Intox

Des “gangs de migrants” derrière les violences du nouvel an à Berlin ? Attention à ces vidéos sorties de leur contexte

Parmi les centaines de vidéos sur les réseaux sociaux montrant les célébrations du nouvel an en Allemagne, deux au moins affirment que la violence a été le fait des “gangs de migrants”.
Parmi les centaines de vidéos sur les réseaux sociaux montrant les célébrations du nouvel an en Allemagne, deux au moins affirment que la violence a été le fait des “gangs de migrants”. © Les Observateurs de France 24

Alors que l’Allemagne a promis de réagir face aux violences ayant fait plus de 100 blessés parmi les policiers et pompiers mobilisés la nuit du 31 décembre 2022, des dizaines de comptes diffusent d'anciennes vidéos pour véhiculer des arguments xénophobes accusant des “gangs de migrants musulmans” d’en être responsables.

Publicité

La vérification en bref 

  • Des publications d’une des vidéos, largement relayées sur les réseaux sociaux, affirment qu’elle montre un groupe de “migrants musulmans armés de pistolets”, lequel serait à l’origine des violences survenues la nuit du nouvel an à Berlin.
  • Une autre vidéo est relayée par des comptes prétendant qu’elle montre des “migrants” s’en prendre, avec des projectiles, à des ambulanciers à l'intérieur de leur véhicule. 
  • Une recherche d’images inversée permet de confirmer que ces deux vidéos ne sont pas récentes et sont diffusées par des comptes aux affirmations xénophobes qui mettent en cause les migrants. 

Vérification en détails 

Depuis le 1er janvier 2023, des dizaines de publications sur les réseaux sociaux accusent des “gangs de migrants” d’être à l’origine des scènes de chaos ayant ponctué la nuit du nouvel an à Berlin. La ville a fait état de plus de 100 blessés du côté des policiers et pompiers tandis que la ministre fédérale de l’Intérieur a promis sur Twitter, le 2 janvier, de mettre tout en œuvre pour sanctionner les auteurs de ces violences. 

Une des vidéos en particulier, partagée près de 1 000 fois depuis le 2 janvier et cumulant plus de 65 000 vues, prétend montrer des “migrants armés de pistolets” sur Hermannstrasse, une rue du quartier de Neukölln à Berlin. On y voit un groupe d’individus extasiés, tirer en l’air avec ce qui ressemblerait à des “pistolets”. On les y voit également faire exploser des cartouches de feu d’artifice en pleine rue. 

Capture d’écran d’une publication sur Twitter le 2 janvier 2023 où David Atherton, journaliste travaillant pour le média conservateur The European Conservative, affirme que des migrants ont tiré avec leurs pistolets en marge des célébrations du nouvel an.
Capture d’écran d’une publication sur Twitter le 2 janvier 2023 où David Atherton, journaliste travaillant pour le média conservateur The European Conservative, affirme que des migrants ont tiré avec leurs pistolets en marge des célébrations du nouvel an. © Les Observateurs de France 24
Capture d’écran d’une publication Twitter du 2 janvier 2023 où on peut lire que “chaque année, moins de nationaux osent sortir pour fêter le nouvel an parce que des sauvages détournent les rues de tout le monde, attaquent et mettent le feu”.
Capture d’écran d’une publication Twitter du 2 janvier 2023 où on peut lire que “chaque année, moins de nationaux osent sortir pour fêter le nouvel an parce que des sauvages détournent les rues de tout le monde, attaquent et mettent le feu”. © Les Observateurs de France 24

Contrairement à ce qui est avancé par ces comptes, cette vidéo ne montre pas des violences commises par les migrants le 1er janvier 2023. Une recherche d’image inversée nous permet de retrouver la même vidéo publiée le 6 janvier 2020 sur le site polonais “demotywatory.pl”. 

Capture d’écran d’un site polonais où l'on retrouve la même vidéo, publiée le 6 janvier 2020. Il s’agit de l’occurrence la plus ancienne en ligne que nous avons pu trouver.
Capture d’écran d’un site polonais où l'on retrouve la même vidéo, publiée le 6 janvier 2020. Il s’agit de l’occurrence la plus ancienne en ligne que nous avons pu trouver. © Les Observateurs de France 24

“Pas d’armes à balles réelles mais des armes à blanc avec des tromblon lance-fusée”

Après avoir identifié des indices visuels et sonores et des éléments urbains distincts, l’outil Street View de Google Maps permet de géolocaliser l'endroit exact où la vidéo a été filmée sur Hermannstrasse. On voit par exemple un panneau affichant la lettre U (en orange) qui correspond aux stations de métro (U-Bahn) à Berlin. D'autres indices, comme un bac où est planté un arbre (en vert) où un panneau routier (en rouge) permettent de situer exactement où les images sont prises, ici. 

En orange, un panneau affichant la lettre U (du nom de l’organisme berlinois de transport public U-Bahn Berlin) indique que la vidéo a été filmée près d’une station de métro à Berlin, en Allemagne. En vert, un bac avec un arbre. En rouge, on voit un panneau indiquant le nom de la rue.
En orange, un panneau affichant la lettre U (du nom de l’organisme berlinois de transport public U-Bahn Berlin) indique que la vidéo a été filmée près d’une station de métro à Berlin, en Allemagne. En vert, un bac avec un arbre. En rouge, on voit un panneau indiquant le nom de la rue. © Les Observateurs de France 24
Avec l’outil Street View de Google Maps, on identifie les mêmes éléments de la vidéo sur cet emplacement se trouvant à l’un des carrefours de la rue Hermannstrasse dans le quartier de Neukölln à Berlin.
Avec l’outil Street View de Google Maps, on identifie les mêmes éléments de la vidéo sur cet emplacement se trouvant à l’un des carrefours de la rue Hermannstrasse dans le quartier de Neukölln à Berlin. © Les Observateurs de France 24

Un expert balistique contacté par notre rédaction explique que les pistolets visibles dans la vidéo sont des pistolets à feu d'artifice, et qu'aucun n'est une arme à balles réelles.

On ne voit pas d’armes à balles réelles. Les armes que l’on voit sont des armes à blanc  avec tromblon lance-fusée. Le reste, ce sont des feux d’artifice de type chandelle romaine ou compact et de la fusée d’artifice montée sur tige, et des effets pyrotechniques explosifs sifflants et lumineux.

Un deuxième expert précise : 

“Ces armes sont des répliques d’armes réelles (pistolet ou revolvers) qui ressemblent fortement à des armes de calibres .38, 9 mm parabellum ou .45 ACP tirant de vrais projectiles. Elles sont dotées du tromblon que l’on voit sur la photo (page wikipedia) qui sert à la fois à lancer une bille en caoutchouc ou une fusée éclairante. Elles sont généralement autorisées à la détention pour se défendre. Mais si la détention est libre, aux majeurs, le port dans un étui prêt à l’emploi est interdit chez nous et peut-être aussi dans les autres pays européens, vu leur aspect, on peut les confondre avec de vraies armes dotées de munitions avec projectiles”.

Pour mieux comprendre le contexte de la vidéo, nous avons contacté Jacques Pezet, journaliste qui travaille pour le média d'investigation allemand Correctiv, lui-même ancien habitant du quartier où s’est déroulée la scène. 

“La célébration du nouvel an est un événement important en Allemagne. Les Allemands en général, y compris les personnes issues de l'immigration, adorent les feux d'artifice. Il y a eu un engouement cette année en particulier, car les deux dernières années, les feux d'artifice ont été interdits afin de limiter les rassemblements sur fond de Covid-19. Cette année, les supermarchés ont été autorisés à vendre des feux d'artifice, y compris des pistolets à feux d’artifice quelques jours avant le nouvel an. Bien que Neukölln soit un quartier principalement habité par une population majoritairement issue de l’immigration, rien dans la vidéo n'indique que les personnes qui y figurent sont des migrants.” 

Autre vidéo, même affirmations trompeuses

Une autre vidéo prétend montrer qu’un groupe de migrants a ciblé, la nuit du 1er janvier 2023, les ambulanciers par des projectiles et des feux d’artifice. 

Capture d’écran d’une publication sur Twitter le 3 janvier 2023 où il est affirmé que des ambulanciers à Berlin sont attaqués, avec des feux d'artifice, par des migrants la veille du nouvel an.
Capture d’écran d’une publication sur Twitter le 3 janvier 2023 où il est affirmé que des ambulanciers à Berlin sont attaqués, avec des feux d'artifice, par des migrants la veille du nouvel an. © Les Observateurs de France 24

Une recherche d’images inversée permet de retrouver une version plus ancienne de la vidéo datant d’au moins novembre 2018 et publiée sur la chaîne YouTube de Hong Kong Press, un site d’informations hongkongais. Elle montre en réalité des manifestants à Hong Kong, lors d'un mouvement contre une proposition de loi facilitant les extraditions vers la Chine. On y voit des manifestants s’attaquer à un policier s’étant abrité à l’intérieur d’une ambulance. 

Capture d’écran d’une vidéo publiée en 2019 sur la chaîne YouTube de Hong Kong Press, un site d’informations hongkongais ayant intensément couvert le mouvement populaire de 2019-2020.
Capture d’écran d’une vidéo publiée en 2019 sur la chaîne YouTube de Hong Kong Press, un site d’informations hongkongais ayant intensément couvert le mouvement populaire de 2019-2020. © Les Observateurs de France 24
Capture d’écran d’une publication Twitter comprenant la même vidéo qui date du 18 novembre 2019. On y voit des manifestants hongkongais lancer des projectiles à destination d’un policier se trouvant à l’intérieur d'un véhicule.
Capture d’écran d’une publication Twitter comprenant la même vidéo qui date du 18 novembre 2019. On y voit des manifestants hongkongais lancer des projectiles à destination d’un policier se trouvant à l’intérieur d'un véhicule. © Les Observateurs de France 24

La police allemande a annoncé qu’elle avait interpellé 145 individus en lien avec les violences du 1er janvier 2023, représentant un total de 18 nationalités. Les Allemands sont les plus représentés avec 45 individus, suivis par les Afghans (27) et les Syriens (21).