Ukraine : les frappes sur les supermarchés alimentent la peur d’une pénurie de nourriture

Capture d’écran d’une vidéo publiée sur Twitter le 21 mars, montrant les restes du centre commercial Retroville à Kiev.
Capture d’écran d’une vidéo publiée sur Twitter le 21 mars, montrant les restes du centre commercial Retroville à Kiev. © @ronzheimer, via Twitter

L’attaque qui a détruit un centre commercial de Kiev le 20 mars, faisant au moins huit morts, n’est pas la première à viser un lieu de ravitaillement agro-alimentaire. Des images montrent que depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, des supermarchés sont détruits, faisant craindre une stratégie délibérée de la Russie qui pourrait causer des pénuries. 

Publicité

Le centre commercial Retroville se trouvait à une dizaine de kilomètres au nord-ouest du centre de Kiev. La plupart du bâtiment a été détruit le 20 mars, comme le montrent des vidéos publiées le lendemain. Selon le New York Times, aucun équipement militaire ou véhicule n’ont été trouvés dans les décombres. Selon la Russie, le centre servait de dépôt d’armements.

Vidéo publiée sur Twitter le 21 mars 2022 qui montre les restes du centre commercial Retroville après son bombardement.

Les photos du centre commercial que l’on peut retrouver sur Google Maps et qui datent d’avant la frappe montrent qu’il contenait entre autres des magasins agro-alimentaires, comme un supermarché de la chaîne Novus et des restaurants. Au début de l’invasion russe le 24 février, le centre avait annoncé qu’il fermait temporairement mais maintenait ses enseignes agro-alimentaires ouvertes, avec une capacité de fonctionnement limitée. 

Photo publiée sur Google Maps en février 2022, qui montre le supermarché se trouvant dans le centre commercial Retroville.
Photo publiée sur Google Maps en février 2022, qui montre le supermarché se trouvant dans le centre commercial Retroville. © Google Maps

Des clients tués 

À Myla, à une vingtaine de kilomètres de Kiev, une enseigne Megamarket a été touchée par un bombardement, la première semaine de mars, comme le montrent des images satellite.

Images satellite publiées par Planet montrant la destruction d’un supermarché Megamarket à Myla. .

À Kharkiv, la seconde ville d’Ukraine, les civils ont été particulièrement touchés par les frappes russes. Un supermarché a été visé le 6 mars. Des vidéos publiées sur Telegram montrent de nombreuses personnes tuées et blessées à l'extérieur de l’enseigne. 

Vidéo publiée sur Telegram le 6 mars 2022, montrant la destruction d’un supermarché à Kharkiv. Le sol à l’extérieur est maculé de sang. Une autre vidéo filmée juste avant , et que nous avons choisi de ne pas publier en raison de son caractère choquant, montre des corps au sol au même endroit.

De nombreux supermarchés et lieux de ravitaillement ont été détruits à Kharkiv. 

Le marché Barabashovo endommagé par une frappe à Kharkiv le 18 mars 2022.
Dans une publication sur leur page Facebook, le service des urgences de Kharkiv montre des photos d’incendie dans un des plus grands centres commerciaux de la ville, causés par un bombardement russe le 17 mars.

D’autres vidéos partagées en ligne montrent des supermarchés endommagés à Kharkiv ou aux alentours, à Chuhuiv

Ces attaques se produisent alors que d'importantes pénuries ont déjà été signalées en Ukraine, en particulier à Kiev et Kharkiv. Moins d’une semaine après le début de l'invasion russe, le ministère de ukrainien de l’Intérieur estimait déjà que 40 000 personnes dans l’est du pays manquaient déjà d’une offre adéquate de nourriture. 

L’Ukraine a été contrainte de fermer ses ports et d’arrêter ses importations notamment de nourriture. Des employés de supermarchés se sont mobilisés pour continuer d’assurer la vente de produits alimentaires malgré la situation. 

Le Programme alimentaire mondial a commencé pour sa part a distribuer de l’aide le 4 mars, en Ukraine ainsi qu’auprès des réfugiés. D’autres organisations internationales sont mobilisées dans ce but.