"Je suis inquiet pour notre avenir" : à Kaboul, les habitants essaient de fuir les Taliban

À gauche : les rues de Kaboul ont été bloquées par d’importants embouteillages le matin du 15 août 2021, lorsque les Taliban ont encerclé la capitale. À droite : une foule s’est rassemblée devant une banque de la capitale pour retirer de l’argent avant l’arrivée des Taliban.
À gauche : les rues de Kaboul ont été bloquées par d’importants embouteillages le matin du 15 août 2021, lorsque les Taliban ont encerclé la capitale. À droite : une foule s’est rassemblée devant une banque de la capitale pour retirer de l’argent avant l’arrivée des Taliban. © Twitter

Les Taliban ont encerclé la capitale de l’Afghanistan, dimanche, après plusieurs semaines d’offensive dans le reste du pays. Face à l’arrivée du groupe islamiste, de nombreux habitants paniqués ont essayé de fuir, alors que les ambassades étrangères évacuent leur personnel. Nos Observateurs sur place espèrent que le gouvernement et les Taliban tiendront leurs promesses d’éviter les combats et de garantir la sécurité des habitants.

Publicité

Des vidéos et des photos partagées sur les réseaux sociaux montrent le chaos qui régnait à Kaboul lorsque les Taliban sont arrivés aux portes de la ville le 15 août 2021. Des habitants se sont précipités pour retirer de l'argent et prendre la route dans l’espoir de quitter le pays, désormais presque entièrement contrôlé par les Taliban.

Une vidéo publiée sur Twitter le 15 août 2021 montre les rues de Kaboul encombrées par les embouteillages alors que les habitants tentent de fuir la ville.
A video posted on Snapchat on August 15, 2021 shows residents of Kabul, in cars and on foot, fleeing the city.
A video posted on Snapchat on August 15, 2021 shows residents of Kabul, in cars and on foot, fleeing the city. © Observers

Une vidéo publiée sur Snapchat le 15 août 2021 montre les habitants de Kaboul fuir la ville à pieds et en voiture.

Une vidéo publiée sur Twitter le 15 août 2021 montre une foule faisant la queue devant une banque pour retirer de l’argent avant l’arrivée des Taliban.

Les combattants taliban ont dans un premier temps reçu l’ordre d’attendre à l’extérieur de la ville en attendant les négociations avec le gouvernement pour une transition "pacifique" du pouvoir, ainsi que de laisser passer les personnes qui souhaitaient partir.

"Les Afghans ne doivent pas s'inquiéter […]. Il n'y aura pas d'attaque sur la ville. Et il y aura un transfert pacifique du pouvoir vers un gouvernement de transition", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Abdul Sattar Mirzakwal le 15 août 2021.

"Kaboul est une ville fantôme, les magasins sont fermés, les rues sont vides. Les gens sont frustrés et angoissés"

La rédaction des Observateurs a parlé avec Abdullah (le prénom a été modifié), un activiste défenseur des droits humains caché à Kaboul. Bien que le gouvernement afghan et les Taliban aient promis une transition pacifique du pouvoir, il s’inquiète pour la sécurité des journalistes et des activistes sur place:

Kaboul est plutôt calme. Au moins nous savons qu’il n’y aura pas de bataille pour le transfert du pouvoir. Mais Kaboul est une ville fantôme, les magasins sont fermés, les rues sont vides. Les gens sont frustrés et angoissés.

Pour les groupes qui pourraient être persécutés par les Taliban, comme les activistes, les défenseurs des droits humains et les journalistes, il y a de réelles inquiétudes. J’espère que les Taliban tiendront leurs promesses et que la sécurité de tous les habitants sera garantie.

"Si [les Taliban] disent qu’ils ont changé, ils doivent le prouver"

Mostafa (le prénom a été changé), enseignant à Kaboul contacté par la rédaction des Observateurs, ne pense pas que les Taliban tiendront leurs promesses de garantir la sécurité et de respecter les droits humains.

La ville est complètement vide, il n’y a pas de gouvernement, pas de police, pas d’armée, personne. L'atmosphère est pleine de peur, de panique, et d’incertitude.

Les combattants taliban ne sont pas une armée disciplinée, donc j’ai peur qu’il y ait des violations : ils peuvent s’attaquer à des maisons, ou aller chercher les femmes, les officiels, les journalistes et les punir. S’ils volent ou tuent ou commettent tout autre crime, il n’y aura aucun système pour les capturer. Les gens ne savent pas auprès de qui se plaindre. Les Taliban ont dit [que les gens pourraient partir librement], mais il faut attendre de voir ce qu’ils vont vraiment faire : s’ils disent qu’ils ont changé, alors ils doivent le prouver. 

Quand j’avais sept, huit, neuf ans, j’ai vécu l’ancien régime Taliban. Les femmes étaient complètement négligées, ignorées. Ma mère n’avait pas le droit d’aller chez le docteur toute seule. Elle n’avait pas le droit d’aller acheter à manger pour nous. S’il y avait une urgence, elle ne pouvait pas aller à la pharmacie. Ma sœur n’avait pas le droit d’aller à l’école. C’est ce qui nous inquiète le plus concernant le retour au pouvoir des Taliban. »

Une photo publiée sur Twitter le 15 août montre un salon de beauté à Kaboul recouvrant les affiches montrant des femmes, supposément en préparation de l’arrivée des Taliban.
Des habitants de Kaboul ont profité de l'absence du gouvernement et de la police pour piller des magasins et d'autres bâtiments. Dans cette vidéo publiée sur Twitter le 15 août 2021, des personnes sont en train d'envahir un poste de police.

"Les Taliban ont occupé toutes les villes, nous n’avons nulle part où aller" 

Les habitants qui n’ont pas les moyens de s’enfuir sont désormais pris au piège, comme Ali (le prénom a été changé), un commerçant contacté par la rédaction des Observateurs :

La situation à Kaboul n’est pas normale, les magasins sont fermés, les personnes ont peur et les rues rappellent une ville fantôme. Les gens attendent de voir ce qui va se passer.

Je suis inquiet pour notre avenir, surtout pour ma famille, car mon père pourrait être une cible des Taliban. Maintenant qu’ils ont occupé toutes les villes, nous n’avons nulle part où aller. Nous nous cachons quelque part avec ma famille. J’ai essayé de fuir l’Afghanistan mais je n’ai pas réussi parce que je n’avais pas assez d’argent.

Cette vidéo publiée sur Twitter le 15 août 2021 montre le chaos à l’aéroport de Kaboul, où des voitures amènent leurs passagers directement au pied des avions.
In this video shared on Twitter and WhatsApp, some Afghans try to escape Kabul on the last available planes. The woman recording the video says, “Look what’s happening to the Afghan people.” Gunfire can be heard in the background.
In this video shared on Twitter and WhatsApp, some Afghans try to escape Kabul on the last available planes. The woman recording the video says, “Look what’s happening to the Afghan people.” Gunfire can be heard in the background. © Observers

Dans cette vidéo partagée sur Twitter et Whatsapp, des Afghans essaient de fuir Kaboul à bord des derniers avions disponibles. La femme qui filme la vidéo dit : "Regardez ce qui arrive au peuple Afghan." On peut entendre des tirs au loin.

Craignant l’arrivée imminente des Taliban, les ambassades étrangères ont commencé à évacuer leur personnel. Des témoins affirment avoir vu de la fumée au-dessus de l’ambassade américaine à Kaboul, provenant supposément de documents sensibles brûlés avant le départ.

In this video published on Snapchat on August 15, 2021, a Kabul resident films a helicopter similar to those used to evacuate officials from the US embassy.
In this video published on Snapchat on August 15, 2021, a Kabul resident films a helicopter similar to those used to evacuate officials from the US embassy. © Observers

Dans cette vidéo publiée sur Snapchat le 15 août, un habitant de Kaboul filme un hélicoptère ressemblant à ceux utilisés pour l’évacuation du personnel de l’ambassade américaine.

Dans une vidéo publiée sur Twitter le 15 août 2021, David Martinon, l’ambassadeur de France en Afghanistan, se filme alors qu’il quitte la zone verte de Kaboul pour rejoindre l’aéroport, où la France a déplacé son ambassade.

Le président afghan Ashraf Ghani a quitté le pays pour le Tadjikistan, selon plusieurs responsables afghans, tandis que les Taliban ont annoncé avancer vers l'intérieur de la ville.

Dans une vidéo publiée sur Twitter le 15 août 2021, on peut voir les forces talibanes entrer dans la ville à la tombée de la nuit.

Les Taliban ont gouverné l’Afghanistan depuis 1996 jusqu'à l’intervention militaire américaine de 2001. En février 2020, les États-Unis et les Taliban ont passé un accord historique prévoyant le retrait des troupes américaines. Après le départ de l’armée américaine en mai et juin 2021, les Taliban ont lancé une campagne militaire qui leur a permis de reprendre contrôle de nombreuses provinces.