Intox

Ukraine : comment le reportage truqué d’une télévision russe a occulté une manifestation à Kherson

Ce reportage diffusé par la chaîne russe Vesti 92, le 7 mars 2022, a été modifié et ne montre pas la manifestation des habitants de Kherson.
Ce reportage diffusé par la chaîne russe Vesti 92, le 7 mars 2022, a été modifié et ne montre pas la manifestation des habitants de Kherson. © Observateurs

Un reportage diffusé le 7 mars par la chaîne russe Vesti 92 montre une distribution alimentaire organisée pour les habitants de Kherson, une ville du sud de l’Ukraine occupée par l’armée russe. Mais selon des habitants de la ville, ces images tournées le 4 mars ont en réalité été mises en scène. Elles occultent un détail de taille : trois vidéos amateur de la même scène montrent que des habitants manifestaient, devant les camions de distribution, leur opposition à l’occupation russe. 

Publicité

La vérification en bref

  • Le 7 mars, la chaîne de télévision Vesti 92, filiale à Sébastopol de la télévision d’état VGTRK, a publié sur son site internet un reportage sans commentaires au sujet d’une distribution alimentaire dans le sud de l’Ukraine. Selon l’article qui accompagnait la vidéo, “plus de 140 tonnes d’aide de première nécessité ont été livrées par des soldats de Crimée à la région de Kherson.”
  • Mais les images et le son de ce reportage tourné le 4 mars ont été sélectionnés et même édités. Ils occultent la réalité de cette distribution alimentaire. 
  • Trois vidéos amateur prises au même moment montrent effectivement que des habitants de Kherson s’étaient réunis à une dizaine de mètres de la distribution pour manifester contre l’occupation de leur ville par l’armée russe. 

Le détail de la vérification

“Au magasin, à part des bonbons, il n’y a rien. J’ai dû faire la queue pour acheter deux morceaux de fromages et j’ai payé un prix impensable !” Le 4 mars 2022, une équipe de la télévision d'État russe Vesti 92 s’est rendue à Kherson, une ville du sud de l’Ukraine occupée par l’armée russe depuis le 2 mars. Leur reportage a été publié sur YouTube le 7 mars. On y voit une distribution alimentaire organisée sur la place de la Liberté à Kherson par des hommes portant des uniformes du ministère russe des Situations d'urgence. Devant la caméra, des habitants de la ville expliquent manquer de nourriture. 

Extrait du reportage publié le 7 mars par Vesti 92
Extrait du reportage publié le 7 mars par Vesti 92 © Observateurs

Un reportage truqué

Plusieurs détails ont attiré notre attention sur ces images. Tout d’abord, alors que la ville est occupée, le reportage ne montre aucun soldat en armes, seulement des travailleurs du ministère des Situations d'urgence. Mais le détail le plus important est le son. 

Nous avons écouté attentivement ce reportage et remarqué qu’un son s’y répète à trois reprises. En étudiant la bande sonore du reportage, nous avons identifié cet extrait ajouté artificiellement sur ces images (détails dans la vidéo ci-dessous). 

En étudiant dans le détail la bande sonore de ces images, nous avons identifié un extrait qui est effectivement répété trois fois à l’identique. Tous les pics de cet extrait correspondent, il a été ajouté artificiellement sur ces images des habitants recevant l’aide alimentaire.
En étudiant dans le détail la bande sonore de ces images, nous avons identifié un extrait qui est effectivement répété trois fois à l’identique. Tous les pics de cet extrait correspondent, il a été ajouté artificiellement sur ces images des habitants recevant l’aide alimentaire. © Observateurs

Faire disparaître l’opposition des habitants 

Pourquoi l’antenne régionale de Vesti à Sébastopol a-t-elle eu recours à cette manipulation sonore ? Sur les réseaux sociaux, trois vidéos amateur publiées le 4 mars permettent de répondre à cette question. Nous y avons reconnu la place de la Liberté à Kherson, plusieurs personnes interviewées dans le reportage de Vesti 92, et même un homme muni d’une caméra se présentant comme un reporter. Elles ont donc bien été tournées lors de cette même distribution du 4 mars. 

Comparaison des images amateur et des images du reportage de Vesti 92 tournées à Kherson, Ukraine le 4 mars 2022.
Comparaison des images amateur et des images du reportage de Vesti 92 tournées à Kherson, Ukraine le 4 mars 2022. © Observateurs

Mais contrairement au reportage, ces vidéos apportent un plan large de la scène. Or, nous y avons aperçu des soldats russes en armes, et surtout des habitants de Kherson tenus à l’écart de la distribution par ces mêmes soldats. Sur l’une de ces vidéos, un homme s’adresse en russe à la foule massée de l’autre côté de la place : “Les gars, qui accepterait la nourriture de l’occupant ?!”. Et la foule lui répond par des huées. 

Extrait d'une vidéo amateur publiée le 4 mars sur Facebook.
Extrait d'une vidéo amateur publiée le 4 mars sur Facebook. © Observateurs
Nous avons pu échanger avec Vera*, une habitante de Kherson, qui nous a raconté la scène :

“Des camions russes sont arrivés de Crimée avec de l’aide humanitaire et une équipe de la télévision russe. Elle a filmé un reportage sur la place principale de la ville. Un homme a essayé de poser des questions sur l’aide humanitaire, mais on a compris qu’il s’agissait d’une mise en scène. Les Russes pensaient peut-être que les gens sortiraient nombreux et leur demanderaient de la nourriture. Heureusement ça n’est pas arrivé.” 

Sur cette publication, on aperçoit quelques-uns des manifestants. 09/03/2022.
Sur cette publication, on aperçoit quelques-uns des manifestants. 09/03/2022. © Observateurs

Cette scène est confirmée par les trois vidéos amateur que nous avons recueillies. Le montage réalisé par la chaîne Vesti 92 a donc fait disparaître toute trace sonore et visuelle de cette manifestation organisée par des habitants de Kherson dénonçant l’occupation de leur ville. Dans un message publié le 4 mars sur son compte Facebook, le maire de Kherson accusait l’armée russe d’empêcher des convois humanitaires ukrainiens de rentrer dans la ville. Et le 7 mars, sur cette même place de la Liberté, une autre manifestation a eu lieu. Munis de drapeaux ukrainiens, des habitants de Kherson se sont opposés aux soldats russes pour crier : “Kherson est en Ukraine !”.

*Le prénom a été modifié pour des raisons de sécurité.