INTOX

À quoi servent ces fausses unes de Charlie Hebdo relayées en Russie ?

Ces trois unes du magazine Charlie Hebdo sont des créations de toute pièce relayées par des chaînes Telegram pro-russes.
Ces trois unes du magazine Charlie Hebdo sont des créations de toute pièce relayées par des chaînes Telegram pro-russes. © Observateurs

Au moins six fausses couvertures attribuées au magazine satirique Charlie Hebdo ont été relayées, principalement sur des chaînes Telegram russes, lors des six derniers mois. Le phénomène, loin d’être isolé, concerne plusieurs médias internationaux depuis le début de la guerre en Ukraine. La rédaction des Observateurs a interrogé un média indépendant russe qui a enquêté sur ces fausses publications.

Publicité

Le 28 novembre, la rédaction des Observateurs de France 24 repère une couverture faussement attribuée au journal hebdomadaire satirique français Charlie hebdo publiée avec une légende en anglais : "France : le nazisme est associé à Ukr[aine]. Charlie Hebdo a sorti un numéro spécial sur les aventures des nazis ukr[ainiens] au Qatar" affirme la publication retweetée jusqu'à 129 fois, que l'on retrouve également en espagnol, en français, en polonais ou en italien, généralement avec de faibles nombres de partages.

Le dessin fait référence lui-même à une fausse information vérifiée par la rédaction des Observateurs de France 24 le 25 novembre concernant une supposée vidéo d'Al-Jazira.

Dans la vidéo, le média qatari aurait rapporté qu'un tag nazi avait été effectué par des supporteurs ukrainiens au Qatar, avec les mots "Sieg Heil", le "salut à la victoire" sous le régime nazi. Cette vidéo n'a pourtant jamais été publiée par Al-Jazira et c'est un faux

Sur le dessin, on voit la même moustache d'Hitler dessinée à la mascotte du mondial que dans la fausse vidéo d'Al-Jazira. Deux hommes portant un keffieh cherchent dans un dictionnaire la signification du mot et supposent qu'il s'agit de "quelque chose en ukrainien".

À gauche, la fausse une de Charlie Hebdo montrant un supposé tag nazi effectués par des supporteurs ukrainiens au Qatar. À droite, le faux reportage d’Al-Jazira diffusé par l’ambassade de Russie au Royaume-Uni.
À gauche, la fausse une de Charlie Hebdo montrant un supposé tag nazi effectués par des supporteurs ukrainiens au Qatar. À droite, le faux reportage d’Al-Jazira diffusé par l’ambassade de Russie au Royaume-Uni. © Observateurs

Cette une de Charlie Hebdo n'a pourtant jamais existé : il s'agit d'une création de toute pièce imitant le style des publications du journal. On ne retrouve aucune mention de cette une sur la page des derniers numéros du magazine. La publication n°1 584, censée être celle où des supporteurs ukrainiens font un tag, montre en réalité un dessin sur l'actualité politique française.

Capture d’écran du site de Charlie Hebdo qui montre les vraies couvertures de l’hebdo.
Capture d’écran du site de Charlie Hebdo qui montre les vraies couvertures de l’hebdo. © CharlieHebdo

Au moins six fausses unes de Charlie Hebdo depuis juillet

Le 23 septembre 2022, le magazine Charlie Hebdo révélait lui-même dans un article avoir repéré au moins deux unes imitant le style de son journal, précisant que ces dernières étaient "laides qui plus est".

Ces deux couvertures montraient notamment Emmanuel Macron, le président français, sur un char à eau asperger des manifestants en leur criant : "Restez chez vous, ne vous révoltez pas !", pendant que Volodymyr Zelensky, grimé en chien, semble manger des excréments dans une gamelle aux couleurs de l'Union européenne.

Sur une autre, le contour du Royaume-Uni vomit sur l'ancien Premier ministre, Boris Johnson, pendant que Volodymyr Zelensky, toujours grimé en chien, s'accroche à lui. Des fautes d'orthographe dans les titres comme "La fête est fini" sans le "e" à "finie", ou encore le mot "chaud" écrit "haud" soulignent le caractère amateur des faux.

Trois fausses unes de Charlie Hebdo repérées par le média russe Provereno en octobre 2022.
Trois fausses unes de Charlie Hebdo repérées par le média russe Provereno en octobre 2022. © Provereno.media

En octobre, c'est une autre une prétendant montrer le roi Charles III s'indigner d'un tag sur la tombe de la reine Elizabeth II effectué par Volodymyr Zelensky, toujours dessiné sous la forme d'un chien.

Enfin, début novembre, la rédaction des Observateurs de France 24 a repéré une dernière fausse une montrant le pape François mettre la main aux fesses d'un enfant. La couverture fait référence à une déclaration du pape sur la "cruauté" des combattants tchétchènes et bouriates, désignant ainsi les soldats des nations non chrétiennes de la Fédération de Russie.

Dernière fausse une en date de début novembre repérée par la rédaction des Observateurs de France 24.
Dernière fausse une en date de début novembre repérée par la rédaction des Observateurs de France 24. © Twitter

Au total, c'est donc au moins six fausses unes attribuées à Charlie Hebdo qui ont circulé depuis le mois de juillet, toutes sur des thématiques liées à la guerre en Ukraine.

Des unes relayées majoritairement dans des groupes pro-russes sur Telegram

Selon les statistiques de l'outil TG Stat, permettant d'analyser des données sur Telegram, la dernière fausse une attribuée à Charlie Hebdo montrant un supposé tag nazi au Qatar a été relayée depuis le 25 novembre dans au moins 85 groupes Telegram russophones. Dans de très rares cas, la publication était aussi visible sur des groupes Telegram en espagnol, français ou italien.

La publication d'origine a été effectuée par la chaîne Telegram "Раньше всех. Ну почти. Спецоперация" signifiant en français "Plus tôt que d'autres. Presque. Opération spéciale", avant d'être supprimée.

Capture d’écran de la publication initiale relayant la fausse capture d’écran de Charlie Hebdo avec le tag au Qatar, depuis supprimée.
Capture d’écran de la publication initiale relayant la fausse capture d’écran de Charlie Hebdo avec le tag au Qatar, depuis supprimée. © TGStat

Le média indépendant russophone Provereno media a analysé en détail les publications relayant ces fausses unes.  Elles ont été à chaque fois publiées en premier dans des chaînes Telegram russophones, ouvertement favorables au Kremlin. 

Ainsi, la première couverture montrant Boris Johnson se faire vomir dessus a été partagée le 12 juillet dans la chaîne Nebozhena ayant 480 000 abonnés. 

Celle avec Emmanuel Macron sur un camion a été relayée le 1er septembre dans la chaîne Pool N3 avec 274 000 abonnés.

Celle mettant en scène Charles III a été relayée le 20 septembre sur la chaîne Telegram de Christina Potupchik, ancienne commissaire du mouvement de jeunesse pro-gouvernemental russe Nashi, ayant 177 000 abonnés.

Enfin, celle montrant un missile ukrainien tombé dans un trou a été relayée le 16 novembre dans la chaîne Telegram Poutine TG avec 313 000 abonnés.

Ces publications ont circulé quasiment exclusivement dans des chaînes Telegram russes et ont été amplifiées dans la plupart des cas par des propagandistes pro-russes plus célèbres : l'un des plus connus est Vladimir Soloviev, présentateur à la télévision russe et présenté par Libération comme le "propagandiste en chef" du Kremlin, et dont la chaîne Telegram dépasse les 1,4 millions d'abonnés.

Capture d’écran de deux fausses publications relayées sur la chaine Telegram de Vladimir Soloviev sans précision que ces unes sont des faux.
Capture d’écran de deux fausses publications relayées sur la chaine Telegram de Vladimir Soloviev sans précision que ces unes sont des faux. © Telegram Vladimir Soloviev

De nombreuses couvertures de médias falsifiées

Depuis le mois de septembre, la rédaction des Observateurs de France 24 a repéré au moins cinq autres fausses couvertures de médias internationaux, allemands (Stern et Titanic), espagnol (El Jueves), ou encore américain (Vogue). La plupart de ces unes ont été relativement peu partagées, certaines ont eu plus de succès comme celle de Vogue avec 1 600 retweets, bien qu'elle soit ouvertement parodique.

De son côté, le média russe Provereno affirme qu'au moins 10 couvertures ont été falsifiées, dont des couvertures turques, indiennes ou allemandes, analysées notamment dans cet article.

A côté de la fausse Une de Charlie Hebdo (à droite), le média Provereno a également analysé une fausse couverture du média truc Le Man (à gauche) et du média indien Ananda Vikatan (au centre).
A côté de la fausse Une de Charlie Hebdo (à droite), le média Provereno a également analysé une fausse couverture du média truc Le Man (à gauche) et du média indien Ananda Vikatan (au centre). © Provereno.media

"Ces fausses unes poursuivent un but de zombification du peuple russe"

Pour, Ilya Ber, éditeur et rédacteur en chef du média de vérification indépendant russe Provereno, ces unes poursuivent un objectif bien précis : 

Selon nos observations, ces fausses couvertures sont un phénomène nouveau. Pendant le pic précédent de la guerre de l'information entre 2014 et 2015, nous n'avons rien remarqué de tel. C'est vraiment une stratégie née durant l'été 2022 et qui est devenue une stratégie à plus grande échelle à l'automne 2022. 

Elles ont été fabriquées par la propagande russe pour des besoins internes principalement. Ils soutiennent de faux récits dans un but de zombification du peuple russe. Et ils y parviennent plutôt bien vu le nombre de partages. Elles sont d'abord souvent publiées dans des groupes privés [puis relayées par de plus gros groupes notamment administrés par des personnalités pro-Kremlin, NDLR].

Ce qui est intéressant, c'est qu'on trouve des références à de faux événements dans ces fausses couvertures. C'est le cas pour celle de Charlie Hebdo faisant une référence à un faux tag de supporteurs ukrainien lors de la Coupe du monde au Qatar. Mais c'est aussi le cas d'une autre une montrant Zelensky comme "un trou noir" avalant l'argent des dons internationaux pour l'Ukraine sur la fausse couverture du magazine allemand Stern [la rédaction des Observateurs a notamment analysé de faux graffiti présentant Volodymyr Zelensky comme un trou noir aspirant l'argent dans les rues de Saint-Mandé en France ou Varsovie en Pologne, NDLR].

L'objectif est double : d'abord interne, pour faire croire aux Russes qu'il existe de nombreux soutiens de médias occidentaux envers la Russie, et d'opposition à la guerre en Ukraine. Et ensuite externe, en essayant d'amplifier artificiellement une vague de sympathie dans d'autres langues. Dans les deux cas, le but est de nourrir leur public avec des faits alternatifs.

Des stratégies similaires d'influence pro-russe ont déjà été observées dans un passé récent.

Selon une enquête de Proekt Media, média d'investigation indépendant russophone, les autorités de Moscou ont déjà testé une stratégie similaire sur Telegram. Des memes, publications généralement composées de photos explicites et d'un texte humoristique, avaient été diffusés via des sous-traitants, notamment venant du mouvement Nashi pour dénigrer l'opposant Alexeï Navalny dès 2016. 

Début novembre 2022, la société analytique Graphika Inc. a de son côté rapporté que des comptes Internet pro-russes ont utilisé des caricatures politiques pour tenter d'influencer le résultat des élections américaines de mi-mandat. Les comptes publiant ces images étaient liés à une "usine à trolls" liée à Yevgeny Prigozhin, fondateur du groupe de mercenaires Wagner ainsi que de l'Internet Research Agency, une officine de propagande russe.

 

Si vous repérez une couverture d'un média sur l'actualité de la guerre entre l'Ukraine et la Russie qui vous semble douteuse, pensez donc bien toujours à vérifier sur le média en question si cette une existe. Et dans le doute, vous pouvez contacter la rédaction des Observateurs de France 24 via le compte Twitter @InfoIntoxF24.