INTOX

Cette photo ne montre pas un crématorium mobile russe en Ukraine

Une photo a été relayée pour illustrer l’affirmation du maire de Marioupol que l’armée russe utiliserait un crématorium mobile pour brûler des cadavres de personnes tuées en Ukraine. Mais l’image vient d’une vidéo datant de 2013.
Une photo a été relayée pour illustrer l’affirmation du maire de Marioupol que l’armée russe utiliserait un crématorium mobile pour brûler des cadavres de personnes tuées en Ukraine. Mais l’image vient d’une vidéo datant de 2013. © Observateurs

Une photo relayée par des médias ukrainiens et le maire de Kiev Wladimir Klitschko est venue illustrer l’affirmation du maire de Marioupol de la présence de crématorium mobile russe visant à cacher les preuves de massacres en brûlant les cadavres. L’illustration utilisée vient d’un reportage datant d’il y a 9 ans et ne montre par un crématorium utilisé dans le cadre du conflit en Ukraine.

Publicité

Mise à jour au 11/04 : ajout de la réaction de Nexta TV

La publication a d’abord été relayée le 6 avril par le média Nexta TV, un des principaux médias d’opposition biélorusses, très actif sur la situation en Ukraine, qui reprend les propos du maire de Mariupol, Vadim Boychenko. Le même jour, ce dernier a déclaré sur sa chaîne Telegram que des crématoires mobiles russes avaient "commencé à fonctionner dans la ville" et que "des dizaines de milliers de personnes auraient pu mourir à Marioupol et à la crémation". Le but serait selon lui pour l’armée russe de "cacher les traces des crimes". Une photo d’un crématorium était attachée à cette légende.

La même photo a été relayée par le maire de Kiev, Vitali Klitschko, s’offusquant : "Crématorium mobile. C'est ce que les crimes de guerre russes (sic) utilisent à Marioupol pour cacher leurs crimes. Le comble de l'horreur."

Pourquoi c’est trompeur

Une recherche d’image inversée sur la photo (voir ici comment procéder) permet de constater qu’elle apparaît depuis au moins 2015 sur plusieurs sites internet, dont celui-ci, publié sur un site ukrainien documentant la situation dans la région du Donbass. Dans cet article, des allégations d’utilisation de crématorium mobiles dans le Donbass étaient déjà présentes, et la même photo était utilisée.

Ces images sont en réalité encore plus anciennes, comme l’expliquaient nos confrères de Checknews du média Libération dans un article le 24 février. Elles viennent en fait d’une vidéo publiée en 2013 sur YouTube dont la légende indique : "Test d'une installation unique pour la destruction thermique (incinération) des déchets biologiques", avec un lien vers l’entreprise russe Turmalin.

On retrouve bien à la 40e seconde de la vidéo exactement l’image correspondant à celle des tweets de Nexta TV ou de Vitali Klitschko.

Contactés pour connaître la raison de l’utilisation de cette photo suite aux allégations de présence de crématoriums mobiles à Marioupol, Nexta TV a répondu à notre rédaction que "l'image de ce tweet n'a été utilisée qu'à des fins d'illustration. Nous n'avons pas affirmé dans le tweet que c'était exactement à quoi ressemblait le crématorium mobile. De plus, cette image fait référence à un article célèbre du Telegraph qui a utilisé une telle image comme illustration. Nous ne voulons vraiment pas tromper les lecteurs".

La photo avait effectivement déjà créé la confusion il y a deux semaines à la suite des déclarations du ministre de la Défense britannique Ben Wallace supposant que des crématoriums mobiles pouvaient avoir été utilisés en Ukraine car, selon lui, "[les Russes] l’ont déjà fait par le passé". Des médias britanniques comme The Telegraph avaient ainsi illustré leurs articles par cette même photo. 

Le média biélorusse n'a à ce jour pas fait de correctif ni supprimé son tweet.

De son côté, la porte-parole de Vitali Klitschko n’a pas donné suite à nos questions.

Il n’existe à ce jour aucune preuve visuelle, malgré les affirmations des autorités ukrainiennes, de la présence de crématoriums russes dans le cadre de la guerre en Ukraine.