YÉMEN

La vague de contestation touche le Yémen

Publicité

 

Le 27 janvier, une foule rassemblée devant l’université de Sanaa, la capitale du Yémen, a dénoncé la corruption et demandé le départ du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 33  ans. Au total, 16 000 personnes sont descendues dans la rue.

 

  

Vidéo publiée sur la page YouTube de Emadyy.

 

Vidéo publiée sur la page YouTube de ABASALNAHARY.

 

Les nombreux Yéménites qui sont descendus dans la rue s'inspirent de la vague de contestation qui a secoué dernièrement la Tunisie et actuellement l'Égypte.Ces derniers jours, quatre Yéménites se sont immolés en public. L'un d'entre eux, un homme de 45 ans, est mort de ses brûlures.

 

Sanaa et les principales villes du Yémen sont calmes ce vendredi 28 janvier, jour de prière. Le mouvement mené à la fois par les membres de l'opposition parlementaire et par de jeunes militants reprendra en début de semaine prochaine.

 

Le pouvoir, de son côté, tente de calmer les esprits. Dans une allocution télévisée le dimanche 23 janvier, Ali Abdallah Saleh s'était engagé à ne pas transmettre le pouvoir à Ahmad, son fils aîné. Et son gouvernement a promis une hausse des salaires.