Intox

Des combattants du régiment Azov ont-ils confondu le drapeau des Pays-Bas avec celui de la Russie ? Faux

Des utilisateurs affirment que des soldats Azov ont brûlé par erreur le drapeau du Pays-Bas.
Des utilisateurs affirment que des soldats Azov ont brûlé par erreur le drapeau du Pays-Bas. © Observateurs

Des comptes pro-russes ont diffusé la photo de prétendus soldats ukrainiens membres du régiment Azov brûlant le drapeau néerlandais, qu’ils auraient confondu avec le drapeau russe. La publication tente de faire passer ces combattants pour des ignorants. En réalité, la photo est issue d’une vidéo de propagande anti-ukrainienne, où le drapeau des Pays-Bas avait été volontairement utilisé.

Publicité

La vérification en bref :

  • Une photo prétendant montrer des soldats ukrainiens mettre le feu à un drapeau néerlandais est partagée par des utilisateurs pour se moquer de la supposée erreur des combattants.
  • En réalité, la photo est issue d’une vidéo publiée en 2016. C’était une mise en scène réalisée par des activistes pro-russes pour décrédibiliser l’Ukraine auprès des Pays-Bas, à un moment où le pays organisait un référendum sur l’accord d’association entre l’Union européenne et l’Ukraine. 

La vérification en détail :

Le 22 mai, des photos partagées par des comptes pro-russes montrent des supposés soldats ukrainiens cagoulés mettre le feu à un drapeau des Pays-Bas. “L'éducation extrêmement faible des Ukrainiens les a amenés à confondre la Russie avec les Pays-Bas” commente dans un tweet du 22 mai l’un des auteurs, Alexander Bunin, un producteur et journaliste russe qui relaie des contenus trompeurs depuis le début de la guerre en Ukraine. Le drapeau russe arbore également les couleurs bleu blanc et rouge en bandes horizontales mais pas dans le même ordre que celui des Pays-Bas. 

Capture d’écran du tweet du 22 mai d’Alexander Bunin, affirmant que des soldats Azov se sont trompés de drapeau.
Capture d’écran du tweet du 22 mai d’Alexander Bunin, affirmant que des soldats Azov se sont trompés de drapeau. © Observateurs

Une publication en russe, le 22 mai, avec la photo a collecté plus de 550 mentions “j’aime”, une autre publication en italien a collecté plus de 1 700 “j’aime”.

Une recherche d’image inversée (voir ici comment procéder) permet de voir que la vidéo date de janvier 2016

Notre rédaction avait d’ailleurs écrit un article sur cette vidéo en mars 2016, qui affirmait montrer des soldats du régiment Azov brûler un drapeau des Pays-Bas et menacer le pays de représailles s’il ne votait pas en faveur d’un rapprochement entre l’Ukraine et l’Union européenne lors d’un référendum d’avril 2016. D’après nos recherches de l’époque, la vidéo avait tous les attributs d’une mise en scène pro-russe utilisée pour décrédibiliser l’Ukraine. 

Comme nous le notions dans cet article, plusieurs incohérences peuvent être relevées. La vidéo, publiée par un compte nommé “Patriot”, renvoie dans son descriptif vers un autre lien YouTube ; cette vidéo est indisponible quand on clique sur ce lien, et l’internaute laisse entendre qu’elle a été supprimée par la chaîne officielle d’Azov.  

Mais le message d’erreur à l’époque était celui d’un lien cassé, et pas celui d’une vidéo supprimée par un utilisateur. 

Dans notre article du 2 mars 2016, nous avions publié cette capture d’écran, montrant le lien donné par la chaîne “Patriot”. Il affiche une vidéo "pas disponible", signifiant que le lien ne renvoie vers aucune vidéo
Dans notre article du 2 mars 2016, nous avions publié cette capture d’écran, montrant le lien donné par la chaîne “Patriot”. Il affiche une vidéo "pas disponible", signifiant que le lien ne renvoie vers aucune vidéo © Observateurs

La vidéo a été publiée sur des comptes YouTube qui n’ont pas publié d'autres vidéos, ce qui laisse penser qu’ils ont été créés pour diffuser ces images.

Dans un article d’avril 2016, le média d’investigation Bellingcat explique pourquoi la vidéo est très probablement l'œuvre d’une “usine à troll” russe : il n’y a aucune trace de circulation de la vidéo sur les réseaux sociaux du régiment Azov. Des captures d'écran de la chaîne YouTube du bataillon Azov avaient par ailleurs été retouchées, dans le but de faire croire que la vidéo avait bien été publiée par la chaine YouTube d’Azov, ce qui n’a pas été le cas. 

En janvier 2016, le bataillon Azov avait assuré à Stopfake, un média ukrainien de vérification des faits, qu’il n’avait rien à voir avec cette vidéo.

Conclusion, cette image ne montre pas les combattants Azov qui se seraient trompés de drapeau. Elle est issue d’une ancienne vidéo prétendant montrer des combattants du régiment Azov brûler le drapeau des Pays-Bas, une très probable mise en scène de la propagande russe.

Un référendum avait été organisé aux Pays-Bas en avril 2016, demandant aux Néerlandais s’ils approuvaient ou non l’accord d’association entre l’Union européenne et l’Ukraine. Il s’agissait d’un accord de rapprochement entre l’UE et l’Ukraine, incluant un accord de libre-échange. Si une majorité de Néerandais avait voté contre, le référendum était à titre consultatif, et les Pays-Bas ont finalement ratifié le traité

Azov est un bataillon nationaliste intégré à l’armée ukrainienne. Formé en mai 2014  pour lutter contre les séparatistes pro-russes, il s’agissait à l’origine d’un groupe d’une centaine de volontaires aux idées nationalistes, voire néonazies. En novembre 2014, il a été intégré à l’armée ukrainienne, suite aux accords de Minsk qui demandaient le retrait des groupes paramilitaires dans le cadre du conflit dans le Donbass. L’orientation idéologique du régiment Azov est devenu un argument des autorités russes pour défendre la guerre en Ukraine, car elles y voient la preuve que l’Ukraine doit être “dénazifiée”.