Intox

Des "enfants musulmans" kidnappés par le gouvernement suédois ? Une vidéo intox ressurgit

Une vidéo est partagée sur Twitter, prétendant montrer le kidnapping d’un enfant musulman par les services sociaux suédois.
Une vidéo est partagée sur Twitter, prétendant montrer le kidnapping d’un enfant musulman par les services sociaux suédois. © Observateurs

Une vidéo montrant un agent de sécurité plaquant au sol un enfant a été partagée le 3 février comme la preuve que des "enfants musulmans" sont kidnappés par les services sociaux suédois. Il s’agit en réalité d’une arrestation violente d’un enfant par un agent de sécurité remontant à 2015. Les deux enfants étaient des demandeurs d’asile, arrivés en Suède sans famille, arrêtés pour ne pas avoir acheté de billet de train.

Publicité

Sur la vidéo, qui a atteint plus de 22 000 vues, l’enfant plaqué au sol qui semble avoir de la peine à respirer, récite une prière en arabe. Selon la légende du tweet c’est "un enfant marocain qui a été enlevé par les services sociaux suédois". La publication ajoute : "il a tenté d'échapper à la famille d'accueil pour voir ses propres parents une fois".

La vidéo a aussi été publiée le 4 février dans cette publication qui compte plus de 150 000 vues et celle-ci qui cumule 138 000 vues.

Cette vidéo avait déjà été partagée sur les réseaux sociaux en 2018, avec la fausse affirmation qu’il s’agirait d’un enfant palestinien tué par la police israélienne. Un épisode d’"Info ou Intox" de la rédaction des Observateurs de France 24 avait décrypté l’intox à l’époque. 

Une arrestation violente… mais décontextualisée

Une recherche d’image inversée via l’outil InVid Verify (voir ici comment procéder) permet d’identifier la vidéo originale. 

Cette vidéo, publiée le 10 février 2015 sur YouTube, indique que la scène montre l’arrestation de deux enfants de 9 ans qui n'avaient pas payé leur trajet à la gare à Malmö, en Suède, par deux agents de sécurité.

De nombreux médias locaux et internationaux avaient signalé au même moment l’arrestation, qui avait déclenché de nombreuses critiques.

L’arrestation musclée de ces deux enfants avait d’ailleurs fait l’objet d’un article sur notre site en février 2015.

La radio publique suédoise avait également indiqué que les deux garçons arrêtés étaient arrivés seuls en Suède, sans aucun membre de leur famille. Ils étaient hébergés dans une maison d’accueil, en attendant le résultat de leur demande d'asile, au moment où ils ont décidé de prendre un train.

Les agents de sécurité qui ont fait l’intervention n’ont pas été poursuivis

La rédaction des Observateurs de France 24 n'a pas pu confirmer si les deux enfants étaient musulmans. 

Le gouvernement suédois dénonce une campagne de désinformation

L’agence gouvernementale suédoise en charge de la lutte contre la désinformation a déclaré le 8 février que des "comptes sur les réseaux sociaux, certains liés à des organisations islamistes violentes (...) utilisent un certain nombre de clips vidéo dans lesquels les services sociaux prennent en charge des enfants, puis les éditent de manière à faire croire qu'ils ciblent les musulmans en particulier".

Sur Twitter, des internautes utilisant le hashtag "#Arrêtez de kidnapper nos enfants" en arabe s’insurgent contre ce qui est compris comme une volonté du gouvernement suédois de séparer les familles musulmanes de leurs enfants. 

Le compte Twitter "Affaires islamiques", qui partage des informations et de la désinformation sur le monde musulman avec un point de vue conservateur, a par exemple partagé cette intox.

Des parents musulmans dont les enfants ont été pris en charge par les services sociaux suédois ont manifesté lundi 7 février une manifestation devant le Parlement suédois, comme le montre cette vidéo de la chaîne de télévision saoudienne Al Arabiya

Conclusion

Cette vidéo montre un agent de sécurité suédois arrêtant violemment un garçon de 9 ans à la gare de Malmö en Suède en février 2015. L'agent de sécurité était intervenu car le garçon et son ami avaient voyagé sans acheter de billet. Cette vidéo n’a rien à voir avec les services sociaux suédois.