Inde : des vidéos mensongères censées montrer la rébellion contre les mesures sanitaires

Ces quatre vidéos sont reprises sur Twitter dans un thread qui en fait les symboles d'une prétendue défiance des Indiens envers vaccins et tests Covid-19.
Ces quatre vidéos sont reprises sur Twitter dans un thread qui en fait les symboles d'une prétendue défiance des Indiens envers vaccins et tests Covid-19. © Observateurs

Un thread Twitter publié le 29 avril prétend révéler la défiance des Indiens à l’égard des vaccins et des tests déployés face à la pandémie de Covid-19. Certains iraient jusqu’à s’attaquer à la police pour montrer leur opposition. Sauf que ces tweets reprennent des vidéos sans lien avec la crise sanitaire, ou les accompagnent d’une légende trompeuse.

Publicité

Face à l’envolée des contaminations et décès liés au Covid-19 en Inde – environ 2,7 millions de personnes testées positives et plus de 25 000 décès entre le 29 avril et le 5 mai, selon les chiffres fournis par Our World in Data –, l’inquiétude grandit. La capitale New Delhi a été mise sous cloche et la campagne vaccinale s’intensifie. Mais ceux qui contestent l’existence de la pandémie depuis plus d’un an nient aujourd’hui la gravité de la situation indienne, allant jusqu’à évoquer une mise en scène destinée à imposer de fortes restrictions.

Sur les réseaux sociaux circulent ainsi plusieurs vidéos censées démontrer que les mesures sanitaires, et plus particulièrement les appels au dépistage ou à la vaccination, sont rejetées par la population. Quatre d’entre elles ont été compilées dans une suite de tweets mise en ligne le 29 avril (accéder ici à une version archivée) par un compte Twitter au nom de Robin Monotti Graziadei, relayant régulièrement des contenus conspirationnistes et cumulant 17 200 abonnés.

Vidéo par vidéo, voici ce que nos recherches nous ont appris.

 

"Les villageois chassent les équipes de dépistage et de vaccination"

La première vidéo comptabilise quelque 348 000 vues. Sa légende indique que "les villageois chassent les équipes de dépistage et de vaccination. Ils voient à travers la fraude vaccinale !" Le tweet a depuis été supprimé par Twitter car "enfreignant les règles" du réseau social.

Les habitants s'arment de pierres pour chasser les policiers.
Les habitants s'arment de pierres pour chasser les policiers. © Observateurs

En réalité, ces images ont été tournées alors qu’une équipe de police tentait de mettre fin à une foire bondée qui se tenait dans une commune de l’État indien du Jharkhand, le 23 avril. Ce que les villageois ont refusé, avant de chasser les policiers à coups de jets de pierres.

Pour en savoir plus sur le contexte de la vidéo, et sur la manière dont nous l’avons vérifiée, vous pouvez consulter l’article détaillé ici.

 

"Le policier insiste sur le fait qu’ils doivent obtenir le vaccin"

Sur la deuxième vidéo, vue près de 40 000 fois, on distingue un homme en tenue de policier en pleine discussion tendue avec des villageois. Une vidéaste amatrice le filme avec son smartphone.

La légende du tweet affirme : "Le flic insiste sur le fait qu’ils doivent obtenir le vaccin – en disant qu’ils n’ont pas le choix. [La personne qui filme répond] qu’aucun d’entre eux ne prendra le vaccin et ajoute : 'Faites ce que vous voulez, nous ne le prendrons pas. Vous pouvez aller dire au Premier ministre, au gouverneur de l’État et à tous les autres que nous ne le prenons pas.'"

Pendant plusieurs minutes, policier et villageois s'invectivent.
Pendant plusieurs minutes, policier et villageois s'invectivent. © Observateurs

En effectuant une recherche par mots-clés à partir de cette légende, on retrouve une vidéo postée le 30 avril sur Twitter, soit plus tard que celle incluse dans le thread. Son intérêt : il s’agit de la même vidéo, mais dans une version plus longue.

Les indices visuels et sonores contenus dans la vidéo fournissent un certain nombre de réponses. Pour les repérer et les analyser, plusieurs confrères indiens ont été sollicités, parmi lesquels Archis Chowdhury, journaliste pour le média de fact-checking BoomLive (https://www.boomlive.in).

Les interlocuteurs échangent en hindi, et les propos rapportés dans le thread Twitter sont exacts. On entend la dame exprimer sa colère au policier, lui dire qu’elle le trouve irrespectueux. Il rétorque en demandant aux villageois de mettre des masques – ce qu’ils refusent en disant que personne ne porte de masque chez eux. Et il les exhorte à se faire vacciner.

Sur la manche gauche de son uniforme, le policier porte un écusson. Il a ainsi été identifié par nos confrères indiens comme un membre des services de police du Gujarat, État de l’ouest de l’Inde.

Son écusson permet de relier le policier à un État indien.
Son écusson permet de relier le policier à un État indien. © Observateurs

À l’intérieur de cet État indien, les médias ont récemment fait état de frictions entre la police et les habitants du district de Tapi. Le 16 avril, le quotidien The Indian Express rapporte que les commerçants du village de Pankhri se sont plaints du comportement des policiers, qui selon eux les ont menacés de "démolir leurs magasins s'ils ne prenaient pas le vaccin contre le Covid-19".

Le 29, un autre quotidien, le Gujarat Samachar, relève que dans le district de Tapi, "en raison de la publicité trompeuse sur la vaccination dans les zones rurales, les gens ne se présentent pas pour se faire vacciner, de sorte que l'administration du district a formé une équipe de différents responsables" pour les inciter à recevoir le vaccin, donnant lieu à des tensions dans le village de Naranpur.

La rédaction des Observateurs de France 24 n’a pas pu identifier le lieu exact dans lequel la vidéo a été tournée. Cependant, cette scène montre bien un vif échange autour de la vaccination, entre un policier et des habitants de l’État du Gujarat.

 

"Des protestations contre le dépistage du Covid-19"

Le troisième tweet du thread comprend une vidéo légendée "Protestations contre le dépistage #Covid19 mené par l'OMS : 'Il n'y a pas de Covid-19 dans notre village !'" Visionnée pas moins de 33 000 fois, elle comprend des images de villageois en train de manifester, et notamment de mettre le feu à une figure humaine en papier.

Le groupe incendie une statue en papier de forme humaine.
Le groupe incendie une statue en papier de forme humaine. © Observateurs

Pour retrouver la vidéo d’origine, il faut taper dans un moteur de recherche les mots-clés dont on dispose : "IndiaTV" (nom de la chaîne de télévision qui s’affiche en bas à droite de l’écran), "Amritsar" (indication géographique, visible en haut à gauche entre 0’06 et 0’12), et pour finir les termes principaux utilisés dans le tweet rédigé en anglais : "protests" et "Covid19 testing". On retrouve la même vidéo sur la chaîne YouTube d’IndiaTV.

Si la vidéo a été reprise telle quelle dans le thread Twitter, on s’aperçoit qu’elle remonte au 4 septembre 2020, période à laquelle l’Inde comptabilisait quatre fois moins de cas et de décès liés au Covid-19 qu’actuellement.

Les sous-titres présents en première partie de vidéo donnent des indications sur le contexte de ce rassemblement : "Les membres du Comité Kisan Sangharsh ont protesté contre l'OMS [Organisation mondiale de la santé] concernant les tests de détection du coronavirus." Le Kisan Sangharsh est un syndicat d’agriculteurs basé dans l’État du Punjab, dans le nord de l’Inde, où se situe la commune d’Amritsar.

"'Si une équipe de santé vient faire des tests dans notre village de force, nous la renverrons pacifiquement', a déclaré un manifestant. Il a également affirmé qu'il n'y avait pas eu un seul cas de Covid-19 dans son village au cours des cinq à six derniers mois", note le Times of India, qui précise que les paysans "ont également protesté contre la nouvelle ordonnance agricole".

Au Punjab, en marge des manifestations contre les nouvelles lois agricoles libérales, des rumeurs autour du Covid-19 circulaient rapidement, sur WhatsApp notamment, alimentant le rejet par les populations rurales des campagnes de dépistage.

 

"Il n’y avait pas de cas de Covid-19 avant le début de la vaccination"

Pour la quatrième vidéo, le thread reprend un contenu partagé par un autre utilisateur de Twitter. Dans le tweet suivant, il est écrit que "si les villageois indiens chassent le personnel médical chargé de les vacciner, c’est que dans les autres villages, le Covid n’existait pas avant le début de la vaccination".

Armés de bâtons, les habitants cassent les vitres du véhicule policier.
Armés de bâtons, les habitants cassent les vitres du véhicule policier. © Observateurs

Mais cette vidéo n’a aucun lien avec le Covid-19. Elle date du 13 janvier et fait suite au décès d’un jeune qui aurait été battu par des policiers, dans l’État d’Odisha. D’où la colère des habitants, qui le vengent en s’en prenant à un véhicule de police.

Envie de comprendre comment nous avons identifié l’origine de ces images ? Vous retrouverez notre article en cliquant ici.

 

Si vous avez repéré d’autres vidéos prétendant montrer des scènes d’opposition aux mesures sanitaires en Inde, et que vous souhaitez nous les soumettre pour vérification, contactez-nous par l'intermédiaire du compte Twitter @InfoIntoxF24 !