gouvernement. Nos Observateurs sur place suivent les événements.

A Sucre, la capitale, les habitants ont chanté l’hymne national et revendiqué l’autonomie.

Vidéo postée le 14 décembre 2007

A Santa Cruz, rejet de la constitution et célébration de l’autonomie

Le blogueur Willy Andres Ortega décrit l'atmosphère qui règne à Santa Cruz, dans la partie orientale du pays, alors que les habitants se rassemblent pour célébrer l'autonomie politique du département, proclamée par le gouverneur.

Santa Cruz se prépare à devenir une région autonome. Mais la tension est grande et nous sommes dans l'incertitude face à ce qui pourrait se passer. Selon des rumeurs, Santa Cruz pourrait subir un blocus. Mais ce qui est certain, c'est qu'aujourd'hui nous allons fêter notre autonomie.

Toute la ville est présente pour être témoin de cet événement historique, d'une grande importance pour notre département [le plus riche et le plus dynamique du pays, ndlr] et pour toute la Bolivie. En contrepartie, le gouvernement essaie d'avancer la tenue d'un référendum pour l'approbation de la nouvelle Constitution. [..] Chacun des camps affirme qu'il agit pour le bien du pays. Moi j'appuie l'autonomie des départements, la paix et la démocratie. »

Texte du 15 décembre 2007

Posez vos questions à Willy Andres Ortega sur sa fiche profil.

La nouvelle Constitution fêtée dans les rues de La Paz, samedi

Mario Durán Chuquimia, notre observateur à La Paz, a assisté samedi aux manifestations de soutien au gouvernement et à la célébration de la nouvelle constitution.

Photos: M. Chuquimia

Dans le cortège interminable, tous sont vêtus avec des habits typiques des régions, en ponchos rouges, blancs, verts et avec des « whipalas » [drapeaux multicolores de l'époque pré-coloniale]. Les paysans d'Omasuyus [au Nord de La Paz] défilent comme ils l'avaient fait à Santa Cruz, arborant des drapeaux tricolores. Les mineurs sont aussi représentés, avec leurs casques, et accompagnés par leurs femmes palliris [vendeuses de nourriture ambulantes]. Tous crient : ‘Merci d'avoir redonné vie à nos mines, Evo Morales !'.

Chaque fois qu'un groupe passe, on entend des « Viva! » en l'honneur de la nouvelle Constitution. »

Texte du 16 décembre 2007

Posez vos questions à Mario Durán Chuquimia, notre observateur en Bolivie