Ces vidéos ne montrent pas des Égyptiens du Sinaï sur le point de prêter main forte à Gaza

Des publications laissent penser que des Bédouins égyptiens se sont réunis à la frontière entre l’Egypte et Gaza en soutien aux Palestiniens. Mais la vidéo est sortie de son contexte.
Des publications laissent penser que des Bédouins égyptiens se sont réunis à la frontière entre l’Egypte et Gaza en soutien aux Palestiniens. Mais la vidéo est sortie de son contexte. © Observateurs France 24

Des vidéos diffusés durant le conflit entre Israël et le Hamas assuraient que des Bédouins du Sinaï, péninsule égyptienne voisine d'Israël, se préparaient à rejoindre les groupes de résistants palestiniens sur la bande de Gaza. Mais ces images ont été sorties de leur contexte : elles montrent en réalité… une course de dromadaires.

Publicité

Publiée le 14 mai, cette vidéo a été visionnée plus de 53 000 fois sur Twitter.

“Un convoi de centaines de véhicules à la frontière en Egypte débarque en Palestine pour soutenir Gaza”, affirme ce tweet.

Dans une plaine désertique, on voit des dizaines de personnes et de camions. En fond sonore, des voix masculines prêtent un serment d'allégeance envers la mosquée sainte d’al-Aqsa, située à Jérusalem. Le bandeau blanc en haut de l’écran indique : “Mosquée al-Aqsa”, en référence à l’intervention policière survenue le 7 mai contre les fidèles de cette mosquée. Une seconde inscription, en noir, affirme : “les Egyptiens sont aux frontières du Sinaï”, laissant entendre qu’ils se trouvent à quelques encablures de la bande de Gaza.

D’autres versions, publiées sur Youtube ou Facebook, sont des compilations de trois extraits vidéo de la même scène, filmés d’angles différents mais accompagnés de la même légende et arborant le même bandeau blanc. “Les Bédouins du Sinaï ont un message aux Sionistes”, indique la légende de cette compilation visionnée plus de 9 000 fois sur Facebook:

 

Pourquoi ces affirmations sont fausses

En procédant à une recherche d’images inversée avec l’outil InVid We Werify (voir ici comment faire), on trouve plusieurs occurrences de ces vidéos. L’un d’elles provient d’un compte Tik tok égyptien, qui documente la vie des Bédouins dans le sud du Sinaï. La vidéo virale figure sur le fil de l’utilisateur, en date du 10 janvier 2021. 

Sur le fil de cet utilisateur égyptien, on retrouve l’une des vidéos que l’on voit dans la compilation.
Sur le fil de cet utilisateur égyptien, on retrouve l’une des vidéos que l’on voit dans la compilation. © Observateurs France 24

Des images sorties de leur contexte 

Sur l’extrait original, aucune mention de la Mosquée al-Aqsa. On y trouve cependant des références à Wadi el Zalaka, une commune de la ville de Nuweiba, dans le sud du Sinaï en Egypte. En cherchant le hashtag #WadiElZalka en arabe sur Tik tok, on découvre des vidéos similaires montrant des courses de dromadaires. Le texte du bandeau sur la vidéo originale félicite les Tarabin, une tribu bédouine répartie entre l’Egypte et la bande de Gaza, pour leur victoire cette année : il s’agit d’une course annuelle de dromadaires organisée à Wadi el Zalaka et opposant différentes tribus de la région.

On trouve dans des médias locaux égyptiens les résultats de cette course et un aperçu historique de cette compétition réunissant chaque année une cinquantaine de participants.

Ces extraits sensationnalistes soulevaient par ailleurs une contradiction : la zone frontalière entre la péninsule du Sinaï et la bande de Gaza est en état d’urgence perpétuel depuis un attentat, en 2014, visant un barrage militaire égyptien dans le nord de la péninsule. Le passage frontalier entre l’Egypte et la bande de Gaza est régulièrement fermé et une zone tampon de 500 mètres, s’étendant sur tout le passage, long de 10 km, a été créée. De plus, les mesures pour lutter contre la propagation du Covid-19 laissent peu de marge aux voyageurs désirant franchir la frontière entre Israël et l’Egypte. 

Conclusion 

Ces images ont bien été prises dans la péninsule égyptienne du Sinaï, mais n’ont aucun rapport avec les dernières violences à Jérusalem ni avec les bombardements sur la bande de Gaza. 

Ces tensions avaient commencé fin avril, en réaction à l’opération d’éviction de familles palestiniennes à Jérusalem au profit de colons juifs. Après dix jours d’affrontements entre le Hamas et Israël, les deux parties ont conclu un cessez-le-feu le 20 mai. Depuis le début des combats le 10 mai, les autorités sanitaires palestiniennes ont déclaré que 232 Palestiniens, dont 65 enfants, avaient été tués et plus de 1 900 blessés dans les bombardements aériens. Selon les autorités israéliennes, 12 personnes ont été tuées en Israël.