Inde : un nourrisson sauvé alors qu’il dérivait sur le Gange, cas symptomatique des abandons de bébés

Une vidéo publiée sur Twitter le 156 juin monte un bâtelier recueillir un bébé à la dérive dans une boite sur le Gange.
Une vidéo publiée sur Twitter le 156 juin monte un bâtelier recueillir un bébé à la dérive dans une boite sur le Gange. © Twitter

Un batelier a récupéré le 16 juin une petite boîte en bois sur le Gange, près de Ghazipur dans le nord de l’Inde. A l’intérieur : un bébé de trois semaines, entouré d’objets religieux. L’incident, documenté en vidéo, a été largement relaté, et n’est pas rare en Inde, où les bébés abandonnés ne sont par ailleurs pas toujours correctement pris en charge. 

Publicité

Gullu Chaudhary, batelier, était avec d’autres personnes sur les rives du Gange lorsqu’il a entendu des pleurs de bébé, le 16 juin dernier. Le batelier a sauté dans l’eau pour y récupérer la boite et sauver la vie de la toute petite fille qui s’y trouvait.

Le sauvetage a été relayé sur Twitter le même jour. 

Vidéo publiée sur Twitter montrant un batelier récupérer la boîte en bois dans laquelle dérivait un bébé sur le Gange, le 16 juin.

Dans la boite, le bébé, emballé dans un tissu, était entouré d’images de divinités hindoues et de bâtons d’encens. Il y avait également la charte astrologique de naissance de l’enfant, donnant sa date de naissance, et un bout de papier sur lequel était écrit son nom, Ganga, le nom du Gange en hindi. 

Gullu Chaudhary a d’abord ramené le bébé chez lui, et avait l'intention de l’adopter, mais les autorités locales l’ont reprise et l’ont emmenée dans un refuge pour femmes et enfants , puis à l’hôpital, où les examens ont établi qu’elle était en bonne santé. Le gouvernement de l’Uttar Pradesh, l’Etat où s’est déroulée l’affaire, a assuré qu’il assumerait la responsabilité financière du développement et de l’éducation de l’enfant. 

Gullu Chaudhary a lui été décoré par les autorités. Le gouvernement de l’Uttar Pradesh a annoncé qu’il se verrait offrir un bateau, et bénéficierait d’avantages sociaux pour lui faciliter la vie. 

Photos postée sur Twitter le 17 juin, montrant Gullu Chaudhary décoré par les autorités.

La police a ouvert une enquête. L’abandon d’enfant est illégal en Inde, mais le phénomène n’en est pas moins répandu, notamment pour les filles, plus souvent victimes de discrimination. La population indienne affiche d'ailleurs un ratio déséquilibré de 900 à 930 femmes pour 1000 hommes. Un résultat qui peut être attribué aux avortements décidés en raison du sexe de l’enfant, aux abandons, ifanticides ou aux négligences dont les filles souffrent plus. 

“En général, on entend parler d’enfants abandonnés dans les poubelles, dans les toilettes, dans les rues.” 

Mirti Gupta est la cofondatrice et présidente de l’ONG Where Are India’s Children? (WAIC), qui cherche à aider les enfants abandonnés et orphelins les plus vulnérables à entrer dans le système légal d’adoption. Selon elle, le cas du bébé du Gange est unique, mais pas le phénomène des abandons : 

Malheureusement, on voit ce genre de nouvelles toutes les quelques semaines, ou même plusieurs fois par semaine. Ce qui est intéressant ici c’est que ça semble une affaire très formelle : quelqu'un a pris le temps d’emballer le bébé dans un tissu, d’une certaine façon, de la placer dans une boite d’une certaine façon, de peut-être placer ce geste dans un contexte religieux. En général, on entend parler d’enfants abandonnés dans les poubelles, dans les toilettes, dans les rues. 

Les abandons d'enfants concernent un nombre important de strates de la société : il y a des cas d'enfants abandonnés car nés d’aventures sans lendemain, des enfants abandonnés car quelqu'un ne voulait pas de fille, des gens qui ne peuvent pas gérer un enfant de plus… Ce qui est le plus  malheureux, c’est que vous n’avez pourtant pas besoin d’abandonner un enfant en Inde aujourd’hui : une loi autorise les parents à abandonner anonymement leur enfant dans une agence d’adoption. Mais très peu de gens connaissent cette loi, c’est ce qui donne ces abandons si cruels. 

 

En 2020, 65 bébés abandonnés avaient été retrouvés aussi dans l’Uttar Pradesh, dont seuls 32 avaient survécu. Selon les autorités, les confinements liés au Covid-19 ont compliqué la possibilité de retrouver les bébés abandonnés à temps. Quant à ceux qui survivent, ils peuvent être mis dans des trafics d'enfants, ou passer leur vie dans un refuge. 

“Le meilleur scénario, c’est que l’enfant soit trouvé vite” 

“Avant tout il faut savoir qu’enfant abandonné va avoir des séquelles mentales et physiques. Physiques, parce qu’il est soumis aux aléas météo, risque de rencontrer des animaux, de contracter des infections. L'impact mental est lié au fait de passer des heures, des jours seuls, à pleurer, avec personne ne venant à l’aide. 

Ensuite, la question est de savoir si l’enfant abandonné pourra entrer dans le processus d’adoption. Ils peuvent être recueillis par des refuges qui en fait ne les mettent pas dans ce processus, et l’enfant reste jusqu’à ses 18 ans dans le refuge, puis se retrouve seul. On a vu des articles relatant le fait que des refuges assez connus ici ont clairement dit vouloir garder les enfants plutôt que de les mettre dans le système d'adoption organisé. 

Le meilleur scénario pour un enfant abandonné c’est qu’il soit emmené à l'hôpital pour des examens, puis soit placé dans le système pour être adopté. 

La pandémie de Covid-19 a contribué à augmenter le nombre d'enfants orphelins et abandonnés en Inde. Selon la commission nationale de protection des droits des enfants, plus de 30 000 enfants ont perdu leurs parents depuis avril 2020, parmi lesquels le nombre d’abandons, 274, reste relativement faible. Mais le nombre exact d'abandons d’enfants en Inde est impossible à évaluer.