EGYPTE

Emeutes anti-copte à Isna

La semaine dernière, la ville d’Isna (Sud) a été le théâtre d’une violente émeute anti-copte. Bilan de la semaine : une quinzaine de magasins coptes détruits, des lieux de cultes et une église saccagés. Depuis, la tension entre les deux communautés est à son comble. Retrouvez le témoignage d’une copte égyptienne, la réaction d’un musulman d’Alexandrie et des vidéos qui illustrent la violence des émeutes. Après les émeutes à Isna. Vidéo postée le 16 decembre 2007

Publicité

La semaine dernière, la ville d'Isna (Sud) a été le théâtre d'une violente émeute anti-copte. Bilan de la semaine : une quinzaine de magasins coptes détruits, des lieux de cultes et une église saccagés. Depuis, la tension entre les deux communautés est à son comble. Deux incidents ont mis le feu aux poudres. Le premier date du mercredi 12 décembre. Une foule en colère, qui soupçonne deux garçons coptes d'avoir eu des relations sexuelles avec une musulmane, saccage une boutique. Trois jours plus tard, de nouvelles émeutes éclatent, à la suite d'une altercation entre un commerçant copte et une cliente voilée qu'il accusait d'avoir volé un téléphone portable.

Après les émeutes à Isna

Postée le 16 decembre 2007

Un lieu de culte copte saccagé

Postée le 19 decembre 2007

Le témoignage d’Hala Helmy Botros, copte égyptienne

« Par deux fois en ce mois de décembre, des incidents ont éclaté entre les deux communautés à Isna. Tout a commencé avec l’affaire des deux jeunes chrétiens qui s’étaient mis d’accord avec une fille musulmane pour passer une nuit ensemble contre paiement. Je rappelle qu’Isna est située dans l’Égypte profonde et que les relations sexuelles et les mariages interconfessionnels sont interdits. Curieusement, la prostitution est tolérée quand la fille est chrétienne et les clients sont musulmans. Il y a une part de manipulation dans ces émeutes. Elles sont notamment orchestrées par un député du parti au pouvoir et des commerçants qui ont intérêt à ce que les commerces coptes soient saccagés. Certains groupuscules islamistes considèrent que les Coptes et les militants du camp laïc représentent le mal absolu et qu’il faut les éradiquer d’Egypte. Je crains que les relations entre Musulmans, Coptes, Bahaïstes et autres minorités religieuses, qui sont déjà très tendues en Egypte, ne se détériorent encore plus. Ces événements démontrent une nouvelle fois que l’intégrité physique, les biens matériels et les lieux de culte des minorités religieuses sont constamment menacés en Egypte, sous le regard indifférent des autorités. » »

Posez vos questions à Hala Helmy Botros

Réaction d’Ahmad G, musulman d’Alexandrie

« Ces incidents sont condamnables, surtout quand ils prennent une telle ampleur. Mais par pitié ne généralisons pas, ne soyons pas excessifs. Les Coptes ne sont pas menacés d’extinction en Egypte! Mais au moment où nous célébrons l’Aïd et Noël, ces affrontements interreligieux prouvent que le sectarisme religieux gagne du terrain, notamment dans les zones reculées. J’aimerais cependant souligner un phénomène intéressant et porteur d’espoir. Il est apparu dans le domaine social, en marge des récentes manifestations du secteur public. On a pu voir des travailleurs musulmans et coptes défiler côte à côte, alors que les tensions restent très vives entre ces communautés. Le social est un socle fédérateur sur lequel il faut s’appuyer pour reconstruire une unité entre Egyptiens. Il ne faut pas tout lier à la religion, un voleur est un voleur, ce n’est pas un voleur copte ou un voleur musulman. Le communautarisme religieux ne nous mènera nulle part.» »

Posez vos questions à Ahmad.G