INTOX

Marlène Dietrich n’a pas été arrêtée par la police en 1933 à Paris parce qu’elle portait un pantalon

Cette image de Marlène Dietrich arrivant à Paris en 1933 est partagée comme étant le moment de son arrestation. En réalité, elle n’est pas en train d’être arrêtée sur cette photo, et il n’y avait pas de loi effective pénalisant les femmes portant des pantalons.
Cette image de Marlène Dietrich arrivant à Paris en 1933 est partagée comme étant le moment de son arrestation. En réalité, elle n’est pas en train d’être arrêtée sur cette photo, et il n’y avait pas de loi effective pénalisant les femmes portant des pantalons. © Observateurs

Sur cette photo devenue virale depuis le début du mois de juillet, Marlène Dietrich serait en train d’être arrêtée pour avoir enfreint l’interdiction de porter des pantalons pour les femmes, à son arrivée à Paris, en 1933. Mais les hommes qui l’encadrent ne sont pas des policiers, et l'actrice allemande (naturalisée américaine en 1939) n’a pas été arrêtée. 

Publicité

On retrouve la photo accompagnée de cette affirmation sur Facebook ici, ou , mais aussi sur le compte “Historical Images” où elle a été partagée plus de vingt mille fois. Sur Twitter, on la retrouve en français, en anglais, en portugais, ou encore en espagnol.

Capture d’écran de la publication de “Historical Images” du 18 juillet 2021, où la légende indique en anglais “Marlene Dietrich est arrêtée dans une gare à Paris en 1933 pour avoir enfreint l'interdiction faite aux femmes de porter des pantalons.”
Capture d’écran de la publication de “Historical Images” du 18 juillet 2021, où la légende indique en anglais “Marlene Dietrich est arrêtée dans une gare à Paris en 1933 pour avoir enfreint l'interdiction faite aux femmes de porter des pantalons.” © Observateurs

La photo aurait été popularisée en premier avec la mention de son arrestation dans un post en anglais sur le site Reddit, dans la rubrique "Old School Cool” qui partage des photos et vidéos des “personnes les plus cool de l’Histoire”. Le post a été commenté près de 1300 fois. 

Capture d’écran de la publication Reddit du 16 juillet 2021, où la photo de Marlene Dietrich est publiée avec la légende “Marlene Dietrich est arrêtée à une gare à Paris en 1933, parce qu’elle avait enfreint l’interdiction pour les femmes de porter des pantalons”
Capture d’écran de la publication Reddit du 16 juillet 2021, où la photo de Marlene Dietrich est publiée avec la légende “Marlene Dietrich est arrêtée à une gare à Paris en 1933, parce qu’elle avait enfreint l’interdiction pour les femmes de porter des pantalons” © Observateurs

Grâce aux archives, il est possible de retrouver le contexte exact de cette photo 

Parmi ces commentaires, celui de "gerardmenfin" : l’utilisateur qui publie souvent des déconstructions de fausses informations historiques est alerté par le post viral. Après quelques heures de recherches, son explication détaillée est publiée en commentaire puis republiée sur la page Reddit “Ask Historians”, puis partagée sur Twitter

Selon Gilles Tran (gerardmenfin sur Reddit), contacté par notre rédaction, il est possible de retrouver l’histoire complète derrière cette photo : Marlene Dietrich n’est pas en train d’être arrêtée pour avoir porté un pantalon, mais sort simplement d’un train et marche accompagnée de son mari, Rudolf Sieber, à sa gauche.

Grâce au site d’archives Retro News, il a pu retrouver la trace de l’actrice et chanteuse dans les journaux français de l’époque. Après avoir traversé l’Atlantique à bord d’un ferry pour des vacances accordées par Paramount, elle a pris un train à Cherbourg, pour arriver à la gare Saint-Lazare le 19 mai 1933. La nouvelle de son arrivée à Paris, dans une tenue au style jugé très masculin à l'époque, est largement commentée par la presse française. 

“Le Pantalon de Marlène Dietrich” titre l’Œuvre le 21 mai, “Marlène, la femme… en homme” pointe Comœdia le 20 mai, ou encore “La vedette (...) est arrivée à la gare Saint-Lazare vêtue en élégant jeune homme” commente Le Quotidien. De nombreux dessins humoristiques sont aussi publiés par la presse après l'événement.

Captures d'écran d'une sélection d'articles, de photos et d'interviews sur Marlène Dietrich publiés dans la presse française à l'époque.
Captures d'écran d'une sélection de dessins humoristiques et d'un montage photo publiés dans la presse française à l'époque.

Mais aucune mention n’est faite d’une arrestation de la star par la police française. Selon Gilles Tran, au vu de la renommée de Marlène Dietrich, son arrestation aurait forcément été mentionnée dans les journaux. La fille de Marlène Dietrich, Maria, était par ailleurs habillée comme sa mère, comme on peut le voir en haut à droite du journal Paris Soir du 21 mai 1933.

De plus, quelques photos du même moment prises par l’agence Keystone Paris sont trouvables sur Getty Images, ainsi que dans les journaux de l’époque, sans qu’on puisse y voir une arrestation de police. On retrouve d’ailleurs la photo originale dont est tirée l’image virale, recadrée. 

Captures d'écran de photos du même moment

En somme, selon Gilles Tran, l’événement de ce 19 mai 1933 très couvert par les journaux français n’était pas celui d’une arrestation de l’actrice Marlène Dietrich, mais “seulement” l’arrivée à Paris de cette star internationale, dans une tenue qui dénote à l’époque, bien que très à la mode à Hollywood.

 

Ça a fait beaucoup parler d’elle. Elle ne s’habillait pas “en homme”, mais c’était un style bien à elle, très masculin. Toute la presse y compris l’Humanité faisait des blagues et des dessins de presse, moins sur Dietrich elle-même que sur ces hommes qui “perdaient le pantalon”

Marlene Dietrich était invitée le soir-même par Madame Chiappe, épouse du chef de police de Paris, et il était peu probable qu’elle soit menacée publiquement à ce moment-là :

Dans ma perception des choses, c'était plus quelque chose que les gens trouvaient amusant. C’était un débat, est-ce que ça lui allait bien ou pas… À l'époque c’est une star internationale, c’est comme Lady Gaga aujourd’hui, elle est extrêmement connue. Donc les gens la moquent mais ils l’admirent complètement. Il y a plein d’interviews où elle en parle d’ailleurs, et elle se défend : il y a une part de provocation, c’est un geste artistique aussi. Ce qui est rigolo c’est qu’elle est invitée le soir même à un gala de la police avec la femme du préfet ! L’idée que le préfet de police aurait eu une quelconque volonté de lui nuire n’a pas de sens, il n’aurait pas pu la faire arrêter le même jour et l’inviter le soir.

L’actrice n’a rompu aucune loi française en portant un pantalon 

Mais alors, qu’en est-il de la question de l’interdiction du port du pantalon ? Dans son analyse publiée sur Reddit, Gilles Tran explique qu’il existait bien une ordonnance de la Préfecture de police de Paris datant du 7 novembre 1800. Elle précisait que “toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la préfecture de police pour en obtenir l’autorisation et que celle-ci ne peut être donnée qu’au vu d’un certificat d’un officier de santé”.

Cette ordonnance était plus dissuasive que répressive : aucune pénalité n’y était associée. Le but était de limiter l’accès à certains métiers à des femmes se faisant passer pour des hommes, comme on peut le lire dans cet article de l’historienne Christine Bard. 

Avec l’évolution de l’habillement des femmes parisiennes, l’ordonnance devient obsolète, et n’est plus utilisée du tout dès le début des années 1900. Les polémiques autour de cette ordonnance auraient créé cette rumeur sur Marlène Dietrich, selon Gilles Tran. 

Mon interprétation c’est qu’effectivement les Américains ont un peu construit cette histoire. J’en ai trouvé la trace dans les journaux français, mais c’est vu comme une blague, ce n’est pas sérieux. Mais les gens étaient persuadés que ça existait encore, comme pendant le procès de Violette Morris [contre la Fédération féminine sportive en 1930, NLDR], parce qu’une femme qui porte le pantalon ça ne serait pas bien. Alors que ça n’était plus effectif depuis 50 ans, en réalité on ne sait même pas combien de femmes ont eu ce permis ou auraient pu être sanctionnées.

En 2013, le fait que cette ordonnance soit encore théoriquement en vigueur avait été souligné par Alain Houpert, sénateur de la Côte d’Or (UMP-R), dans une question adressée à la ministre des Droits des femmes. Dans sa réponse, le ministère expliquait que l’ordonnance était de fait incompatible avec les valeurs de la Constitution française de 1946 ainsi que la Convention européenne des droits de l’Homme, et qu’elle n’était donc plus applicable de facto. 

Si vous souhaitez lire d’autres vérifications historiques, vous pouvez retrouver cet article sur une photo d’archive de Che Guevara qui serait en train de “tirer sur des femmes”.