INTOX

Non, le chanteur du groupe ukrainien vainqueur de l’Eurovision 2022 n’a pas fait de salut nazi

Des publications affirment que le chanteur du groupe ukrainien Kalush Orchestra, vainqueur de l'Eurovision 2022, aurait fait un salut nazi en quittant la scène. Il s'agit d'un contenu tronqué dont l'angle de vue est trompeur.
Des publications affirment que le chanteur du groupe ukrainien Kalush Orchestra, vainqueur de l'Eurovision 2022, aurait fait un salut nazi en quittant la scène. Il s'agit d'un contenu tronqué dont l'angle de vue est trompeur. © Observateurs

Le chanteur Oleh Psiuk, du groupe ukrainien Kalush Orchestra, aurait-il fait un salut nazi en quittant la scène de l’Eurovision 2022 ? C’est ce qu’affirment plusieurs personnes sur les réseaux sociaux, mettant en avant de courtes séquences vidéos ou des captures d’écran d’un extrait de la finale du 14 mai dernier. Il s’agit pourtant d’une séquence tronquée, et l’observation des séquences complètes et l’analyse d’images prises sous un autre angle de vue permettent de confirmer que le chanteur n’a pas fait ce geste.

Publicité

Dans une séquence vidéo de six secondes circulant à la fois sur Twitter ou Facebook, en anglais, en espagnol, ou en français, le chanteur Oleh Psiuk du groupe ukrainien Kalush Orchestra quitte la scène après avoir remporté l’Eurovision 2022, le 14 mai.

Alors qu’il se dirige vers la droite de l’écran, ce dernier lève le bras droit vers le ciel en diagonale. Pour beaucoup d’utilisateurs, s’appuyant tantôt sur la vidéo, tantôt sur une capture d’écran du même moment, il s’agirait d’un salut nazi.

Exemple de publication affirmant que le chanteur du groupe Kalush Orchestra a fait un salut nazi.
Exemple de publication affirmant que le chanteur du groupe Kalush Orchestra a fait un salut nazi. © Twitter

Pourquoi c’est faux

Les images choisies pour affirmer que le chanteur Oleh Psiuk effectue un salut nazi sont trompeuses.

La capture d’écran ne montre, par définition, qu’un arrêt sur image de la séquence.

Sur la vidéo ci-dessous, seule la fin de la séquence est visible au moment où la main du chanteur est déjà levée.

Enfin, sur certaines séquences vidéos un peu plus longues, c’est le haut de l’image qui a été rogné.

Or, certains éléments essentiels ont été cachés et sont présents dans la séquence intégrale, et non tronquée. En cherchant la rediffusion de la finale de l’Eurovisio 2022 sur le site de France Télévisions, on retrouve la séquence du “bras levé” à partir de 4 h 04 m 20 s, alors que le groupe vient de remporter l’Eurovision. Avec le haut de l’image non rogné, on peut ainsi voir que Oleh Psiuk lève son bras et ouvre sa main pour saluer le public, avant de poursuivre sur la droite de l’image toujours avec le bras levé.

Image main levée Eurovision.
Image main levée Eurovision. © FranceTV
Image main levée Eurovision.
Image main levée Eurovision. © FranceTV

Filmée depuis le public, une vidéo de la scène sous un autre angle permet de confirmer que le chanteur saluait bien le public, la main ouverte et les doigts écartés, alors qu’il quittait la scène de l’Eurovision. Il s’agit du même moment où on aperçoit un autre membre du groupe à ses côtés brandissant le drapeau ukrainien devant le public.

Une vidéo montre la même scène avec cette utilisatrice indiquant : "Arrêtez d'inventer des choses qui ne le sont pas, ici on voit bien qu'il a la main ouverte et qu'il nous saluait."
Capture d'écran de la vidéo permettant de voir que la main du chanteur Oleh Psiuk est bien ouverte.
Capture d'écran de la vidéo permettant de voir que la main du chanteur Oleh Psiuk est bien ouverte. © Twitter @danitcitas

Le groupe Kalush Orchestra a été contacté par la rédaction des Observateurs de France 24 et invité à réagir à ces publications. Nous publierons leur réponse si celle-ci nous parvient.

Les liens entre Ukraine et idéologie nazie, thème récurrent   

Les accusations de nazisme visant les ressortissants ukrainiens sont légion depuis le début de la guerre en Ukraine. Le terme est régulièrement utilisé par Vladimir Poutine, qui affirme  vouloir “dénazifier” l’Ukraine, une référence directe à l’histoire du pays où, en 1941, Stepan Bandera – un leader politique ukrainien – avait souhaité créer un État indépendant collaborant avec l’Allemagne nazie.

D’autres éléments comme la présence d’ex-néonazis au sein des groupes de combattants Azov, intégrés à la garde nationale ukrainienne, sont régulièrement cités, même si le régiment s’est depuis largement désidéologisé.

Mais les accusations de nazisme concernant l’Ukraine persistent et donnent lieu depuis le début du conflit à plusieurs détournement d’images, censés prouver le lien entre le pouvoir ukrainien et l’idéologie nazie.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Des images décontextualisées prétendent montrer des symboles nazis en Ukraine

Ces dernières semaines, les allégations de nazisme ont également visé des réfugiés ukrainiens en Europe, en utilisant des images trompeuses.