Cheveux coupés, gifles : des vidéos révèlent des punitions brutales dans les écoles iraniennes

Une vidéo publiée le 13 avril montre le directeur adjoint d'une école en Iran en train de saisir des élèves par les cheveux et de les couper au hasard.
Une vidéo publiée le 13 avril montre le directeur adjoint d'une école en Iran en train de saisir des élèves par les cheveux et de les couper au hasard. © Observers

Des élèves à qui on coupe les cheveux de force, qui se font gifler, frapper et insulter. Ce sont quelques-unes des punitions infligées aux élèves dans les écoles iraniennes. Aujourd'hui, grâce aux smartphones, les élèves peuvent filmer ces châtiments et partager les images sur Internet. Selon notre Observateur enseignant en Iran, ce type de punitions est toujours pratiqué dans certaines écoles même s’il est devenu moins courant ces dernières années. 

Publicité

Une vidéo publiée le 13 avril sur une chaîne Telegram iranienne montre un directeur adjoint d'école couper les cheveux à des élèves dans une cour. La vidéo semble avoir été filmée par un élève depuis une salle de classe.

Ces images montrent une forme de punition bien connue des garçons. 

Les écoles iraniennes pratiquent la non-mixité : les garçons et les filles fréquentent des écoles complètement différentes. Les élèves doivent se conformer à un code vestimentaire conservateur. Les garçons doivent avoir les cheveux très courts et porter des tenues modestes. Les filles doivent porter des robes peu ajustées pour cacher leurs formes, ainsi que des foulards. Il est hors de question de se maquiller. 

Lorsqu'ils ne respectent pas le code vestimentaire, les élèves peuvent être soumis à une sanction disciplinaire sévère. La vidéo ci-dessus montre une punition courante pour les garçons qui portent les cheveux trop longs. Après s'être fait couper des morceaux de cheveux au hasard, ces élèves n'auront d'autre choix que d'aller chez un coiffeur et de se faire couper les cheveux très courts pour réparer. 

Cette vidéo est devenue virale sur les médias sociaux, attirant l'attention des responsables publics. Le 16 avril, le gouvernement iranien a annoncé que le directeur adjoint apparaissant dans la vidéo avait été suspendu et ferait l'objet d'une enquête par le tribunal administratif. Deux autres directeurs de la même école ont démissionné. 

Couper des cheveux n'est pas le seul type de punition imposé aux élèves. Des enseignants et des responsables d’établissements scolaires ont également été filmés en train de frapper des élèves et de les insulter. Selon notre Observateur, ce type de punition résulte d’un "décalage culturel" entre les élèves et les enseignants. 

"Pour devenir enseignant, il faut être soit un musulman conservateur, soit un hypocrite"

Maryam (ce n'est pas son vrai nom) est enseignante dans un lycée d'une ville du sud de l'Iran. Elle s'est confiée à l'équipe des Observateurs de France 24 sous couvert d'anonymat, pour protéger son emploi.

Je dirais que les coups et les cheveux coupés sont plus courants dans les lycées. Ils sont également plus susceptibles de se produire dans les écoles de garçons que dans celles de filles.

Malheureusement, dans certains quartiers de ma ville - surtout les quartiers pauvres - les directeurs des écoles de garçons se promènent ouvertement avec un  bâton à la main. Ils n'hésitent pas à frapper les élèves avec, s'ils font quelque chose de répréhensible.

Je suis professeur dans une région pauvre, dans une école où les élèves sont connus pour être difficiles, mais je n'ai jamais eu de problème, même mineur, car les élèves m'apprécient. Cependant, je constate qu'il y a de gros problèmes dans notre école et dans d'autres écoles autour de nous.

L'origine du problème se trouve dans le système de recrutement des enseignants. Les critères de sélection des enseignants - les examens que les enseignants passent, la façon dont le ministère choisit les enseignants parmi les candidats - ont conduit à des écarts énormes entre les enseignants et les élèves.

Quiconque souhaite devenir enseignant en Iran doit être notamment musulman, et pouvoir lire couramment le Coran. Les candidats qui cochent toutes ces cases doivent passer un entretien au cours duquel leur connaissance de la charia et leur soutien aux politiques de la République islamique sont vérifiées. 

Une vidéo publiée le 19 avril, tournée dans une salle de classe à Astra, dans le nord-ouest de l'Iran, montre un enseignant en train de battre un élève.

“Les enseignants sont étrangers au monde des enfants”

Mais les jeunes générations sont, elles, très attachées à leur mode de vie. Les jeunes écoutent du rap et du hip-hop, ils se moquent de la charia - ils peuvent même la mépriser.  Et ils veulent s'habiller comme n'importe quel autre adolescent dans le monde. Non seulement ces enseignants conservateurs ne comprennent pas ces enfants, mais ils sont totalement étrangers à leur monde.

Les enseignants sont pour la plupart beaucoup plus âgés. Ils ne connaissent pas l'univers dans lequel vivent ces enfants. Les enseignants les forcent à changer leur mode de vie et à obéir aux règles islamiques conservatrices, ce qui conduit parfois à ce type de violence, comme nous le voyons dans les vidéos.

Une vidéo publiée le 15 avril montre un professeur de Coran dans une école de Téhéran en train de harceler un élève après que celui-ci n'ait pas été capable de répondre aux questions.

Qui plus est, je pense que les problèmes économiques des enseignants jouent un rôle. Les enseignants sont fortement sous-payés. [Selon les statistiques officielles, les enseignants iraniens gagnent en moyenne environ 6 millions de tomans, soit environ 200 euros, par mois - juste au-dessus du salaire minimum de 5,6 millions de tomans ou 186 euros, NDLR]. Les fins de mois sont difficiles, et les enseignants ne sont pas non plus dans un bon état d'esprit. La plupart d'entre eux doivent avoir un deuxième emploi, et ces pressions les rendent plus susceptibles d'agir avec violence envers les enfants. 

Je pense également que la pandémie de Covid-19 et l'apprentissage à distance ont aggravé la situation. Les enfants se sont habitués à choisir leurs vêtements sans la pression de l'école. Après presque deux ans, ils ne veulent pas changer.

Ces derniers mois, les enseignants iraniens ont organisé des manifestations dans tout le pays, réclamant une augmentation des salaires, ainsi que la libération de certains enseignants qui ont été arrêtés à la suite d'anciennes grèves ou de manifestations.