Ukraine : le drapeau de l'URSS sur les chars, symbole du "rétablissement de la domination russe"

Capture d'écran d'une vidéo publiée sur Twitter le 25 février montrant un char russe arborant un drapeau soviétique.
Capture d'écran d'une vidéo publiée sur Twitter le 25 février montrant un char russe arborant un drapeau soviétique. © Twitter / Rob Lee

Depuis le début de l'invasion russe en Ukraine, le 24 février, des images ont interpellé : on y voit le drapeau de l’Union soviétique brandi sur certains équipements militaires russes. Pour les Ukrainiens, dont le pays faisait partie intégrante de l'URSS, ce drapeau peut représenter "l’expression d’une volonté de répression", selon un spécialiste de la politique post-soviétique. 

Publicité

C'est un drapeau bien connu : rouge, frappé de la faucille et du marteau, symbole de l’Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) de 1922 à 1991. L’Union soviétique était composée de 15 républiques dont la Russie, l’Ukraine et la Biélorussie actuelles, ainsi que d’autres pays d’Europe orientale et d’Asie centrale.

Aujourd'hui, ce drapeau est toujours utilisé pour représenter le communisme et le socialisme.

Il est également apparu sur les images d'au moins quatre véhicules militaires russes distincts en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février.

Une vidéo publiée sur Twitter le 25 février 2022 montre une file de véhicules militaires russes dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine. Ces véhicules sont reconnaissables à la marque Z peinte en blanc pour reconnaître ces équipements de ceux de l’armée ukrainienne. L’un d’eux arbore un drapeau soviétique.

"Les drapeaux soviétiques sur les véhicules ne doivent pas être considérés comme l'expression d'une politique russe de rétablissement du pouvoir soviétique, mais de rétablissement de la domination russe sur l'Ukraine"

Mark Beissinger, professeur de politique à l'université de Princeton, dans l'État du New Jersey aux États-Unis, est spécialisé dans les études soviétiques et post-soviétiques. Il analyse pour la rédaction des Observateurs de France 24 ce que peut représenter l’apparition de ces drapeaux dans le contexte de l’invasion russe de l’Ukraine :

Ces exemples de drapeaux soviétiques sur des véhicules ne doivent pas être considérés comme l'expression d'une politique russe de rétablissement du pouvoir soviétique, mais de rétablissement de la domination russe sur l'Ukraine.

Ces [vidéos] semblent montrer des initiatives personnelles de soldats russes attachant ces drapeaux à leurs chars et véhicules. Il se peut qu'il y ait des communistes dans les rangs de l'armée [le Parti communiste de Russie a obtenu 19 % des voix lors des dernières élections, NDLR]. Il y avait certainement des communistes parmi les rebelles de l'est de l'Ukraine [...].

Après tout, les républiques du Donbass sont appelées "républiques populaires" - la même terminologie que les Soviétiques utilisaient pour contrôler les États étrangers au sein de leur empire. 

Une vidéo publiée le 10 mars 2022 montre un drapeau rouge avec un marteau et une faucille repéré sur un lance-roquettes russe Grad se dirigeant vers la ville de Marioupol, dans le sud de l'Ukraine.
Une vidéo publiée sur Twitter le 7 mars 2022 montre un drapeau soviétique (visible à partir de 0:30) sur un véhicule blindé de transport de troupes russe, qui se trouverait dans la région de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine.

Ces républiques [du Donbass] sont étroitement contrôlées depuis Moscou. Vladimir Poutine a toujours essayé de prendre ses distances avec le passé soviétique, mais il regrette l'effondrement de l'empire et la perte du contrôle russe sur celui-ci [en 2005, Vladimir Poutine a estimé que l'éclatement de l'Union soviétique était la "plus grande catastrophe du XXe siècle", NDLR].

Le 21 février, lorsque le président russe a annoncé à la télévision la reconnaissance de l'indépendance des régions séparatistes pro-russes de Donetsk et de Louhansk, situées au sud-est de l'Ukraine, il a également rappelé l'histoire commune des deux pays. Ainsi, pour Vladimir Poutine, l'Ukraine n'est pas seulement un "pays voisin", mais une "partie intégrante" de la culture et de l'histoire de la Russie. 

[Vladimir Poutine] critique fortement l'Union soviétique qui a abouti à la création d'une unité fédérale ukrainienne distincte. Il appelle à revenir à un passé impérial russe pré-soviétique dans lequel l'Ukraine faisait simplement partie de la Russie.

Dans son discours du 21 février, Vladimir Poutine déclare notamment que "l’Ukraine contemporaine a été entièrement et complètement créée par la Russie, plus exactement par la Russie communiste, bolchevique". 

En qualifiant les actions de son armée en Ukraine d’"opération spéciale", le Kremlin nie que l’invasion de l’Ukraine représente une tentative d’occupation de l’ancien territoire soviétique.

Pourtant, un drapeau soviétique a bien été repéré sur un véhicule blindé dans une vidéo du ministère russe de la Défense, diffusée sur sa chaîne de télévision Zvezda

Vidéo publiée le 9 mars 2022 par la chaîne de télévision du ministère russe de la Défense, montrant un drapeau soviétique sur un char russe.

"Les symboles soviétiques rappellent la violence et la famine des années 1930, au cours desquelles des millions d’Ukrainiens sont morts"

Pour Mark Beissinger, ce drapeau est perçu comme une provocation dans la plupart des États post-soviétiques : 

À l'exception de la Biélorussie [où les symboles soviétiques ont été adoptés par le régime d'Alexandre Loukachenko, NDLR], dans la plupart des États post-soviétiques, le drapeau et les symboles soviétiques sont considérés comme une forme de provocation - et d'une certaine manière, un déni du système étatique post-soviétique dans sa forme actuelle. 

Pour les Ukrainiens plus âgés en particulier, les symboles soviétiques rappellent la violence et la famine des années 1930, qui ont fait des millions de victimes, les luttes de guérilla contre la domination soviétique en Ukraine occidentale après la Seconde Guerre mondiale, et les tentatives considérables du régime soviétique pour assimiler les Ukrainiens en leur refusant l'accès à l'enseignement en ukrainien.

La plupart des Ukrainiens d'aujourd'hui n'ont jamais connu le pouvoir soviétique. Mais ils en ont certainement une bonne connaissance grâce à l'école, aux médias, à leurs parents et à leurs proches. 

Et pour beaucoup, ce qu'ils savent de cette histoire leur fait voir les symboles soviétiques comme l'expression d'une volonté de répression.