Chine : vive mobilisation pour le sauvetage de mineurs coincés à 600 mètres sous terre

Photo de l'opération de sauvetage dans la mine d'or de Hushan à Qixia, où 21 mineurs sont bloqués après une explosion.
Photo de l'opération de sauvetage dans la mine d'or de Hushan à Qixia, où 21 mineurs sont bloqués après une explosion. © Twitter

Le 10 janvier, une explosion dans la mine d’or d’Hushan à Qixia, une ville de la province de Shandong dans l’est du pays, a tué un mineur et piégé 21 autres sous terre. Après une semaine sans aucun contact, les équipes de sauvetage ont réussi à établir une communication avec les mineurs bloqués le 18 janvier. Sur les réseaux sociaux et sur place, les citoyens se mobilisent pour venir en aide à ces mineurs.

Publicité

Ils auront passé huit jours sans pouvoir donner signe de vie, leur système de communication ayant été détruit par l’explosion. Mais les équipes de secours ont finalement entendu un son résonner contre une tige de forage insérée dans la mine, ravivant les espoirs de sauver les 21 personnes bloquées à 600 mètres sous terre.

Après avoir envoyé de la nourriture, des médicaments, du papier et de quoi écrire dans la mine, les équipes de sauvetage ont reçu une note manuscrite des mineurs. Les caractères tachés d’eau indiquaient qu’au moins douze personnes étaient toujours en vie au milieu de la mine, que quatre étaient blessées, et que les conditions de vie de dix autres mineurs étaient toujours inconnues. Les mineurs parlaient d’une mine emplie d’une épaisse fumée, d’un haut niveau d’eau, et demandaient des anti-douleurs, des pansements et des anti-inflammatoires.

Photo de la note envoyée le 17 janvier par l’équipe de sauvetage aux mineurs et à laquelle ces derniers ont répondu. On peut lire en mandarin : “tant que les opérations de sauvetage continuent, nous gardons espoir. Merci”.
Photo de la note envoyée le 17 janvier par l’équipe de sauvetage aux mineurs et à laquelle ces derniers ont répondu. On peut lire en mandarin : “tant que les opérations de sauvetage continuent, nous gardons espoir. Merci”. © Weibo

Les sauveteurs ont également pu mettre en place un téléphone avec fil pour communiquer avec les mineurs, et leur ont transmis des téléphones étanches au cas où le niveau de l’eau venait à augmenter encore. Selon les mineurs, leurs conditions physiques s’étaient améliorées depuis que des provisions et des médicaments leur avaient été transmis. En revanche, l’un d’eux, sévèrement blessé à la tête, est tombé dans le coma et est décédé le 20 janvier.

Le 12 février en ligne de mire pour les internautes

Depuis cette catastrophe, des volontaires se sont mobilisés autour des équipes de sauvetage pour aider les mineurs bloqués. Sur des images publiées sur les réseaux sociaux, on peut voir une association transmettre des repas chauds tous les soirs, 400 tartes à la viande et 200 bols de candji, un riz proche du porridge. D’autres volontaires ont amené des crêpes, des pains farcis et des pommes. Certains habitants de la province ont fait le déplacement spécialement à Qixia pour donner du millet, ou encore des conserves après avoir appris la nouvelle de l’effondrement de la mine.

Des volontaires du Qixia Sky Blue Charity Group distribuent du riz aux équipes de sauvetage sur le site de la mine d’Hushan. Image via Weibo.
Des volontaires du Qixia Sky Blue Charity Group distribuent du riz aux équipes de sauvetage sur le site de la mine d’Hushan. Image via Weibo. © Weibo

Le 19 janvier, une vidéo postée sur Weibo montre des villageois de Qixia se mobiliser pour préparer et livrer de la nourriture aux équipes de sauvetage.

Sur Weibo et Douyin, deux des principaux réseaux sociaux chinois équivalents respectifs de Twitter et  Tiktok, les soutiens aux mineurs se multiplient : le hashtag “Mine d’or de Qixia” en chinois a été vu 14,5 millions de fois sur Weibo, et des hashtags similaires l’ont été environ 20 millions de fois sur Douyin.

Nombreux sont ceux à souhaiter que les mineurs soient sortis d'affaires pour le 12 février 2021 prochain, jour du Nouvel an chinois, afin d’être réunis avec leur famille.

“C’est une autre nuit blanche, on donne tout ce que nous avons”

D’autres vidéos montrent également les équipes de sauvetage se mobiliser, comme sur cette vidéo postée le 15 janvier par un sauveteur.

Le 15 janvier sur Douyin, version chinoise de TikTok, une vidéo postée par un membre de l’équipe de sauvetage montre les opérations de sauvetage de nuit dans la mine d’Hushan. La légende indique : “Les opérations de secours continuent, merci à tous les volontaires pour la nourriture. C’est une autre nuit blanche, on donne tout ce que nous avons”

Une vidéo du 17 janvier montre les équipes de sauvetage frapper contre un tube de forage et entendre des sons en retour. "Il y a une réponse" s'écrie quelqu'un, provoquant l'exclamation de la foule.

Les ouvriers ont également procédé à dix forages près de l’entrée de la mine, dont un servira de canal de sauvetage pour remonter les mineurs à la surface. Un détecteur de pulsations cardiaques a été disposé dans l'un des trous pour essayer d'établir le contact avec les 10 mineurs disparus.

Le 18 janvier, une vidéo postée sur Douyin montre une interview d’un membre de l’équipe de sauvetage sur le site de la mine d’Hushan. Il dit : “Nous y sommes depuis sept heures, et nous avons envoyé sept personnes dans la mine en même temps [pour déblayer les débris, NDLR]. Tous ceux qui sont là travaillent non-stop 24 heures, car ce sont leurs frères qui sont bloqués là-dessous. Nous risquons nos vies pour les sauver”.​​​​​​​

Les causes de l’explosion dans la mine d’Hushan font l’objet d’une enquête. L’explosion n’a été portée à la connaissance qu’au bout de 30 heures, un délai jugé qui a retardé les efforts de sauvetage et suscité la critique de médias d’Etat comme la Télévision centrale de Chine, selon laquelle l’attitude de l’entreprise minière a été “intolérable” dans “cette course contre la mort”. Le secrétaire local du Parti communiste a été limogé.

Les accidents dans les mines ne sont pas rares en Chine et occasionnent des centaines de morts par an. Ils sont souvent dus à des explosions de gaz et à des normes de sécurité insuffisantes. En décembre 2020, 23 mineurs sont morts après une fuite de monoxyde de carbone dans une mine de charbon à Chongqing.