Intox

Des supporteurs ukrainiens arrêtés au Qatar pour des tags nazis ? Attention à ce faux reportage

Contrairement à ce qu’affirment des comptes Twitter, cette vidéo n’a pas été réalisée par la chaîne qatarie Al-Jazeera et ce tag nazi n’a pas été dessiné le 20 novembre 2022 aux abords du stade Al-Bayt.
Contrairement à ce qu’affirment des comptes Twitter, cette vidéo n’a pas été réalisée par la chaîne qatarie Al-Jazeera et ce tag nazi n’a pas été dessiné le 20 novembre 2022 aux abords du stade Al-Bayt. © Observateurs

Depuis le 22 novembre, de nombreux comptes Twitter et Telegram partagent une vidéo attribuée à la chaîne qatarie Al-Jazeera. D’après ces images, le 20 novembre 2022, des supporteurs ukrainiens auraient tagué des graffitis nazis sur plusieurs affiches lors du match d’ouverture de la Coupe du monde au Qatar. Mais la chaîne qatarie dément avoir publié ce reportage. Plusieurs indices permettent de confirmer que cette vidéo est fausse et que ces graffitis nazis n’ont jamais existé.

Publicité

La vérification en bref

  • Depuis le 22 novembre 2022, des comptes Twitter et Telegram francophones, anglophones ou encore russophones, partagent une vidéo présentée comme un reportage d'Al-Jazeera en anglais. D'après cette vidéo, le 20 novembre 2022, des supporters ukrainiens auraient été arrêtés en marge du match d'ouverture de la Coupe du monde au Qatar pour avoir tagué des graffitis nazis sur plusieurs affiches proches du stade Al-Bayt. 
  • Mais des indices visuels permettent de constater que ce reportage utilise des images anciennes qui n'ont pas de rapport avec la Coupe du monde au Qatar. Surtout, la chaîne qatarie Al-Jazeera a elle-même démenti avoir publié ce reportage. 
  • Enfin, aucun correspondant de France 24 présent au stade Al-Bayt lors du match d'ouverture du Mondial n'a vu de tels graffitis, ni même de supporters ukrainiens. Le tag nazi visible dans ce faux reportage est en fait un photomontage.

Le détail de la vérification

"Des supporters ukrainiens ont été arrêtés après avoir ajouté un salut nazi et une 'moustache d'Hitler' sur une photo de Laib, la mascotte de la Coupe du monde de la Fifa." Cette affirmation est partagée sur Twitter et d'autres réseaux sociaux par des comptes francophones, anglophones, ou encore russophones.

Capture d’écran d’un tweet publié le 22 novembre 2022 et partageant ce faux reportage attribué à la chaîne Al-Jazeera.
Capture d’écran d’un tweet publié le 22 novembre 2022 et partageant ce faux reportage attribué à la chaîne Al-Jazeera. © Observateurs

Depuis le 22 novembre 2022, ces comptes partagent une même vidéo attribuée au média Al-Jazeera. Dans cette vidéo de près de 50 secondes, on retrouve le logo de la chaîne qatarie avec la charte graphique des vidéos qu'elle publie régulièrement sur les réseaux sociaux, et plusieurs images censées montrer l'arrestation, le 20 novembre 2022, de supporteurs ukrainiens qui auraient donc dessiné des tags nazis sur "une dizaine d'affiches".

Sur Twitter, les différentes publications qui partagent ces images dépassent souvent les 150 000 vues. Et le 24 novembre, le compte officiel de l'ambassade de Russie au Royaume-Uni a également publié une capture d'écran de cette vidéo.

Capture d’écran du tweet publié le 24 novembre 2022 par le compte officiel de l’ambassade de Russie au Royaume-Uni.
Capture d’écran du tweet publié le 24 novembre 2022 par le compte officiel de l’ambassade de Russie au Royaume-Uni. © Observateurs

Cette vidéo semble d'ailleurs avoir été initialement publiée le matin du 22 novembre 2022 sur la chaîne Telegram de "ЮГ LIVE", une émission de télévision russe dirigée par les journalistes Dmitry Bazhenov et Vladimir Soloviev. Sur la chaîne Telegram de cette émission, la vidéo a été partagée à 10 h 15 le 22 novembre et cumule déjà près de 400 000 vues. Tandis que Vladimir Soloviev l'a partagée sur sa chaîne personnelle le même jour à 10 h 21. Elle y cumule actuellement près de 300 000 vues.

Ce journaliste vedette de la chaîne d'État russe Rossiya-1 est notamment célèbre pour ses sorties médiatiques ultranationalistes. Ardent défenseur de Vladimir Poutine, il a par exemple récemment qualifié Emmanuel Macron de "sataniste" et est présenté par nos confrères de CheckNews du média Libération comme un "propagandiste du Kremlin".

Capture d’écran des publications diffusées le matin du 22 novembre 2022 sur les chaînes Telegram de l’émission ЮГ LIVE (à droite) et du journaliste russe Vladimir Soloviev (à gauche).
Capture d’écran des publications diffusées le matin du 22 novembre 2022 sur les chaînes Telegram de l’émission ЮГ LIVE (à droite) et du journaliste russe Vladimir Soloviev (à gauche). © Observateurs

 

Une vidéo faussement attribuée à Al-Jazeera

Mais ce reportage et cette information sont-ils authentiques ? Le journaliste Brecht Castel, membre de l'équipe de fact-checking du média belge Knack, explique que ce reportage est introuvable sur le site d'Al-Jazeera. Il a également contacté l'équipe de la chaîne qatarie qui a confirmé qu'"Al-Jazeera n'a jamais publié cette vidéo". Et le 24 novembre 2022, le compte Twitter officiel d'Al-Jazeera a publié un démenti.

 

 

Certaines images visibles dans cette vidéo ont bien été tournées lors de la Coupe du Monde au Qatar, mais d'autres sont plus anciennes. 

En réalisant une recherche d'image inversée (voir ici comment procéder) à partir de cette vidéo, on constate que la photographie montrant des supporters ukrainiens dans un stade est ancienne. Elle a par exemple été utilisée le 4 février 2022 par un média russe pour illustrer un article sur un match de football en salle.

Même constat pour la vidéo censée montrer l'arrestation des supporteurs ukrainiens. Le média Knack explique que les uniformes des policiers visibles sur ces images ne correspondent à aucun des uniformes utilisés par les différentes forces de sécurité qataries déployées pendant la Coupe du Monde. Cette vidéo mélange donc des images authentiques tournées pendant le Mondial et d'autres extraits plus anciens.

 

 

Un tag nazi qui n'existe pas

D'autres éléments permettent de vérifier que non seulement le reportage est faux, mais surtout que le tag nazi qui y est visible n'a en fait jamais existé. La rédaction des Observateurs a contacté l'équipe des envoyés spéciaux de France 24 au Qatar pour couvrir la Coupe du Monde 2022. 

Romain Houeix, l'un des journalistes sportifs de cette équipe, était présent lors du match d'ouverture de la Coupe du Monde qui s'est tenu le 20 novembre 2022 au stade Al-Bayt. D'après cette vidéo, une dizaine d'affiches auraient été vandalisées à ce moment-là aux abords du stade par des supporters ukrainiens. Pourtant Romain Houeix explique : "Aucune personne de notre équipe n'a rien vu de tel. Je peux également dire que, depuis le début de la Coupe du Monde, personne n'a croisé de supporteurs ukrainiens".

Cette absence de supporteurs est d'ailleurs plutôt logique car l'équipe nationale d'Ukraine n'a pas réussi à se qualifier et ne participe donc pas à la Coupe du Monde au Qatar.

Enfin, des outils d'analyse forensique (voir ici comment les utiliser) sur l'image du graffiti nazi révèlent que la partie de l'image comprenant le texte en allemand a un niveau de compression différent de celui du reste de la photographie.

 

Capture d’écran du résultat de l’analyse forensique de la photographie du graffiti nazi (au centre) réalisée par Brecht Castel avec l’outil MeVer. Les outils de détection des “fantômes de JPEG” (à droite) et d’analyse du niveau d’erreur (à gauche) révèlent différents niveaux de compression de l’image.
Capture d’écran du résultat de l’analyse forensique de la photographie du graffiti nazi (au centre) réalisée par Brecht Castel avec l’outil MeVer. Les outils de détection des “fantômes de JPEG” (à droite) et d’analyse du niveau d’erreur (à gauche) révèlent différents niveaux de compression de l’image. © Brecht Castel

 

Cette analyse a été confirmée par Hannes Mareen, chercheur à l'Université de Gand et spécialiste de l'analyse d'images, contacté par le média belge Knack, qui lui a expliqué que cette différence de compression dans une même image indique que le texte en allemand "semble avoir été rajouté à la photo originale".

 

 

Des fabrications de faux reportages imitant le style de médias ont déjà eu lieu dans le cadre de la guerre en Ukraine. En mai dernier, un faux reportage attribué à la BBC affirmait que la Pologne s'apprêtait à attaquer l'Ukraine. Un mois plus tôt, un autre faux reportage de la BBC prétendait confirmer que l'Ukraine était responsable de l'attaque de Kramatorsk.