Intox

Ces images de Boutcha ne montrent pas des "faux cadavres" mis en scène par l’armée ukrainienne

Ces images ne montrent pas des "faux cadavres" mis en scène à Boutcha. 4 avril 2022.
Ces images ne montrent pas des "faux cadavres" mis en scène à Boutcha. 4 avril 2022. © Observateurs

Le 3 avril, des cadavres de civils ont été découverts à Boutcha, une ville de la région de Kiev qui était occupée par l’armée russe. Depuis, plusieurs médias russes et comptes prorusses ont partagé une même vidéo sur les réseaux sociaux, assurant qu’elle démontrerait que ces cadavres seraient une mise en scène. En réalité, les indices mentionnés dans cette vidéo sont faux.

Publicité

La vérification en bref

  • Le 3 avril, une vingtaine de cadavres de civils ont été découverts le long d’une route à Boutcha et au moins 350 dans toute la ville. Cette localité de la région de Kiev était occupée par l’armée russe depuis le 27 février.
  • Plusieurs médias russes et des comptes prorusses ont partagé sur les réseaux sociaux une même vidéo censée démontrer que cette découverte de cadavres a été mise en scène par l’Ukraine. D’après eux, plusieurs "indices" prouveraient que certains civils jonchant le bord de route sont en fait encore vivants.
  • Cette vidéo de mauvaise qualité est un montage réalisé à partir d’une publication du ministère ukrainien de la Défense. En étudiant la vidéo d’origine, on constate que les "indices" mentionnés par les médias russes sont faux. D’autres images permettent de vérifier que ces corps de civils sont authentiques.

Le détail de la vérification

"L’Ukraine produit des fake news pour décrédibiliser l’armée russe." Le 3 avril, la télévision russe d’État Pervi Kanal, mais aussi Dmitry Polyanskiy, l’ambassadeur adjoint de la Russie auprès des Nations unies, ont partagé sur Facebook et Twitter une même vidéo. Ces images cumulant plus de 40 000 vues ont ensuite été reprises par des comptes francophones et anglophones prorusses. Elles prétendent démontrer que la découverte de cadavres de civils dans la ville de Boutcha après le départ de l’armée russe a été mise en scène par le ministère ukrainien de la Défense.

Capture d’écran d’un des tweets partageant cette fausse information. 4 avril 2022.
Capture d’écran d’un des tweets partageant cette fausse information. 4 avril 2022. © Observateurs

Retrouver les images d'origine

Cette fausse démonstration est issue d’une vidéo publiée le 2 avril par le compte Twitter du ministère ukrainien de la Défense. On y voit un convoi militaire ukrainien rouler sur une route de Boutcha en évitant plusieurs cadavres de civils.

D’après la télévision russe Pervi Kanal et Dmitry Polyanskiy, deux détails démontreraient que certains de ces civils sont en réalité vivants. À la dixième seconde de la vidéo, un des corps esquisserait un mouvement de la main lors du passage du convoi. Puis, à la 48e seconde de la vidéo, on pourrait apercevoir dans le rétroviseur d’une des voitures un civil se relever.

Captures d’écran de la vidéo censée montrer qu’un cadavre esquisse un mouvement de la main. 4 avril 2022.
Captures d’écran de la vidéo censée montrer qu’un cadavre esquisse un mouvement de la main. 4 avril 2022. © Observateurs
Captures d’écran de la vidéo censée montrer qu’un cadavre se relève après le passage du convoi. 4 avril 2022.
Captures d’écran de la vidéo censée montrer qu’un cadavre se relève après le passage du convoi. 4 avril 2022. © Observateurs

En réalité, ces deux "indices" reposent surtout sur la mauvaise qualité de la vidéo qui ne permet pas de distinguer tous les détails. En étudiant la vidéo d’origine, postée en meilleure qualité par le compte Twitter du ministère ukrainien de la Défense, on peut vérifier que ces interprétations sont fausses.

Des indices mal interprétés

Tout d’abord, le soi-disant mouvement de la main n’en est pas un. Il s’agit en fait de la superposition du corps et d’une tache présente sur le pare-brise de la voiture. On retrouve cette même tache à plusieurs moments de la vidéo.

Captures d’écran de la vidéo d’origine permettant de distinguer la tache présente sur la pare-brise qui se superpose brièvement avec le corps. 4 avril 2022.
Captures d’écran de la vidéo d’origine permettant de distinguer la tache présente sur la pare-brise qui se superpose brièvement avec le corps. 4 avril 2022. © Observateurs

De plus, si l’on regarde la même vidéo en négatif (c'est-à-dire en inversant toutes les couleurs), la différence entre cette tache du pare-brise et le corps apparaît d’autant plus flagrante. C’est ce qu’a fait le compte Twitter Aurora Intel sur cette vidéo partagée ici.

Le deuxième "indice", c’est-à-dire l’image du rétroviseur qui montrerait le corps se relever après le passage de la voiture, est lui aussi mal interprété. La vidéo de meilleure qualité permet de vérifier qu’il s’agit d’un effet d’optique dû à la courbure du miroir du rétroviseur. Lorsque la voiture s’éloigne du corps, ce même effet de distorsion de l’image s’applique au reflet du cadavre, mais aussi à celui des bâtiments alentour.

Captures d’écran de la vidéo d’origine qui permet de vérifier que le corps ne bouge pas, c’est son reflet qui est déformé par la courbure du rétroviseur. 4 avril 2022.
Captures d’écran de la vidéo d’origine qui permet de vérifier que le corps ne bouge pas, c’est son reflet qui est déformé par la courbure du rétroviseur. 4 avril 2022. © Observateurs

Pour mieux identifier cet effet visuel, on peut aussi regarder une version ralentie de cette vidéo. Le compte Twitter @SPITFIREVA a publié ici un extrait ralenti de ce passage de la vidéo, ce qui permet une fois de plus de vérifier que le corps n’est pas en mouvement.

Des images confirmées sous d'autres angles

Depuis la publication de cette vidéo le 2 avril, plusieurs médias ont réalisé des reportages au même endroit. C’est notamment le cas de la chaîne qatari Al-Jazira et du journal britannique The Guardian.

Benjamin Strick, directeur des enquêtes pour le Centre for Information Resilience, a comparé les images de ces reportages publiés le 3 avril à celles de la vidéo diffusée par le ministère ukrainien de la Défense. Or il a constaté que ces images montrent exactement les mêmes corps gisant sur la même route. Une vérification qui éloigne plus encore le scénario d'une mise en scène faite par l'Ukraine.

Depuis la découverte de corps de civils à Boutcha le 2 avril, le président ukrainien a accusé l’armée russe d’avoir commis un "massacre". Le porte-parole du Kremlin a lui indiqué que Moscou "rejette toutes ces accusations", tandis que la haut-commissaire aux droits de l’Homme des Nations unies a évoqué de "possibles crimes de guerre".