FRANCE

Emeutes en banlieue : témoignages, de Villiers-le-Bel à Washington

Par La banlieue s’enflamme à nouveau. Et, , c’est l’incompréhension qui règne : comment comprendre ces accès de violences en apparence totalement gratuits ?Qu’est-ce que ces jeunes peuvent bien avoir en tête lorsqu’ils brûlent les voitures de leurs voisins (et pas celles des « bourgeois » de Panam…). Nous sommes allés voir ce qu’en disent les personnes qui travaillent directement avec ces jeunes des quartiers. Et, pour un point de vue décalé, nous avons également repris les commentaires d’un blogueur américain sur ces histoires de « frenchies ». Enfin, les vidéos amateurs commencent à arriver sur Dailymotion. En voici un premier exemple, filmé peu après l’accident qui a mis le feu aux poudres.

Publicité

Par Team Observers

La banlieue s’enflamme à nouveau. Et, comme en 2005, c’est l’incompréhension qui règne : comment comprendre ces accès de violences en apparence totalement gratuits ?Qu’est-ce que ces jeunes peuvent bien avoir en tête lorsqu’ils brûlent les voitures de leurs voisins (et pas celles des « bourgeois » de Panam…). Nous sommes allés voir ce qu’en disent les personnes qui travaillent directement avec ces jeunes des quartiers. Et, pour un point de vue décalé, nous avons également repris les commentaires d’un blogueur américain sur ces histoires de « frenchies ». Enfin, les vidéos amateurs commencent à arriver sur Dailymotion. En voici un premier exemple, filmé peu après l’accident qui a mis le feu aux poudres.

Vidéo amateur, sur les lieux de l’accident

« Les jeunes disent : ‘les médias, c’est Sarkozy, on peut pas les croire’ »

Témoignage anonyme d'un surveillant dans un lycée de Sarcelles, proche de Villiers-le-Bel.

Dans le lycée, c’est calme. Dehors, à Sarcelles, je n’ai vu que des poubelles brûler, pas des voitures. C’est vrai que les jeunes sont en colère. Mais moi, je suis un mec du coin, je suis jeune. Ils me voient comme l’un d’entre eux, donc j’ai pas de problème. Ceux qui participent aux émeutes, les mecs à cagoules, ils ne sont peut-être même pas au lycée. Il ne faut pas chercher à comprendre ce qu’ils font. C’est de la violence gratuite, parce qu’ils ne savent pas s’exprimer autrement. Rien à voir avec les islamistes en tout cas. Les médias dramatisent ce qui se passe. Et les jeunes ne leur font pas confiance. Ils disent tout le temps : « les médias, c’est Sarkozy, on peut pas les croire ».

Contactez surveillant Sarcelles sur sa fiche profil.

« C'est la Star Academy de la banlieue»

Témoignage d'un ancien surveillant dans un lycée de Bezon (Val d'Oise).

Il faut juste condamner ce qui s'est passé. Je suis de gauche, mais j'ai écouté les discours des dirigeants du PS. Ca m'a choqué. Ils devraient dire clairement que c'est inacceptable et qu'il ne faut pas chercher à excuser. Bien sûr il y a des raisons sociales derrière tout ça. Mais là, on voit des jeunes qui veulent juste se faire plaisir, rigoler en cassant tout. C'est un jeu pour eux. C’est la Star Academy de la banlieue. J’ai travaillé avec des jeunes de banlieue. Le problème, c’est qu’ils veulent juste des Rolex - comme le Président d’ailleurs. Ils n’ont pas de revendication sociale ou politique. C’est du bling bling. Ils veulent de la tune, mais ils n’ont pour la plupart aucun diplôme et ils ne veulent faire aucun effort pour réussir. Je les ai côtoyés dans le lycée où je travaillais. Le problème c'est que certains n’arrivent même pas à s'exprimer, sur quoi que ce soit. Ils ne savent pas communiquer. Alors ils s'énervent. Et ceux qui souffrent, ce sont les petits, les gens comme eux. Ils ne brûlent pas les voitures des familles où il y a plusieurs frères. Ils brûlent les voitures des faibles, des familles où il n’y a que des sœurs, ou des femmes seules.»

Contactez Pierre sur sa fiche profil.

« Des émeutes d’une telle ampleur ne pourraient pas se produire aux Etats-Unis car la population soutient dans l’ensemble les forces de police.»

Brian est un blogueur de Washington (Etats-Unis). J’attends avec impatience de voir comment le président Nicolas Sarkozy va régler ce problème maintenant qu’il est au pouvoir, si tant est qu’il fasse quelque chose. (…) J’avais été très critiqué en 2005 pour avoir prôné la méthode forte contre les hors la loi [au moment des premières émeutes, en décembre 2005].

Il est intéressant de noter que le procureur français a ordonné une enquête interne sur ce qu’il décrit comme un « homicide involontaire et non assistance à personne en danger ». Pourtant, c’est la moto qui est venue heurter la voiture de police et, d’après des témoins, « aucun des deux jeunes n’avait de casque ». Les habitants accusent la police d’avoir fui le lieu de l’accident, ce qui n’est clairement pas la bonne réaction. Mais n’oublions pas que le quartier dans lequel cet incident s’est produit n’est pas connu pour traiter les forces de l’ordre « avec gentillesse »…

Des émeutes d’une telle ampleur ne pourraient pas se produire aux Etats-Unis car la population soutient dans l’ensemble les forces de police. Nous avons des problèmes, par exemple dans le sud de Washington, qui est souvent décrit comme une zone de guerre – à l’instar des banlieues françaises. Ou à Philadelphie, renommée « Killadelphia » à cause de son taux d’homicides en constante progression. Ou à Baltimore : environ 262 meurtres cette année. Mais les problèmes sont limités à de toutes petites zones.

Surtout, la grosse différence, c’est que lorsque ce genre d’incident se produit, nous avons tendance à nous mettre en retrait et à laisser les autorités gérer la situation. (…)»

Contactez Brian sur sa fiche profil.

Le blog de Mouhsin, l'un des deux jeunes tués dans l'accident

Vous rier de Moi

Parce que je suis Différent

Mais Moi je ri de Vous

Car vous etes tous Pareille»

« J’aimerais savoir ce qui s’est passé, et que justice soit faite »

Témoignage anonyme d'une surveillante dans un lycée de Villiers-le-Bel.

Il y a eu une marche en hommage aux deux jeunes qui sont morts. Nous, on a pas pu y aller, car il n’y avait personne pour nous remplacer au lycée. Mais le proviseur était là-bas. Il y a même une quête organisée dans le lycée pour fabriquer des tee-shirts avec les photos de Mouhsin et Lamari. D’ailleurs, je vais donner quelque chose. En tout cas, j’aimerais savoir ce qui s’est vraiment passé, et que justice soit faite. Mais les jeunes sont vraiment en colère. Dans le lycée, ça va, mais il ne faut pas essayer de leur parler en dehors. Et les journalistes ne devraient pas venir, car c’est risqué pour eux.»

Contactez Anissa sur sa fiche profil.