RUSSIE

Garry Kasparov derrière les barreaux : ils étaient là lors de l’arrestation…

Documents rassemblés avec l’aide d’, notre observatrice Russie L'opposant russe Garry Kasparov tout de suite après avoir pris la parole lors de la « marche des mécontents », le samedi 24 novembre. Le lendemain, il a été reconnu coupable d’avoir organisé « une manifestation illégale contre le président Poutine » et d’avoir « refusé d’obtempérer suite à l’intervention de la police ». Des témoins de la scène ont posté leurs images sur Internet. Nous publions également les réactions d’internautes russes à cette arrestation. Posez vos questions à sur sa fiche profil.

Publicité

Documents rassemblés avec l’aide d’Allena Ponomaryova, notre observatrice Russie

L'opposant russe Garry Kasparov a été arrêté tout de suite après avoir pris la parole lors de la « marche des mécontents », le samedi 24 novembre. Le lendemain, il a été reconnu coupable d’avoir organisé « une manifestation illégale contre le président Poutine » et d’avoir « refusé d’obtempérer suite à l’intervention de la police ». Des témoins de la scène ont posté leurs images sur Internet. Nous publions également les réactions d’internautes russes à cette arrestation.

Posez vos questions à Allena Ponomaryova sur sa fiche profil.

Le discours de Kasparov lors de la « marche des mécontents »

Lors de ce meeting organisé par l’opposition, Kasparov a pris la parole pour dénoncer la politique du Président russe. Il demandait aux gens de ne pas croire la propagande du gouvernement et de se fier plutôt à leur propre jugement. A la fin de son intervention, la foule criait : « la Russie sans Poutine ».

Le régime n’hésitera pas à prendre des mesures extrêmes. Nous savons déjà que les autorités ne sont pas allergiques au sang. Nous en avons eu la preuve sur le site Nord Ost, et nous l’avons vu à Beslan. Rien ne les arrêtera. Mais nous devons nous rappeler que si notre nombre augmente, nous leur ferons peur, car leur peur de notre mouvement est plus forte que la peur qu’ils peuvent infiltrer dans nos âmes. Ca n’est pas par hasard qu’ils envoient les troupes de choc (SWAT teams) à chaque fois que nous organisons une « marche des mécontents ». Ils ont tellement peur de nous qu’ils ne nous laissent pas organiser une manifestation pacifique de protestation. Alors que ce que nous voulons, c’est seulement faire part de nos revendications au bureau central des élections et au gouvernement. »

 

Vidéo amateur au moment de Kasparov été arrêté

Cette vidéo a été prise alors que Kasparov était emmené par la police. Le texte en russe ajouté sur la vidéo indique simplement « arrestation de Kasparov », puis « opération spéciale forteresse » (le nom de code donné à l’arrestation de Kasparov). Et à la fin, lorsque la foule chante, on peut lire « liberté pour Kasparov ».

Cette vidéo était postée sur Aristocratia, un site de l’organisation d’opposition ARES.

« Ce fut l’arrestation la plus brutale que j’ai jamais vue »

Ces photos et commentaires viennent d’un manifestant qui a assisté à l’intervention de la police, mais qui souhaite rester anonyme.

Kasparov et Limonov [le leader du parti national bolchévique] ont été poussés contre le mur par plusieurs policiers casqués. Quelques secondes auparavant, un officier à côté de moi avait donné l’ordre de procéder à l’arrestation. L’intervention a été effectuée par des policiers en civil et d’autres en tenue. Ils ont formé un cercle serré autour des leaders de l’opposition et les ont poussés au travers de la foule, en repoussant les manifestants qui tentaient de photographier la scène. Ce fut l’arrestation la plus brutale que j’ai jamais vue ».

« Moi je pense que les autorités ont été trop tolérantes avec ces émeutes... »

Ce blogueur a fait une liste des « bonnes et des mauvaises choses » à propos de Poutine. L’arrestation de Kasparov fait partie des « bonnes choses » :

Ils disent que le KGB, 'assoiffé de sang', a installé une dictature dans le pays. C'est ridicule ! Si nous vivions dans une dictature, des gens qui bloquent les voies publiques, comme Kasparov ou Limonov, se retrouveraient directement en Sibérie. Ils ne s'en sortiraient pas avec cinq jours de détention... Moi je pense que les autorités ont été trop tolérantes avec ces émeutes... »

« J’ai appris l’arrestation par une télévision française… »

L’organisation de cette ‘marche des mécontents’ était une façon de tester la liberté d’expression et d’association en Russie. La répression nous a donné une réponse claire. Quoi qu’on pense de Garry Kasparov et de son mouvement, un fait est un fait : la marche a été empêchée par la police. Et surtout, je ne l’ai appris que par la télévision française Euronews [en réalité, Euronews est une chaîne européenne]. Les télés, qui soutiennent le Kremlin, ne parlent que des feux à Malibu, ou d’événements de ce genre, qui sont bien sûr plus importants pour les Russes. Pas un mot sur la manifestation et la façon dont elle a été réprimée. »

S’ils peuvent faire ça à Kasparov, que vont-ils faire des simples citoyens comme nous ?

La blogueuse est la représentante à Murmansk d’un mouvement d’opposition, le Front uni des citoyens. Elle était au tribunal lorsque Kasparov a été condamné à cinq jours de prison.

Kasparov a été escorté hors de la salle d’audience par huit membres des troupes de choc (SWAT). (…) Les autorités doivent vraiment avoir peur de lui. Poutine doit vraiment le haïr pour essayer de le faire passer pour un criminel ordinaire. J’ai entendu des officiels discuter de son cas dans les couloirs. Ils disaient : ‘la prochaine fois, il faudra arrêter aussi ses gardes du corps, car ils se défendraient sûrement et nous pourrions l’attaquer dans le cadre d’une affaire criminelle’. Ca c’est un beau plan de Poutine : provoquer les citoyens pacifiques, les attaquer, et espérer qu’ils se défendent pour pouvoir les jeter en prison. S’ils peuvent faire ça à Kasparov, que vont-ils faire des simples citoyens comme nous ? Et comment vont-ils nous traiter quand le régime aura atteint sa puissance maximum ?»