Russie : la lettre "Z" utilisée pour intimider les activistes antiguerre

Photos montrant la lettre Z sur des portes de supposés opposants à Vladimir Poutine ou sur des murs. Au milieu est écrit : "Ne trahis pas ta patrie, Dima!" (diminutif pour Dimitri, personne habitant derrière la porte).
Photos montrant la lettre Z sur des portes de supposés opposants à Vladimir Poutine ou sur des murs. Au milieu est écrit : "Ne trahis pas ta patrie, Dima!" (diminutif pour Dimitri, personne habitant derrière la porte). © Anton Dolin / Протестный МГУ / Memorial HRC

Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine, la lettre "Z" est devenue un signe de ralliement des partisans de la guerre. Ce marquage visible sur les véhicules militaires russes en Ukraine figure désormais sur des affiches et des t-shirts en Russie, et sur des dessins d'enfants à l'école. Des lettres "Z" ont aussi été taguées sur les logements d'activistes antiguerre à Moscou. Les locaux de l'ONG Memorial, pilier de la défense des libertés en Russie, ont notamment été visés. Deux activistes racontent ces tentatives d'intimidation à la rédaction des Observateurs.

Publicité

"Voici la missive que l'on m'a laissée sur ma porte", écrit l'activiste russe Dmitry Ivanov sur sa chaîne Telegram le 16 mars. En dessous, une photo où l'on peut voir sa porte d'entrée recouverte de graffitis en peinture blanche, représentant plusieurs lettres "Z" :

Photo publiée par l’activiste russe Dmitry Ivanov sur sa chaîne Telegram le 16 mars 2022. Sur la porte, on peut lire : "Ne trahis pas ton pays, Dima" ("Dima" est un diminutif pour "Dmitry").

 

"Comment ont-ils trouvé nos adresses ?"

Dmitry Ivanov est étudiant en informatique à l'Université d'État de Moscou. Depuis plusieurs années, il participe à des manifestations et des actions citoyennes contre le gouvernement. Contacté par la rédaction des Observateurs, il raconte comment sa porte s'est retrouvée taguée :

Il était 22 h, j'étais encore au travail quand ma mère m'a téléphoné pour dire qu'on avait dessiné sur la porte. La peinture était encore fraîche, on pouvait sentir l'odeur.

J'ai posté la photo sur Telegram. Puis une amie m'a dit que sa porte aussi avait été taguée, et le lendemain nous avons découvert que deux autres portes avaient été marquées avec le même message anonyme.

Je ne sais pas qui a fait ça. Cela ressemble à des activistes progouvernement. Mais comment ont-ils trouvé nos adresses ? Mon adresse est trouvable en sources ouvertes, elle avait déjà fuité auparavant. Mais une des autres adresses n'était disponible nulle part : il s'agissait d'un appartement de location occupé depuis peu de temps. Peut-être que la police leur a fourni nos adresses.

Il faut savoir que c'était le jour où Poutine a prononcé son discours sur la nécessité de purifier la société des traitres. Peut-être que des gens ont écouté son message et ont décidé d'afficher ainsi leur loyauté à leur leader. Ou peut-être qu'ils ont été payés pour le faire.

À l'origine, la lettre "Z" était visible sur les véhicules militaires russes depuis le début de l'offensive, comme le montre cette vidéo filmée le 24 février à Voltchansk en Ukraine.

 

Quelques jours après le début de l'offensive militaire russe en Ukraine, la lettre "Z" a commencé à être de plus en plus visible dans la société russe. Des images amateur montrent des pizzas en forme de "Z", des patients formant un "Z" dans la cour d'un hôpital et des écoliers affichant des dessins de la lettre "Z" :

Un musée de la ville de Mourmansk dans le nord de la Russie a publié une vidéo sur le réseau social Vkontakte où des personnes de l’ethnie indigène Sami en costumes traditionnels affirment leur soutien au président, à l'armée et à la paix. Elles sont dans un traîneau conduit par des rennes avec une lettre "Z" accrochée sur le dos :

Vidéo repérée par le journal russe indépendant Novaya Gazeta. La vidéo a été publiée le 17 mars 2022 par le Musée régional d’histoire locale à Mourmansk, avec une légende précisant que la vidéo a été tournée par une organisation de l’ethnie Sami pour fêter le "printemps en Crimée," une référence à l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014.

 

Les autorités russes ont activement repris ce symbole à leur compte pour promouvoir l'effort de guerre. La région du Kouzbass a par exemple changé l'orthographe de son nom sur les réseaux sociaux, remplaçant le "Z" cyrillique par son équivalent latin.

"Ils veulent de cette façon justifier leurs actes oppressifs"

L'ONG russe Memorial HRC a aussi été confrontée au symbole "Z". Les locaux de l'organisation de défense des libertés ont été tagués avec des "Z" pendant une perquisition policière le 4 mars 2022. Des photos postées par l'ONG sur son compte Instagram montrent des lettres "Z" tracées sur les murs :

L'ONG russe Memorial HRC a publié ces photos le 5 mars 2022, le lendemain d'une perquisition dans ses locaux.

Pour Taissia Krugovykh, réalisatrice vidéo à Memorial, la lettre "Z" est utilisée comme un moyen de pression par le gouvernement :

Ils veulent de cette façon justifier leurs actes oppressifs, se réhabiliter en montrant qu'ils font cela au nom de la "paix russe". Je crois que cette lettre "Z" est délibérément ambiguë : personne ne l'a expliquée officiellement, mais les gens comprennent eux-mêmes comment l'utiliser. Cela fait sa force. Et cela sème la peur chez ceux qui y voient une ressemblance avec des symboles fascistes.

L'ONG Memorial HRC lutte contre les répressions en Russie. Memorial International, la branche de l'organisation qui se focalise sur la préservation de la mémoire des victimes du Goulag, a été dissoute par une décision de la Cour suprême le 28 décembre 2021. 

 >>> LIRE AUSSI SUR LES OBSERVATEURS :  Que sait-on de cette vidéo où l’on voit deux femmes russes arrêtées près de la Place Rouge ?