INTOX

Comment enquêter sur un compte ou des publications sur Twitter

Plusieurs outils et bons réflexes permettent d'enquêter sur Twitter, de repérer des faux comptes ou des faux tweets.
Plusieurs outils et bons réflexes permettent d'enquêter sur Twitter, de repérer des faux comptes ou des faux tweets. © Observateurs

Twitter compte un peu plus de 200 millions d’utilisateurs actifs quotidiennement, qui représentent une source d’information importante. Mais le réseau social est aussi un lieu privilégié de la désinformation. Quels sont les bons réflexes à avoir pour éviter ses pièges ? Le point dans cet article.

Publicité

Les réflexes de base face à un compte Twitter inconnu

Lorsque vous faites face à une publication sur Twitter dont vous ne connaissez pas l’auteur, voici quelques réflexes de base à suivre :

  • Vérifier si le compte est certifié, s’il s’agit d’une personne vérifiée matérialisée par un badge bleu (mais attention, car certains comptes pourtant officiels ne le sont pas toujours)
  • Vérifier le nom du compte, s’il ne comporte pas des majuscules ou minuscules trompeuses (par exemple un "i" majuscule qui est identique visuellement à un "l" minuscule)
  • Lire la biographie pour s’assurer qu’il ne s’agit pas d’un compte parodique
  • S’attarder sur la photo (voir plus bas comment repérer une fausse photo de profil)

Vous pouvez également, si vous avez un doute, analyser l’activité du compte avec des outils gratuits comme :

Foller.me : https://foller.me/ 

Botometer : https://botometer.osome.iu.edu/ 

Ces deux outils vous donneront des détails sur l’activité des comptes, et pourront même évaluer si un compte semble être un robot ou un faux compte.

L'outil Botometer analyse le compte du journaliste de la rédaction des Observateurs @alexcapron, et donne un indice très faible. Cela signifie que l'outil estime qu'il s'agit d'un vrai compte, qui ne se comporte pas comme un robot.
L'outil Botometer analyse le compte du journaliste de la rédaction des Observateurs @alexcapron, et donne un indice très faible. Cela signifie que l'outil estime qu'il s'agit d'un vrai compte, qui ne se comporte pas comme un robot. © BotoMeter

En février 2022, des comptes Twitter se sont  fait passer pour des comptes affiliés à la chaîne américaine CNN, et ont relayé de fausses informations. 

Ils ont emprunté le logo de la chaîne d’information, et créé des noms d’utilisateurs qui imitent ceux des comptes Twitter de CNN : @CNNUKR et @CNNAfghan se sont fait passer respectivement pour les déclinaisons Ukraine et Afghanistan de la chaîne américaine, pour diffuser une rumeur infondée faisant état de la mort d’un journaliste américain en Ukraine. 

Capture d'écran de tweets mensongers via des comptes qui se font passer pour CNN. L’individu sur la photo s'appelle en réalité Jordie Jordan, un youtubeur américain.
Capture d'écran de tweets mensongers via des comptes qui se font passer pour CNN. L’individu sur la photo s'appelle en réalité Jordie Jordan, un youtubeur américain. © Les Observateurs de France 24

Ces deux comptes ne portent pas la certification Twitter, contrairement aux comptes officiels de CNN, tels que @CNN ou encore @cnnphilippines. CNN a, par ailleurs, signalé ces deux comptes, qui ont été suspendus depuis (lire l’article de nos confrères de l’AFP ici)

Il faut donc avoir le réflexe de se méfier et de vérifier un compte Twitter qui prétend être celui d’un média sans avoir la certification Twitter. Attention, certains comptes ajoutent l’emoji “✔️” ou "✅" pour faire croire qu’il s’agit d’un compte certifié. Le badge de certification doit être en forme de médaillon et positionné à côté du nom d’utilisateur. Il est bleu ou blanc selon votre version de Twitter (sombre ou clair). 

En l’absence de cette certification, il faut alors être plus prudent. Pour autant, cela ne signifie pas que le compte en question est une usurpation : il peut s’agir d’un média à faible audience, d’un  jeune média qui n’a pas encore effectué la démarche de certification.

Pour en savoir plus sur ces conseils, vous pouvez visionner les conseils de Hyppolite Valdez Onanina de Africa Check dans la vidéo ci-dessous.

Manipulation graphique d’un tweet

La plupart des “faux tweets” qui circulent se présentent sous la forme d’une capture d’écran manipulée. 

Il existe plusieurs méthodes, à la portée de tous, pour créer des tweets fallacieux, parfois très réalistes.

Certains tweets sont modifiés via un logiciel de photomontage. On peut repérer ces faux tweets, si l’on inspecte attentivement la police et le nombre de caractères utilisés, car souvent elles ne correspondent pas aux normes de Twitter.

On peut le constater par exemple sur cette capture d’écran d’un tweet faussement attribué à la BBC au sujet d’Emmanuel Macron, qui annoncerait la venue de “60 millions de réfugiés en Europe”.  

version archivée du tweet.

En regardant de plus près, on observe que le texte est détouré avec une couleur qui n’est pas identique à celle de l’arrière-plan. En plus, le nombre de caractères utilisé dépasse les 280 autorisés par Twitter.

En remontant le fil Twitter de la BBC, nous avons en outre retrouvé un tweet de la chaîne britannique avec une image similaire et diffusée à la même heure, mais dont le contenu ne portait pas du tout sur les réfugiés, comme on peut le voir ci-dessous.  

Comparaison des deux tweets
Comparaison des deux tweets © Les Observateurs de France 24

La BBC a par ailleurs démenti. (Voir notre vérification complète ici).

Autre exemple avec ce tweet faussement attribué à CNN au sujet d’un supposé document secret chinois qui prédirait la chute de l’Occident à cause du multiculturalisme. 

Fausse capture d'écran qui a circulé sur Twitter,
Fausse capture d'écran qui a circulé sur Twitter, © Les Observateurs de France 24

version archivée d'un tweet comprenant la capture d'écran

On retrouve bien le logo “certifié” et le nom d’utilisateur de CNN, mais - outre le fait que le texte est détouré avec un fond légèrement gris -  le nombre de caractères utilisé, 302, dépasse la limite de 280 autorisée sur Twitter.

Codes source modifiés

Au-delà du photomontage, il existe d’autres méthodes à portée de clic qui permettent de fabriquer des faux tweets de médias. 

Il est ainsi possible de changer le texte d’un tweet en modifiant le code source de la page. Cela permet de changer le contenu d’une page sur son écran, mais on ne peut pas enregistrer ces modifications. 

Une fois le texte du tweet modifié, les usurpateurs effectuent une capture d’écran de la publication, qu’ils diffusent ensuite sur les réseaux sociaux. Le tweet modifié paraît alors réaliste. 

Exemple ci-dessous avec la modification du code d’une publication du compte Twitter Info ou Intox (@InfoIntoxF24), de la rédaction des Observateurs. 

A gauche, le tweet original du compte Info ou Intox :  “Vous êtes désormais 20 000 à nous suivre…”. A droite, le même tweet après modification du code source. “Vous pouvez modifier le texte” lit-on sur cette version manipulée. Cette version manipulée ne modifie pas le tweet original, mais les usurpateurs effectuent un capture d’écran qu’ils diffusent ensuite sur les réseaux sociaux.
A gauche, le tweet original du compte Info ou Intox : “Vous êtes désormais 20 000 à nous suivre…”. A droite, le même tweet après modification du code source. “Vous pouvez modifier le texte” lit-on sur cette version manipulée. Cette version manipulée ne modifie pas le tweet original, mais les usurpateurs effectuent un capture d’écran qu’ils diffusent ensuite sur les réseaux sociaux. © Les Observateurs de France 24

En outre, il existe des sites internet qui permettent de générer des tweets, où l’on peut mettre un nom d’utilisateur, une photo de profil, choisir l’heure du tweet, et même ajouter une certification. On ne peut pas diffuser directement ces publication sur Twitter, il est en revanche possible d’en faire une capture d’écran. 

Comment vérifier ?

Plusieurs éléments permettent de déceler les tweets fallacieux. On peut commencer par vérifier si le tweet dont on suspecte l'authenticité apparaît sur le compte Twitter du média censé l'avoir publié, ou non. 

Prenons l’exemple de ce tweet attribué à la BBC qui a circulé fin mai sur Twitter (image ci-dessous). 

Tweet partageant un tweet fabriqué
Tweet partageant un tweet fabriqué © Les Observateurs de France 24

Sur la capture d’écran, la certification est visible, et le nom d’utilisateur correspond bien à celui d’une page Twitter BBC officielle : “@BBCWorld”. Pour savoir si la chaîne a publié un tel tweet, on peut faire une recherche avec des mots-clés qui apparaissent dans le tweet, via ce qu’on appelle des “opérateurs de recherche avancée” sur Twitter.  

Dans la barre de recherche Twitter, on peut par exemple taper : [“Saudi” “Pride” (from:BBCWorld)]. Le (from:BBCWorld) indique qu’on effectue la recherche uniquement sur le compte Twitter de la BBC.

Capture d'écran montrant le résultat de la recherche  via Twitter
Capture d'écran montrant le résultat de la recherche via Twitter © Les Observateurs de France 24

On constate qu’aucun tweet utilisant ces deux mots-clés à la suite n’apparaît à l’issue de cette recherche sur Twitter. En utilisant la même méthode, il est possible de retrouver tous les tweets qui mentionnent l’Arabie saoudite sur le compte Twitter de la BBC. Aucune publication de la chaîne britannique sur l’Arabie saoudite n'évoque “un mois des fiertés" dans le royaume wahhabite.

On peut également remonter le fil Twitter de la BBC, à la date et à l’heure qui apparaissent sur le tweet qu’on souhaite vérifier, pour savoir s’il a vraiment été publié par le compte du média britannique.

Et si la BBC avait bien publié ce tweet et l’avait supprimé par la suite ? On l’aurait su, car un tweet supprimé peut laisser des traces. En tout cas dans le cas de ce tweet attribué faussement à la BBC au sujet du prince hériter saoudien. En effet, on peut voir sur la capture d'écran qu'il est indiqué “834 tweets cités” sous le tweet. En faisant une recherche avancée “@BBCworld” en date du 22 mai, on devrait donc trouver à la date de publication du tweet la mention “tweet supprimé” dans les tweets qui auraient pu interagir avec celui-ci. Il n’y en a aucun. 

 

Reconnaître les faux profils grâce à leur photo

Les faux profil ont été au coeur du rachat avorté de Twitter par Elon Musk en 2022, ce dernier s'inquiétant du nombre de comptes Twitter qui pourraient être des robots. 

Il est souvent possible de repérer un faux compte en étudiant un élément en particulier : la photo de profil. De nombreux faux comptes sur les réseaux sociaux tentent d’avoir une identité réaliste. Et pour cela, ils utilisent souvent des photos de profil plus vraies que nature, en prenant des images du site Thispersondoesnotexist (“Cette personne n’existe pas” en français).

Type de photo qu'on peut trouver sur le site "Thispersondoesnotexist", souvent utilisée par les faux comptes pour apparaître réalistes.
Type de photo qu'on peut trouver sur le site "Thispersondoesnotexist", souvent utilisée par les faux comptes pour apparaître réalistes. © Thispersondoesnotexist

Le site permet de générer automatiquement des visages ultra réalistes d’hommes, de femmes, et même d’enfants, et ces photos sont régulièrement utilisées par des comptes créés avec une fausse identité. 

Mais il n’est pas difficile de repérer ces fausses photos. L’indice le plus flagrant concerne la position des yeux : ces derniers sont toujours alignés selon une grille fixe et immuable, et donc toujours positionnés au même endroit. 

Les explications détaillées dans cette vidéo ci-dessous par Victor Baissait, spécialistes des enjeux tech.

 

Comment vérifier si un compte a changé de nom ?

Si vous avez un doute sur un compte Twitter, et que vous pensez que ce dernier a changé d’identité pour brouiller les pistes, il existe des méthodes d’enquête sur ses traces numériques, c'est-à-dire les informations publiquement disponibles permettant de vérifier l’activité de ce compte dans le passé.

Première étape : il faut chercher les interactions du compte, et notamment les réponses que ce dernier a faites dans le passé. Pour cela, il faut se rendre dans la recherche avancée de Twitter en cliquant sur les trois points (...) au niveau de la barre de recherche et faire “recherche avancée”. Puis dans l’onglet “Comptes” mettre le nom du compte dans “A ces comptes”.

Sur Twitter, il est possible de faire des recherches avancées.
Sur Twitter, il est possible de faire des recherches avancées. © Twitter

Par exemple avec cette recherche, il est possible de voir toutes les interactions sur Twitter avec le compte des Observateurs.

2ème étape : il faut vérifier les interactions du compte, et notamment, si ce dernier a supprimé des anciens tweets, ou si un nom différent apparaît dans les interactions.

Dans l’exemple ci-dessous, le compte @MohammedAbuAq se présentait comme le frère de Shireen Abu Akleh, journaliste tuée en Cisjordanie par un tir de l’armée israélienne. Ce compte avait supprimé plusieurs tweets,dont celui ci-dessous.

Interaction d'un utilisateur Twitter avec MohammedAbuAq le 9 mai. Lien : https://twitter.com/bas99900/status/1523724694335098880
Interaction d'un utilisateur Twitter avec MohammedAbuAq le 9 mai. Lien : https://twitter.com/bas99900/status/1523724694335098880 © Twitter

3ème étape : utiliser le site Web.Archive.org pour vérifier si les tweets ont été archivés. 

En vérifiant le tweet précédent dans cet outil, on s’apercevait que ce dernier avait été archivé, et on découvrait que le compte ne s’appelait pas @MohammedAbuAq, mais @K_oiT_

Archive du même tweet montrant que l'utilisateur @K_oiT_ avait répondu à cet utilisateur.
Archive du même tweet montrant que l'utilisateur @K_oiT_ avait répondu à cet utilisateur. © Twitter

4ème étape : vérifier si l’identifiant Twitter est le même. Un utilisateur Twitter a un identifiant unique qu’il ne peut pas modifier. Il est possible de retrouver cet identifiant en allant sur un site tel que https://tweeterid.com/ . Par exemple, l’identifiant que du compte @observateurs est le numéro 16525183.

Or, en faisant une recherche avec ce numéro sur des moteurs de recherche, il est souvent possible de trouver des informations sur un compte ayant changé plusieurs fois de noms, mais ayant toujours le même Twitter ID.

Dans notre exemple, c’était bien le cas pour le compte @MohammedAbuAq et @K_oiT_, qui s’était également appelé @Gd_kgo et @Palestineismy et partageait le même twitter ID

Le compte Twitter @K_oiT_ a exactement le même identifiant numérique que le compte @MohammedAbuAq signifiant qu'il s'agit du même compte qui a changé de nom.
Le compte Twitter @K_oiT_ a exactement le même identifiant numérique que le compte @MohammedAbuAq signifiant qu'il s'agit du même compte qui a changé de nom. © WebArchive
Le compte Twitter avec pour identifiant Twitter le numéro 1488519840000352264 a eu également deux autres identités : @Gd_kgo_ et @Palestineismy.
Le compte Twitter avec pour identifiant Twitter le numéro 1488519840000352264 a eu également deux autres identités : @Gd_kgo_ et @Palestineismy. © Yandex

Pour en savoir plus sur cet exemple, relire l’article : Comment un compte Twitter a gagné des milliers d’abonnés sur le dos de la journaliste Shireen Abu Akleh