Au Sri Lanka, les manifestants "ouvrent au public" les lieux du pouvoir occupés

L'inscription "Ouvert au public" a été taguée à l’entrée de la résidence du Premier ministre en cinghalais, dimanche 10 juillet 2022.
L'inscription "Ouvert au public" a été taguée à l’entrée de la résidence du Premier ministre en cinghalais, dimanche 10 juillet 2022. © Les Observateurs via Facebook - C. Dilshan

Samedi 9 juillet 2022, des milliers de Sri-Lankais, exaspérés par la crise économique que traverse le pays, ont pris d’assaut la résidence du président Gotabaya Rajapaksa et d’autres lieux liés au pouvoir. La situation est toujours incertaine dans le pays, mais la mobilisation continue : à Colombo, la capitale, plusieurs de ces bâtiments symboliques ont été transformés par les manifestants en lieux de contestation où s’organisent des repas et des concerts.

Publicité

Le palais présidentiel et la résidence du Premier ministre du Sri Lanka sont toujours occupés par des manifestants, lundi 11 juillet. Deux jours plus tôt, le pays a basculé dans l’inconnu après d’importantes manifestations dans la capitale Colombo.

Contraints à fuir, le président Gotabaya Rajapaksa et le Premier ministre Ranil Wickremesinghe se sont engagés à démissionner. Mais les manifestants qui ont pris d’assaut leurs résidences et le secrétariat présidentiel ont affirmé qu’ils attendraient que ces démissions soient effectives pour quitter les lieux. En attendant, ces bâtiments ont été transformés en espace d’échange et de contestation. Sur les réseaux sociaux, les manifestants filment l’occupation de ces luxueuses demeures de l’époque coloniale. Ils jouent sur de beaux pianos, prennent des selfies sur des lits à baldaquin ou profitent de la piscine de la résidence du président.

Dimanche, l’inscription "Ouvert au public" a été ajoutée sur un mur à l’entrée de "Temple Trees", le nom donné à la résidence officielle du Premier ministre. Des Sri-Lankais y ont donc afflué, parfois en famille. Ils ont été invités par les manifestants à ne rien voler, ne rien dégrader, et à considérer les bâtiments occupés comme des "musées".

L'inscription “Ouvert au public” a été taguée à l’entrée de la résidence du Premier ministre en cinghalais.
L'inscription “Ouvert au public” a été taguée à l’entrée de la résidence du Premier ministre en cinghalais. © Les Observateurs via Facebook - C. Dilshan

 

 

Concert improvisé sur le piano à queue de "Temple Trees", la résidence officielle du Premier ministre.

 

Des photos montrent ainsi des manifestants s'efforçant de maintenir la propreté de l'enceinte du palais présidentiel, en ramassant les déchets et en balayant le sol. Certains ont organisé des concerts et des jeux de cartes. D’autres ont installé une cuisine collective dimanche 10 juillet : plusieurs vidéos montrent des manifestants s’affairer devant d’immenses casseroles remplies de riz, couper des légumes ou encore servir d'autres occupants.

Dimanche 10 juillet, le matin, des manifestants préparent un repas
Dimanche soir, des manifestants chantent une version anglaise de Bella Ciao, célèbre hymne révolutionnaire italien, lors d’un concert improvisé.

Dans l’enceinte de "Temple Trees", il y avait encore de nombreux Sri-Lankais lundi 11 juillet, comme notre rédaction a pu le confirmer après un appel vidéo avec l’un des manifestants.

 

Sur de nombreuses images à Temple Trees , on voit les manifestants jouer au “carrom” sur la table de jeu du premier ministre. Le carrom, ou “billard indien” est très populaire au Sri Lanka.

Des manifestants ont également constitué une chaîne humaine géante dimanche pour ouvrir une bibliothèque composée de dons à l’intérieur du secrétariat présidentiel sri-lankais. Selon l’AFP, 8 000 ouvrages en cinghalais, tamoul et anglais ont été collectés. 

Le faste des maisons du Premier ministre et du président, visible sur les images des manifestants, contraste avec la situation économique désastreuse du pays. Le Sri Lanka, dont l’économie repose principalement sur le tourisme, a été durement touché par la pandémie du Covid-19. L’augmentation de la dette a entraîné la dévaluation de la monnaie et la baisse des importations, générant des pénuries de médicaments, de nourriture et d’essence.

>> LIRE SUR LE SITE DES OBSERVATEURS - Au Sri Lanka, "plus de 10 heures d’attente" pour avoir de l’essence

Lors des immenses manifestations à Colombo samedi, la résidence privée du Premier ministre a été incendiée par une foule en colère. L’intervention des forces de l’ordre pour disperser les manifestants dans les rues de Colombo a fait plusieurs blessés, dont des journalistes.

Ce lundi, le Parlement sri-lankais a donné des détails sur la transition du pouvoir à venir, indiquant que le nouveau président serait élu le 20 juillet prochain.