Un tigre en divagation inquiète les protecteurs des animaux dans l’Extrême-Orient russe

Les habitants du Kraï de Primorié en Russie ont aperçu un tigre dans un champ, non loin d'un village.
Les habitants du Kraï de Primorié en Russie ont aperçu un tigre dans un champ, non loin d'un village. © amurtigercenter sur Instagram

Depuis le 8 juin, des habitants d’un village de la région du Kraï de Primorié en Russie ont filmé un tigre déambulant calmement dans des jardins de particuliers ou le long des routes. Le comportement très inhabituel de l’animal inquiète les spécialistes, qui veulent l’accueillir dans un centre de réhabilitation.

Publicité

Une première vidéo montrant un tigre se promener paisiblement en pleine nuit a été publiée le 8 juin par l’association de préservation des animaux Amur Tiger Center sur Instagram. L’animal sauvage s’est égaré dans un potager, ce qui lui a rapidement valu le surnom de "tigre des fraises".

L’association précise avoir installé des caméras depuis l’incident afin d’en savoir plus sur les raisons qui ont poussé le tigre à sortir de son milieu naturel.

L’organisation précise dans sa publication sur Instagram que les habitants ont eu un comportement exemplaire en s’enfermant chez eux et en appelant les gardes-chasses. Ces derniers ont ensuite reconduit le tigre vers la taïga, son milieu naturel.

Au cours des jours suivants, le tigre en divagation a néanmoins été pris en photo par un agriculteur dans un champ, puis filmé par des automobilistes sur la route :

La vidéo a été publiée le 10 juin sur la chaîne Telegram de l’association Amur Tiger Center.

Ce comportement est très inhabituel pour un tigre, notent les spécialistes d’Amur Tiger Center, inquiets de son attitude calme et apathique. Aucune hypothèse n’a été émise quant aux raisons pour lesquelles l’animal s’est comporté de la sorte. 

Le félin sera prochainement recueilli dans un centre de réhabilitation pour comprendre les raisons qui l’ont poussé à se rapprocher ainsi des humains. 

Le tigre de Sibérie est une espèce en danger d’extinction. Grâce aux efforts de conservation, le nombre d’individus en liberté en Russie est passé de quelques douzaines après la Seconde guerre mondiale, à près de 500 en 2018. Le trafic de tigres, activité très lucrative, reste un danger pour la survie de l'espèce.