Colombie

Nos observateurs commentent la libération des otages

Deux semaines après le fiasco d’une première mission de récupération des otages, Consuelo Gonzalez et Clara Rojas ont enfin été libérées. Nos Observateurs en Colombie, notamment le père d’un otage toujours retenu par les FARC, réagissent à cette nouvelle. Le beau-fils d’Ingrid Bétancourt demande quant à lui au président colombien de tirer les conséquences de cette libération, qui fait d’Hugo Chavez le négociateur incontournable dans cette affaire. Vous pouvez contacter ces Observateurs sur leur fiche profil. Images de Telesur, la télévision panaméricaine créée à l’initiative de Chavez, seule chaîne présente sur les lieux. Un véritable hymne à la gloire de Chavez. .  

Publicité

Deux semaines après le fiasco d’une première mission de récupération des otages, Consuelo Gonzalez et Clara Rojas ont enfin été libérées. Nos Observateurs en Colombie, notamment le père d’un otage toujours retenu par les FARC, réagissent à cette nouvelle. Le beau-fils d’Ingrid Bétancourt demande quant à lui au président colombien de tirer les conséquences de cette libération, qui fait d’Hugo Chavez le négociateur incontournable dans cette affaire. Vous pouvez contacter ces Observateurs sur leur fiche profil.

Images de Telesur, la télévision panaméricaine créée à l'initiative de Chavez, seule chaîne présente sur les lieux. Un véritable hymne à la gloire de Chavez.

Clara Rojas

Je voudrais remercier ce qu'a fait le président vénézuélien pour notre liberté. Merci infiniment, nous espérons pouvoir le remercier personnellement. Merci, infiniment..."

 

Puis Consuelo Gonzalez

Président Chavez, je ne sais pas comment vous remercier pour votre gestion de cette crise humanitaire. Votre intervention est un exemple d'action démocratique à suivre. Merci infiniment pour votre comportement humaniste... Merci infiniment à Piedad Cordoba..."

La sénatrice colombienne Piedad Cordoba

Dans toute ma carrière politique, je n'ai jamais rencontré de dirigeant de la grandeur et de la compétence d'Hugo Chavez... Merci a tous qui nous ont appuyés, les vénézuéliens aussi... C'est le début de quelque chose de très important en Amérique du Sud..."

Chavez a démontré qu’il est le personnage clef pour les négociations

Sébastien Delloye, beau-fils d’Ingrid Bétancourt.

On ne savait plus qui croire : le président Uribe ou les FARC et Chavez. Pourtant, elles ont été libérées, quel bonheur ! Cela démontre que le président Chavez est un personnage clé pour les futures négociations. Il faut maintenant que le président Uribe prenne acte de ce cette percée sur le dossier des otages et entame des négociations avec les FARC, avec l'aide de Hugo Chavez. Une démilitarisation des provinces de Florida et Pradera pendant 45 jours est-il un si grand prix à payer pour ramener tous ces otages sains et saufs ?

Cette libération me redonne espoir

Ismael Márquez, 72 ans, est sans nouvelle de son fils, retenu en otage par les FARC depuis 1999.

 

Cette libération est très positive. Elle me redonne espoir. C’est un geste important des FARC, un geste qui doit être salué. Mais jusqu’0 présent on ne s’occuppe que des otages qui ont un interêt politique, comme des militaires, des policiers ou des personnages politiques, c’est-à-dire 46 personnes, sur les 750 retenus par les FARC - d’après les chiffres officiels, invérifiables.»

Trop de calculs politiques, pensons aux otages

Le journaliste Victor Solano Franco est l’un des bloggeurs les plus lus en Colombie. Texte traduit de l’espagnol.

Je suis préoccupé par l’analyse de certains spécialistes pourtant respectés, qui se méfient de cet échange humanitaire, sous prétexte que les FARC y gagnent une visibilité internationale dangereuse. Je pense que nous devons dépasser ces calculs politiques. Ce drame doit cesser d’être vu dans le cadre d’une partie d’échecs géopolitiques. C’est le drame humain qui doit primer. (...) Je me méfie de l’agenda politique d’Hugo Chavez et de Piedad Córdoba. Mais tant que leur médiation marche, nous devons nous en réjouir. Je souhaite que les gouvernants mettent leur orgueil de côté pour mieux servir la cause des otages. »

Les voix du coeur ou celle de la raison ?

Le blogueur Camilo Arboleda est ingenieur électronique. Il habite Bogotá. Texte traduit de l’espagnol.

Mon coeur me dit que ce peut être le début d’une vraie négociation pour libérer tous les otages. Ma raison me dit autre chose. Qu’il s’agit encore une mise en scène politique et que la médiation du président Chavez et de Piedad Córdoba n’a servi à rien. Je pense que les Farc n’ont liberé les deux otages que pour ternir l’image du président Uribe. Et que ça n’a pas tourné exactement comme ils le désiraient. (…) »