Intox

Des images de la répression en Irak de 2019 utilisées par des comptes anti-vaccins

Des images ont circulé sur Telegram et BitChute prétendant montrer des Israéliens “exploser” à cause du vaccin.
Des images ont circulé sur Telegram et BitChute prétendant montrer des Israéliens “exploser” à cause du vaccin. © Observateurs

Une vidéo publiée sur BitChute, un service de partage de vidéos, et Telegram montrant des manifestants irakiens visés par des grenades militaires a été détournée pour prétendre que des personnes vaccinées contre le Covid-19 ont “explosé” en Israël.

Publicité

Sur une vidéo publiée dans une chaîne Telegram italienne anti-vaccin le 30 décembre 2021, qui compte plus de 83 000 vues, on voit trois clips montrant trois manifestants inconscients ou morts, présentant une large blessure à l’arrière du crâne, de laquelle s’échappe de la fumée. La légende indique en italien “Depuis des jours, nous recevons des vidéos d'Israël de personnes "brûlant de l'intérieur" lors des manifestations anti-gouvernementales”. 

De son côté, une vidéo similaire publiée sur Bitchute le 4 janvier, visionnée 48 000 fois, intitulée en anglais ajoute même : “La tête des gens vaccinés explose et brûle à l’annonce de la présence de 5G en Israël”, montre les trois mêmes clips, ainsi qu’un autre clip de personnes décédées étendues sur le sol. 

Capture d’écran de la vidéo “La tête des gens vaccinés explose et brûle à l’annonce de la présence de 5G en Israël” publiée sur BitChute le 4 janvier
Capture d’écran de la vidéo “La tête des gens vaccinés explose et brûle à l’annonce de la présence de 5G en Israël” publiée sur BitChute le 4 janvier © Observateurs

France 24 a décidé de ne pas diffuser ces vidéos violentes, mais de montrer des captures d'écran.

Des images des émeutes de 2019 en Irak, violemment réprimées avec des armes létales

Ces clips vidéos n’ont rien à voir avec la pandémie de Covid-19 ni au déploiement de la 5G. Les trois clips sont des images amateur de 2019 montrant des manifestants en Irak, et non en Israël, qui ont été tués ou blessés après avoir été atteints par des grenades militaires.

Dans les trois clips, on peut entendre crier en arabe et des drapeaux irakiens sont visibles. On voit également que les victimes sont atteintes par des projectiles ressemblant à des bombes lacrymogènes qui dégagent de la fumée.

En menant des recherches sur les réseaux sociaux avec les mots clés “tear gas canisters” et “protesters” (“bombes à gaz lacrymogène” et “manifestants” en anglais”), on retrouve des reportages incluant des captures de ces trois clips, comme ce reportage de Newsy et Bellingcat qui ont enquêté sur des images amateur des répressions des manifestations en Irak en octobre 2019. 

Contacté par l’équipe des Observateurs de France 24, Nick Waters, qui a réalisé ce reportage pour Newsy et Bellingcat, a confirmé que les trois clips de la vidéo “montrent des victimes de grenades lacrymogènes CS de 40 mm en Irak” en 2019.

Des manifestations de masse avaient éclaté à Bagdad et dans plusieurs villes du sud de l'Irak dès le 1er octobre 2019, pour protester contre le chômage, la corruption et le manque de services publics

Amnesty International a réalisé en décembre 2019 une enquête sur les images amateur des émeutes

Origine des trois séquences visibles dans la vidéo de BitChute

Capture d’écran de la vidéo publiée sur Twitter le 26 octobre 2019 et montrant une victime des grenades militaires, habillée en gris et rouge
Capture d’écran de la vidéo publiée sur Twitter le 26 octobre 2019 et montrant une victime des grenades militaires, habillée en gris et rouge © Observateurs The Baghdad Post

Contactée par les Observateurs de France 24, Amnesty International indique que le premier clip provient de cette vidéo, publiée le 26 octobre 2019 sur Twitter. Amnesty International a fourni d’autres images du même incident prises par d'autres témoins.  

Capture d’écran de la vidéo montrant une victime des grenades militaires, habillée en vert et noir
Capture d’écran de la vidéo montrant une victime des grenades militaires, habillée en vert et noir © Observateurs

Concernant la deuxième séquence visible, un reportage de NBC news du 19 octobre 2019 à propos de la répression des émeutes en Irak montre une capture du clip avec la victime au pantalon vert à 2’09. 

Capture d’écran de la vidéo publiée le 25 octobre 2019 sur Twitter montrant une victime des grenades militaires à côté d’un drapeau irakien
Capture d’écran de la vidéo publiée le 25 octobre 2019 sur Twitter montrant une victime des grenades militaires à côté d’un drapeau irakien © Observateurs

Enfin, pour la troisième séquence, le reportage de Newsy et Bellingcat montre à 1’30 une capture de la vidéo avec la victime allongée à côté du drapeau. Amnesty International a également fourni d’autres images amateur vérifiées de la même scène publiées le 25 octobre 2019.

Selon l’ONG, ces vidéos vérifiées ont été tournées principalement sur la place Tahrir et autour du pont Jimhouriya à Bagdad.

Lynn Maalouf, directrice de recherche sur le Moyen-Orient à Amnesty International, a affirmé dans une enquête publiée le 31 octobre 2019 que “les forces de sécurité irakiennes ont déployé ces grenades de qualité militaire contre des manifestants à Bagdad, visant apparemment leur tête ou leur corps à bout portant”. 

Une vidéo de victimes d’inondations en Chine détournée

Dans la vidéo publiée sur BitChute, une quatrième séquence montrant des personnes allongées sur le sol, blessées ou décédées, a été ajoutée. Un recherche via InVid WeVerify (voir ici comment procéder) permet d’identifier la vidéo originale. 

Elle est disponible sur Twitter et montre des victimes des inondations dans un métro, dans le Henan, une province de la Chine, en juillet 2021Un reportage du South China Morning Post, montre la même scène à 1’30.

Capture d’écran de la vidéo montrant des victimes des inondations dans le Henan, en Chine, en juillet 2021
Capture d’écran de la vidéo montrant des victimes des inondations dans le Henan, en Chine, en juillet 2021 © Observateurs

Conclusion

La vidéo de personnes qui “explosent” à cause du vaccin contre le Covid-19 supposément “en Israël” est donc complètement détournée avec des vidéos d’événements tragiques à la fois en Irak et en Chine.