Iran : la police empêche des femmes d'assister à un match qualificatif pour la Coupe du monde

Une supportrice de football sur les barrières à l'extérieur du stade de Machhad.
Une supportrice de football sur les barrières à l'extérieur du stade de Machhad. © Observers

L'Iran a une nouvelle fois interdit aux femmes d'entrer dans un stade de football pour assister à un match qualificatif pour la Coupe du monde le 29 mars, à Machhad dans le nord-est du pays. Des centaines de supportrices munies de billets se sont vues refuser l'entrée au match entre l'Iran et le Liban. La police a alors frappé les femmes à l'extérieur du stade avec des matraques et lancé des gaz lacrymogènes, suscitant l'indignation et des appels à bannir l'Iran de la Coupe du monde à Doha.

Publicité

Le dernier match des qualifications pour la Coupe du monde au Qatar entre l'Iran et le Liban a eu lieu à Machhad, en Iran, le 29 mars, une des villes les plus sacrées pour les musulmans chiites. L’Iran s’est imposé 2-0 à l’issue de ce match, même si l’équipe était déjà qualifiée pour le Mondial en novembre et décembre prochain.

Malgré la pandémie, les responsables iraniens avaient décidé d'autoriser les supporteurs à assister au match. Selon l'agence de presse Isna, environ 12 500 fans avaient acheté des billets, dont 2 000 femmes. Cependant, lorsque les portes ont été ouvertes aux fans, la police n'a pas autorisé les supportrices à entrer dans le stade.

Des supportrices de football devant le stade de Machhad, protestant contre l'interdiction faite aux femmes d'assister au match.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux montrent des femmes scandant pacifiquement des messages de protestation, auxquels la police a répondu par la violence pour les disperser. D'autres vidéos montrent des femmes se tordant de douleur après avoir été frappées. Certaines sont visibles en train de se laver le visage avec de l'eau ou inhalent de la fumée de cigarette pour calmer leurs yeux irrités, une technique connue pour lutter contre les effets du gaz lacrymogène.

Une vidéo publiée sur Twitter le 30 mars 2022 montre des femmes devant le stade de Mechhed tentant d'apaiser les effets des gaz lacrymogènes.
Une vidéo publiée sur Twitter le 30 mars 2022 montre les forces de sécurité utilisant des gaz lacrymogènes pour disperser la foule. Des femmes en colère, dont certaines portaient le tchador noir, une tenue conservatrice, ont tenté de forcer les portes du stade en signe de protestation.

>>  À lire sur les Observateurs : "Pourquoi les footballeurs ne font pas grève ?" : colère après la mort d’une supportrice interdite de stade en Iran

Seuls quelques supportrices ont été choisies lors des matchs précédents

À l'exception du régime des Taliban en Afghanistan, l'Iran est le seul pays membre de la Fifa qui ne permet pas aux femmes d'entrer dans les stades de football en tant que spectatrices des matchs masculins. Depuis la création de la République islamique en 1979, le pays interdit aux femmes d'assister à des matchs de football et d'autres sports.

La Fifa, l'instance dirigeante du football mondial, a ordonné à l'Iran d'autoriser les femmes à entrer dans les stades en septembre 2019.  

Cependant, nos Observateurs en Iran nous ont indiqué que seule une poignée de femmes étaient autorisées à assister aux matchs de l'équipe nationale iranienne au stade Azadi de Téhéran, comme le match contre la Corée du Sud en octobre 2021 et celui contre l'Irak en janvier 2022. Ces femmes avaient été sélectionnées par les autorités pour réduire la pression nationale et internationale sur la Fédération iranienne de football, selon les médias locaux.

Mais cette fois, lors du match du 29 mars dans la ville sainte de Machhad, aucune femme n'a été autorisée à entrer dans le stade, pas même des spectatrices triées sur le volet.

"J'espère que la Fifa bannira l'Iran de la Coupe du monde"

Les vidéos de l'intervention de la police auprès des femmes bloquées à l'extérieur du stade ont suscité l'indignation des Iraniens. Certains hommes ont déclaré qu'ils n'assisteraient plus aux matchs de football par solidarité. D'autres ont suggéré que l'équipe nationale de football iranienne devrait être interdite de Coupe du monde au Qatar en novembre prochain, comme les équipes russes après l'invasion de l'Ukraine. 

"C'est triste mais j'espère que la FIFA, en réaction à cet événement scandaleux à Machhad et aux brimades du gouvernement, interdira à l'Iran de participer à la Coupe du monde de Doha. Dans cette situation, il n'y a plus de plaisir à assister aux matchs de football ni à les regarder à la télévision", peut-on lire dans ce tweet.
"Ne pas laisser les femmes dans les stades n'est pas une nouvelle, les battre n'est pas une nouvelle. Ils ont mis des marionnettes à Téhéran [NDLR : les femmes triées sur le volet autorisées à assister aux matchs à Téhéran]. J'espère qu'ils nous suspendront. Nous ne méritons pas d'assister à la Coupe du monde".

Certains députés iraniens, comme Mojtaba Tavangar, ont affirmé qu'ils allaient enquêter sur ce qu’il s'est passé à Machhad et ont promis d'interroger le ministre des Sports après les vacances du Nouvel An iranien. Le 30 mars, le président Ebrahim Raïssi a de son côté ordonné au ministère de l'Intérieur d'enquêter sur cet incident.

La Fifa n'a pas encore commenté les événements de Machhad. Un membre de la Fédération iranienne de football a toutefois déclaré le 30 mars que cette affaire entraînerait de mauvaises nouvelles pour l'équipe de football iranienne dans les jours à venir.

>> À lire sur les Observateurs pour plus de contexte : Une Iranienne brave l’interdit et entre dans un stade de foot… déguisée en homme