Présidentielle française : de fausses citations font dire à des personnalités politiques que l'élection sera "truquée"

Sur Twitter, de fausses citations sont prêtées à des responsables politiques internationaux. Ils dénonceraient une "fraude" à venir lors de l'élection présidentielle française d'avril 2022.
Sur Twitter, de fausses citations sont prêtées à des responsables politiques internationaux. Ils dénonceraient une "fraude" à venir lors de l'élection présidentielle française d'avril 2022. © Captures d'écran / Twitter

Sur Twitter, plusieurs publications prêtent à Jair Bolsonaro, le président brésilien, à Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe, ou à Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russe, des déclarations concernant un "truquage" de l'élection présidentielle française, qui aura lieu en avril 2022. Ces citations n’ont jamais été prononcées par ces responsables, et dans les vidéos qui accompagnent certaines des publications, il n’est absolument pas question de l’élection française. 

Publicité

En bref : 

  • Plusieurs citations non sourcées sont publiées sur Twitter par un internaute les prêtant à des personnalités politiques étrangères qui auraient affirmé que l’élection en France sera "truquée".
  • Ces citations ont été inventées : il est impossible de les retrouver ailleurs en faisant des recherches par mots-clés et en plusieurs langues. 
  • Le compte à l’origine de ces publications n’a pas répondu aux sollicitations de notre rédaction.
  • Certaines citations font référence au logiciel Dominion. Cette société spécialisée dans le matériel et des logiciels de vote électronique est accusée par les militants de Donald Trump d’avoir truqué l’élection américaine de 2020. La rumeur est désormais reprise en France.  Or ces accusations ne reposent sur rien.

Deux vidéos… qui ne parlent absolument pas des élections en France 

"C'est une plaisanterie cette élection en France, tout est truqué, tout le monde le sait, seuls les leaders corrompus reconnaîtront un vainqueur (...) C'est du vol !" Selon un utilisateur de Twitter, "Stern" (@antoncrowleysm1), ces phrases auraient été prononcées le 14 mars par le président brésilien Jair Bolsonaro. Dans sa publication datée du 15 mars, l’internaute accompagne cette citation d’une vidéo de Jair Bolsonaro, dans laquelle celui-ci s’exprime en portugais. 

Capture d'écran d'une vidéo diffusée sur Twitter et associée à une fausse citation du président brésilien Jair Bolsonaro.
Capture d'écran d'une vidéo diffusée sur Twitter et associée à une fausse citation du président brésilien Jair Bolsonaro. © Captures d'écran / Twitter

La vidéo est extraite d’une interview menée par une journaliste cubaine le 11 janvier. La rédaction des Observateurs de France 24 a pu traduire l’extrait de trois minutes diffusé sur Twitter. Le président brésilien n’y évoque à aucun moment l’élection présidentielle française. Il critique le régime cubain et mentionne la France très brièvement en assurant qu’il ne comprend pas que des personnes voyageant régulièrement à Paris défendent le régime cubain. Le président brésilien ne cite aucune personnalité en particulier, et ne précise pas son propos à ce sujet. 

Après des recherches en français, en anglais et en portugais, il est impossible de retrouver une telle citation concernant l'élection française prêtée à Jair Bolsonaro dans un article de presse, dans une autre vidéo ou sur les réseaux sociaux. Le président brésilien s’en est déjà pris au président français, Emmanuel Macron, mais pas pour évoquer une possible fraude à la présidentielle. En novembre 2021, Jair Bolsonaro avait par exemple qualifié de "provocation" l’invitation de son principal opposant, l'ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, au palais de l'Élysée. "Macron a toujours été contre nous, il nous a toujours attaqués sur la question de l'Amazonie. Donc on dirait vraiment que c'est une provocation", avait-il déclaré.

Sous la publication de "Stern", certains internautes réclament, sans obtenir de réponse, la traduction exacte de la vidéo. D’autres utilisateurs relayent le message qui cumule un total de plus de 260 retweets et 320 mentions "j'aime". 

Sous la publication de la fausse citation de Jair Bolsonaro, certains internautes se méfient.
Sous la publication de la fausse citation de Jair Bolsonaro, certains internautes se méfient. © Captures d'écran / Twitter

Le 16 mars, "Stern" publie une autre vidéo, cette fois du président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, en lui attribuant également une citation : "Écoutez, l'élection française c'est un tripot où seul le candidat officiel empochera la mise, tout est déjà arrangé, une pure illusion". Là encore, la citation est fausse. Dans la vidéo, publiée à l’origine le 22 janvier par le président mexicain, ce dernier rassure sur son état de santé et évoque sa rémission du Covid-19. Après des recherches en français et en espagnol, on ne retrouve pas une telle citation en ligne. Plusieurs internautes font d'ailleurs savoir dans les commentaires que le président mexicain ne prononce pas ces mots en espagnol. 

Le 16 mars, "Stern" publie une autre vidéo, cette fois du président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, en lui attribuant également une fausse citation.
Le 16 mars, "Stern" publie une autre vidéo, cette fois du président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador, en lui attribuant également une fausse citation. © Capture d'écran / Twitter

Des citations inventées prêtées à des porte-paroles du Kremlin

Sur le compte Twitter de "Stern" d’autres citations sont également publiées sans vidéo. Dans une publication datée du 15 mars, il est ainsi indiqué que Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe, aurait dit : "L'élection en France est totalement truquée, c'est bien pire qu'aux États-Unis (...), nous ne pensons pas reconnaître un vainqueur légitime, et d'autres États pensent comme nous". 

Cette citation inventée de Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe, a été diffusée sur Twitter le 15 mars 2022.
Cette citation inventée de Maria Zakharova, porte-parole de la diplomatie russe, a été diffusée sur Twitter le 15 mars 2022. © Capture d'écran / Twitter

Le 16 mars, Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russe, aurait ajouté : "C'est plus que déplacé, prendre prétexte de l'Ukraine pour truquer, pour tricher dans l'élection. Macron le fait, nous refuserons sa légitimité (...) son peuple devrait y réfléchir". Là encore, en faisant des recherches en russe, en anglais et en français sur plusieurs moteurs de recherche dont le russe Yandex, il est impossible de retrouver la trace de ces déclarations. 

Le 16 mars, Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russe, aurait affirmé : "C'est plus que déplacé, prendre prétexte de l'Ukraine pour truquer, pour tricher dans l'élection. Macron le fait, nous refuserons sa légitimité (...) son peuple devrait y réfléchir". Or, cette citation a été inventée.
Le 16 mars, Sergueï Lavrov, ministre des Affaires étrangères russe, aurait affirmé : "C'est plus que déplacé, prendre prétexte de l'Ukraine pour truquer, pour tricher dans l'élection. Macron le fait, nous refuserons sa légitimité (...) son peuple devrait y réfléchir". Or, cette citation a été inventée. © Capture d'écran / Twitter

Des inquiétudes autour de l'utilisation de Dominion en France ? 

Pour aller plus loin, "Stern" fait également dire à des personnalités politiques que le gouvernement français utiliserait le logiciel "Dominion" pour truquer l’élection présidentielle. Ainsi, Dmitry Peskov, porte-parole du Kremlin, se serait alerté du fait que "les officiels français ont confié à Dominion le soin de truquer l'élection". La publication est retweetée plus de 940 fois. 

Dmitry Peskov, porte-parole du Kremlin, se serait alerté du fait que "les officiels français ont confié à Dominion le soin de truquer l'élection". Or, cette citation a été inventée.
Dmitry Peskov, porte-parole du Kremlin, se serait alerté du fait que "les officiels français ont confié à Dominion le soin de truquer l'élection". Or, cette citation a été inventée. © Capture d'écran / Twitter

Mette Frederiksen, la Première ministre du Danemark, se serait dite préoccupée par "le choix du logiciel Dominion pour le décompte des voix en France". Et ça marche : la publication est retweetée plus de 2 230 fois. "Je l'avais bien dit que la macronie allait s'inspirer de ce qui s'est passé aux US !!!", peut-on lire dans un commentaire qui fait référence aux allégations de fraude qui ont marqué la présidentielle américaine en 2020. 

Mette Frederiksen, la première ministre du Danemark, se serait elle dite préoccupée par "le choix du logiciel Dominion pour le décompte des voix en France". Or, cette citation a été inventée.
Mette Frederiksen, la première ministre du Danemark, se serait elle dite préoccupée par "le choix du logiciel Dominion pour le décompte des voix en France". Or, cette citation a été inventée. © Capture d'écran / Twitter

La mention du logiciel Dominion s’inscrit dans une tendance qui anime les réseaux complotistes sur Twitter à l'approche de la présidentielle française. La Dominion Voting Systems Corporation est une société spécialisée dans le matériel et les logiciels de vote électronique. Après les élections américaines de 2020, Donald Trump, le président américain sortant, et ses partisans, avaient affirmé sans preuve que ce logiciel avait été utilisé pour frauder massivement et faire gagner Joe Biden.

Cette rumeur est désormais reprise en France, alors même que les machines à voter sont très minoritaires et qu'aucun élément ne permet d'affirmer que la société Dominion dispose d'un contrat avec l'État français. "Le ministère de l'Intérieur ne fait pas et n'a jamais fait appel aux services de la société Dominion dans le cadre de l'organisation des élections", a ainsi affirmé le ministère au quotidien Le Monde le 22 mars

Comme le rappelle également Le Monde, en France, les bulletins papiers glissés dans l'urne sont comptabilisés un par un, publiquement, dès la clôture du vote. La communication des résultats passe ensuite par un système informatique de centralisation homologué par l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information, ajoute le ministère auprès du quotidien. Le vote électronique avait été présenté comme une promesse du candidat Emmanuel Macron en 2017. Mais cette mesure n'est pas à l'ordre du jour d'ici la fin du quinquennat.