Anonymes sur Internet, ils traquent les mouvements russes à la frontière ukrainienne

Troupes russes près de la ville de Soloti en Russie, à 30 kilomètres de la frontière ukrainienne en octobre 2021.
Troupes russes près de la ville de Soloti en Russie, à 30 kilomètres de la frontière ukrainienne en octobre 2021. © Maxar, via Google Earth

Derrière leurs ordinateurs, ils scrutent les moindres faits et gestes de l’armée russe près de la frontière avec l’Ukraine. Ils ne sont ni journalistes, ni membres des renseignements, mais des citoyens qui passent plusieurs heures par jour à analyser et décrypter les mouvements de troupes. Certains arrivent parfois à trouver une information fiable avant les médias internationaux.

Publicité

Depuis le printemps 2021, la Russie a déployé des troupes près de la frontière avec l’Ukraine, en Russie et en Biélorussie, ainsi qu’en Crimée annexée. Pour suivre la situation, sur les réseaux sociaux, quelques internautes, souvent anonymes, s’appuient sur des informations librement accessibles sur Internet : les sources ouvertes. Géolocalisation de convois, suivi d’avions militaires en temps réel au-dessus de la mer Noire ou encore identification de blindés, ils utilisent de nombreux outils en ligne et publient gratuitement leurs trouvailles.

ELINT News, l’homme aux 100 000 abonnés

Près de 107 000 personnes sont abonnées au compte d’ELINT News sur Twitter. Sur son fil d’actualité, elles peuvent y voir des photos satellites de camps russes, des dépêches d’agences de presse ou encore une carte où sont répertoriés les groupes armés affiliés à l’Iran, réalisée par ses soins.

“TikTok est une plateforme étonnamment utile pour trouver des vidéos de mouvements de trains de l’armée russe”

Lorsque la Russie a commencé à amasser des troupes à la frontière de l’Ukraine, ELINT News s’est mis au travail. Il explique un cas pratique à la rédaction des Observateurs :

Dans le cas de la crise russo-ukrainienne, en général cela commence avec une vidéo TikTok. C’est une plateforme étonnamment utile pour trouver des vidéos de mouvements de trains de l’armée russe. Une fois que vous avez géolocalisé une vidéo de trains, il y a certains sites Internet qui permettent de trouver les lieux de départs et d’arrivées de ces trains. Vous pouvez ensuite utiliser Sentinel [plateforme d’images satellite gratuite, NDLR] pour voir là où sont stationnés les matériels avec des images classiques ou bien, et c’est plus fréquent, avec des images SAR [“Synthetic Aperture Radar”, des images radar, NDLR]. Cela permet de regarder au travers des nuages avec un radar, car en ce moment c’est l’hiver et on peut rarement avoir de bonnes images classiques. En comparant plusieurs de ces images, on peut alors voir un accroissement ou une réduction des forces en présence sur un camp.

Systèmes de défense anti-aériens russes visibles sur un train, 25 janvier 2022. Captures d'écran d'une vidéo TikTok

La personne derrière le compte ELINT News reste vague sur son identité, et se contente d’affirmer être un Britannique d’une vingtaine d'années qui étudie les relations internationales à l’Université.

C’est par confidentialité. J’aime qu’il y ait une séparation entre ce que je fais en ligne et ma “vraie vie”, parce que je suis étudiant à l’Université, et je fais ça comme un hobby à côté. Il y a souvent des problèmes avec certaines personnes, qui sont parfois énervées par ce que nous dévoilons en ligne, en particulier via des images satellite.

Géolocalisation d'un convoi de lance-missiles russes à Koursk en Russie, le 7 février 2022, en recoupant des éléments visuels à partir de Vidéos Twitter et de google Earth.

C'est probablement l’une des premières fois dans l’histoire que les gens voient aussi rapidement ce que les Russes sont en train de faire. Ils essaient au mieux de cacher ces mouvements, en les réalisant parfois la nuit, mais c’est quasiment impossible de le faire totalement lorsque l’on a plus de 83 bataillons amassés près de la frontière ukrainienne.

Coupsure : le compte francophone

C’est aussi sous pseudonyme qu’un autre internaute partage ses trouvailles sur Internet, tout particulièrement via Twitter. Suivi par plus de 34 000 personnes, le compte Coupsure a été l’un des premiers à détecter de l’activité russe sur la base de Klintsy, oblast de Briansk, à moins de 50 kilomètres de l’Ukraine, en décembre 2021.

Série d'images satellite SAR qui montrent l'apparition de matériel russe (côté droit de l'image, à l'intérieur du quadrilatère) entre le 1er, le 10 et le 22 décembre 2021, Près De Klintsy En Russie. Sur l'image du 10 décembre, la couleur rose est due à l'orientation du satellite. Images Sentinel.

Pour y arriver, il a utilisé des techniques complexes avec des cartes en lignes et des données satellite.

J’ai vu passer sur mon fil Twitter des vidéos TikTok de matériel russe qui était en mouvement près de cette ville. J’ai cherché sur Google Maps pour regarder des bases russes dans la région, mais je ne trouvais rien. J’ai alors utilisé un outil qui s’appelle Overpass Turbo, qui permet d’extraire des données d'OpenStreetMap (une carte en ligne collaborative, NDLR). J’ai fait une recherche de “zone militaire” près de Klintsy via ce logiciel, et j’ai trouvé un endroit. Pour terminer, j’ai utilisé Sentinel pour comparer des vieilles images de ce lieu avec les dernières disponibles, et j’ai vu qu’il y avait du mouvement.

Selon Coupsure, le travail d’analyse sur Internet va de paire avec les informations relayées par les médias internationaux, souvent avec des sources dites fermées “sécuritaires”, “diplomatiques”, ou “gouvernementales”.

Je pense que nous sommes complémentaires et que les deux sont nécessaires actuellement avec ce qu’il se passe. Souvent, nous sommes capables de recouper des informations du gouvernement américain par exemple, avec des données disponibles en sources ouvertes. Et là, avec ce déploiement militaire, les grands médias ont beaucoup travaillé avec des comptes comme ELINT News, le mien, ou Rochan Consulting. Les petits comptes OSINT [Open Source Intelligence, le renseignement en sources ouvertes, NDLR] ont travaillé avec les médias internationaux. Je pense qu’il y a une certaine confiance entre les deux désormais, et ça n’a pas toujours été le cas auparavant.

Image satellite haute définition du 4 janvier 2022, qui prouve par l'image la découverte des véhicules faites par le compte Coupsure. Image Maxar.

Le compte Coupsure est tenu par un Suisse d’une vingtaine d’années, dont l’activité en ligne n’a rien à voir avec son gagne-pain quotidien, l'ingénierie civile. Il ne cache pas ses ambitions : il souhaite faire de l’analyse en ligne son métier. Récemment, il a aidé à la réalisation d’une vidéo du site du Monde sur l'amassement des troupes russes à la frontière de l’Ukraine.

Mon compte Twitter, c’est comme mon deuxième travail. J’y passe beaucoup de temps, entre quatre et cinq heures par jour, au bas mot. Au début je faisais principalement de la veille, je traduisais des dépêches et ce que faisaient les autres. Désormais, et notamment avec ce qu’il se passe à la frontière ukrainienne, j’essaie de me concentrer sur la partie OSINT [Open Source Intelligence, le renseignement en sources ouvertes, NDLR].