Accéder au contenu principal

Inde : l'air déjà pollué de New Delhi devient irrespirable après l'incendie d'une immense décharge

La décharge de Ghazipur en proie aux flammes le 25 novembre 2020.
La décharge de Ghazipur en proie aux flammes le 25 novembre 2020. © Rajesh Singh
4 mn

Le 25 novembre, un grand feu a embrasé la décharge de Ghazipur, aux abords de la capitale indienne New Delhi. Cette montagne de détritus, plus haute que le Taj Mahal, est un symbole des difficultés du pays à gérer ses déchets, qui génèrent énormément de pollution.

Publicité

Le feu et les fumées toxiques que l'incendie, dont on ne sait s'il était accidentel ou criminel, ont entraîné une forte dégradation de la qualité de l'air, alors que la ville fait déjà partie des plus polluées au monde. Selon les médias indiens, la qualité de l'air serait passée ce jour-là de "très mauvaise" à "sévère".

La responsable de la Commission environnement des autorités de New Delhi a annoncé sur Twitter une dégradation de la qualité de l'air à la suite du feu.

Les autorités ont annoncé avoir reçu l'alerte incendie dans la soirée de mardi 24 novembre, mais l'incendie était à son plus fort le 25 novembre.

Ce jour-là, plusieurs personnes ont filmé les flammes et les panaches de fumées qui se dégageaient du site, dont notre Observateur.

Deux vidéos tournées par notre Observateur, tournées respectivement le matin et l'après-midi du 25 novembre. 

"On a les yeux qui pleurent, des difficultés à respirer"

Rajesh Singh, 38 ans, est un père de famille et ingénieur en mécanique à New Delhi.

J'ai pu voir le feu dès mercredi. J'habite à quelques kilomètres et je travaille à environ 500 mètres de la décharge. On ne sait pas encore exactement qui ou quoi l'a déclenché, mais ce qui est sûr, c'est que ça a généré beaucoup de désagréments.

J'ai eu de la chance car le vent a dirigé les fumées dans la direction opposée à celle de mon bureau. Mais les zones touchées, notamment le quartier de Mayur Vihar [au sud-est du site, NDLR], a beaucoup souffert. Ces fumées créent généralement beaucoup d'irritations, on a les yeux qui pleurent, des difficultés à respirer, on étouffe. L'année dernière, il y a eu aussi un feu, mais bien moins grand. Cette fois, c'était vraiment impressionnant.

Je sais que les autorités travaillent pour réduire la taille et la hauteur de la décharge, mais ça demande beaucoup de travail. J'espère qu'ils réussiront à nettoyer la zone d'ici deux à trois ans.

Le feu s'est progressivement éteint le 27 novembre, à la suite de l'intervention des équipes de pompiers, comment en témoignent ces images tournées par notre Observateur dans la matinée.

Selon des médias indiens, la décharge de Ghazipur a été installée en 1984 et a atteint saturation en 2002.

L'évolution de la décharge de Ghazipur vue du ciel entre 2000 et 2019. 

Depuis, les autorités tentent de la vider sans succès, en l'absence d'une alternative viable.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.