INTOX

Cette vidéo ne montre pas le bombardement du ministère ukrainien de la Défense

Cette vidéo a été prise à Gaza le 12 mai 2021 et n’a rien à voir avec le conflit actuel en Ukraine.
Cette vidéo a été prise à Gaza le 12 mai 2021 et n’a rien à voir avec le conflit actuel en Ukraine. © Observateurs

Une impressionnante vidéo où deux immeubles s’effondrent après un tir de missile prétend montrer le bâtiment du ministère ukrainien de la Défense touché par l’armée russe. La vidéo vient en réalité de Gaza, et le bâtiment est une tour qui abritait un média fondé par le Hamas et visé par des tirs israéliens.

Publicité

La publication, virale principalement en arabe, affirme montrer le ministère de la Défense à Kiev touché par un missile russe. Des journalistes au premier plan, situés sur un toit, filment l’effondrement du bâtiment.

Publication diffusée en arabe prétendant montrer des tirs sur le ministère ukrainien de la Défense.
Publication diffusée en arabe prétendant montrer des tirs sur le ministère ukrainien de la Défense. © Facebook

Un abonné du compte Twitter @InfoIntoxF24 a aussi alerté notre équipe sur ce contenu circulant en français. On retrouve quelques occurrences de cette affirmation sur Facebook ici et , relativement peu partagées.

Pourquoi c’est faux

Une recherche de la vidéo avec le plugin InVid WeVerify (voir ici comment l’utiliser) permet de retrouver exactement la même vidéo, publiée par plusieurs médias comme Voice of America.

Elle a été prise le 12 mai 2021 par le journaliste pour l’AFP Omar al-Sersawi et montre la destruction de la tour Al-Shourouk dans la ville de Gaza, qui abritait le bureau de la chaîne de télévision Al-Aqsa.

Une autre vidéo du même événement est également visible sur le site de la BBC en arabe avec un autre angle.

Al-Aqsa TV est une chaîne de télévision palestinienne fondée en 2006 par le Hamas, qui diffuse depuis la bande de Gaza. Elle avait été visée dans le cadre de représailles d'Israël à des tirs de roquettes du Hamas vers l’État hébreu. Pour cette tour, comme pour deux autres visées par les bombardements, l’armée israélienne a averti les habitants d’une attaque imminente, dans le but de permettre leur évacuation.

Ces frappes avaient été qualifiées par Human Rights Watch comme "ayant apparemment violé les lois de la guerre", notamment parce qu'elles avaient touché des bâtiments civils et causé des dégâts extrêmement importants, de sorte qu'elles "pourraient constituer des crimes de guerre" selon l’ONG.

Aucune information, ni du côté russe, ni du côté ukrainien, ne fait état de tirs qui auraient touché le ministère ukrainien de la Défense.

Si vous souhaitez signaler une photo ou une vidéo douteuse pour vérification à nos équipes, contactez-nous via le compte Twitter @InfoIntoxF24.