"Ouvrez la porte !" : des opposants exclus du dépouillement aux élections législatives en Russie ?

Denis Zheleznyakov demande aux membres de la commission électorale de laisser les représentants des candidats entrer lors du comptage des voix, lundi 20 septembre dans le bureau n° 2645 de Mojaïsk, à Moscou.
Denis Zheleznyakov demande aux membres de la commission électorale de laisser les représentants des candidats entrer lors du comptage des voix, lundi 20 septembre dans le bureau n° 2645 de Mojaïsk, à Moscou. © Twitter

Trois vidéos, filmées dans la nuit du 20 au 21 septembre, montrent le représentant d’un candidat d’opposition aux élections législatives russes réclamer d'assister au dépouillement des votes dans une circonscription de Moscou, comme la loi électorale l'y autorise. Il en a finalement été tenu à l’écart, comme trois autres représentants de candidats. Les élections ont été largement remportées par le parti de Vladimir Poutine, mais les opposants dénoncent des fraudes massives.

Publicité

Les trois vidéos ont été publiées sur la chaîne Telegram de Mikhaïl Lobanov, un candidat indépendant mais qui aurait rejoint le Parti communiste s’il avait été élu. Les deux premières ont aussi été publiées sur son compte Twitter.

"Membres du Comité, ouvrez la porte, vous commettez une infraction pénale. Nous sommes les mandataires des candidats", dit avec un haut-parleur, dans la première vidéo, Denis Zheleznyakov, représentant de Mikhaïl Lobanov. 

La deuxième vidéo montre que le bureau de vote est éclairé et que des gens circulent à l’intérieur, sans que les opposants ne puissent rentrer. 

La troisième vidéo montre des policiers sonnant à la porte du bureau de vote, sans réponse.

Au total, quatre représentants de candidats, venus observer le dépouillement comme l’autorise la loi fédérale russe, n’ont pas pu rentrer dans ce bureau de Mojaïsk, un quartier de l’ouest de Moscou, en Russie, pendant le comptage des voix par la commission électorale dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20 septembre.

"Ils ont commis une infraction très grave, ces situations ne sont pas acceptables pendant les campagnes électorales"

Denis Zheleznyakov, l’homme s’adressant aux membres de la commission électorale du bureau de vote avec un haut-parleur, est un étudiant de 22 ans et représentant officiel de l’équipe de Mikhaïl Lobanov. Contacté, il affirme que plusieurs opposants ont été empêchés d’accéder au comptage des voix : "La situation paraissait étrange dès le départ : le décompte des voix était long – habituellement, la commission finit vers minuit –, et les membres de la commission ont refusé de nous laisser entrer."

Denis Zheleznyakov se rend alors sur place avec un membre de l’équipe de campagne de Mikhaïl Lobanov et deux membres de Iabloko, un parti d’opposition social-libéral. Vers 5 h du matin, alors que le bureau compte encore les voix, ils rapportent avoir sonné pour rentrer. Dans la vidéo, ils frappent ensuite aux fenêtres, sans réponse. Les membres du parti Iabloko disent avoir appelé la police, qui a tenté à son tour de sonner, toujours sans réponse, et qui a fini par accepter un dépôt de plainte. Les opposants ont alors crié dans un mégaphone, mais le bureau est resté fermé. 

"Je pense qu'ils ont falsifié les votes, parce qu'ils veulent que les membres du parti au pouvoir gagnent, les actions des membres de la commission étaient délibérées et intentionnelles. Nous savions qu'au moment où ils ont ouvert les portes, ils avaient déjà compté tous les votes. Parce qu'ils avaient un rapport spécial avec eux, avec les résultats finaux. Ils ont commis une violation désastreuse et ces situations ne sont pas acceptables pendant les campagnes électorales."

La loi russe permet aux candidats de nommer des représentants pour contrôler le processus de vote afin d’éviter toute falsification parmi les membres de la commission électorale. Les candidats de l’opposition, qui dénoncent des fraudes à grande échelle lors de ces élections législatives, ont de plus en plus recours à des représentants envoyés dans les bureaux pour observer et alerter des suspicions de fraudes. 

Des suspicions de fraude massive

Depuis vendredi 17 septembre, de nombreuses images amateur, pour la plupart non vérifiées, semblent montrer des falsifications lors du vote, telles que du bourrage d’urnes et des personnes qui auraient voté par correspondance à la place d’autres personnes sur la plateforme de vote en ligne.

Yulia Koshelyaeva, porte-parole de Mikhaïl Lobanov, a affirmé que "la plupart [des membres des commissions électorales] ont eu un ordre direct pour fournir une victoire à un certain candidat" car "en Russie, le vote a lieu dans les écoles publiques. Donc naturellement, la plupart des membres du comité sont des enseignants locaux ou d'autres personnes rémunérées par le gouvernement". 

La présidence russe a déclaré que les élections se sont tenues dans "la transparence et la probité" et n’a pas directement réagi aux accusations de fraude. Le gouvernement russe a lui-même accusé des personnes et des ONG de préparer des fraudes électorales en amont des élections.

Contacté par la rédaction des Observateurs, le bureau de vote n° 2645, mis en cause par Denis Zheleznyakov et d’autres opposants, n’a pas répondu à nos sollicitations.