Mexique : des membres d’un cartel rasent les cheveux d’une femme qui leur aurait "manqué de respect"

Capture d’écran d’une vidéo tournée à Los Reyes, dans l’État du Michoacán, au Mexique, diffusée le 31 décembre 2021.
Capture d’écran d’une vidéo tournée à Los Reyes, dans l’État du Michoacán, au Mexique, diffusée le 31 décembre 2021. © Compte Twitter "Unidad De Inteligencia Ciudadana".

Un homme masqué, membre d’un cartel, en train de raser les cheveux d’une femme en guise de "punition", au motif qu’elle leur aurait "manqué de respect" : c’est ce que montre une vidéo tournée dans une ville de l’État du Michoacán, au Mexique, diffusée le 31 décembre 2021. Selon un habitant, ce type d’incident ne serait pas rare dans la ville, pour punir les gens qui se seraient "mal comportés". 

Publicité

Cette vidéo a été diffusée le 31 décembre 2021 par le compte Twitter "Unidad De Inteligencia Ciudadana" ("Unité d’intelligence citoyenne"), où elle comptabilise plus de 25 000 vues. On y voit un homme masqué qui rase les cheveux d’une femme, tandis qu’une jeune fille semble la maintenir. On entend également une voix féminine qui supplie  : "S'il-vous-plaît, non, non, maman, ça suffit, maman !" La femme qui se fait raser crie : "Il me fait mal !" L’homme masqué donne ensuite une touffe de cheveux à la jeune fille. Une autre femme est visible, de dos.

Selon la légende accompagnant la vidéo, les faits se sont produits à Los Reyes, une ville située dans l’État mexicain du Michoacán, et ce sont des membres de "Cárteles Unidos" ("Cartels unis") qui auraient rasé les cheveux de la femme.

Il s’agit d’un groupement de plusieurs organisations criminelles présentes dans le Michoacán. Certaines d’entre elles ont d’abord été des "groupes d’autodéfense", avant de se transformer en groupes criminels se consacrant notamment au narcotrafic. Leur ennemi principal est le cartel de Jalisco Nouvelle Génération.

"Les gens du cartel l’auraient ‘punie’ pour ‘avoir manqué de respect au chef'"

Notre rédaction a contacté le compte Twitter "Unidad De Inteligencia Ciudadana", qui a diffusé cette vidéo. 

Les gens nous contactent quand ils veulent dénoncer des choses, dont ils ont parfois été témoins, s’il est impossible de porter plainte auprès des autorités, par exemple s’ils pensent qu’elles ont des liens avec les groupes criminels. 

Concernant cette vidéo, c’est la fille de la femme rasée qui nous l’a envoyée. Elle nous a raconté qu’elles étaient en voiture, quand elles ont vu des hommes bloquant l’accès à un parking avec leurs véhicules. Donc sa mère a klaxonné, puis elle est descendue de sa voiture pour parler avec l’un des conducteurs. Or c’était le chef de sécurité de Luis Enrique Barragán Chávez, également surnommé "Guicho de los Reyes" ou "El R-5". Ce dernier est le chef de "Cárteles Unidos" dans la zone, et il se trouvait aussi dans le véhicule. Les gens du cartel l’auraient alors "punie", en la rasant de façon humiliante, pour "avoir manqué de respect au chef". Puis ils lui ont dit de ne plus causer de problèmes, car ils ne seraient pas aussi sympas avec elle la prochaine fois. 

Depuis, cette famille a quitté le Michoacán, et la fille n’a pas voulu que leur nom soit publié avec la vidéo. [Selon le gouverneur du Michoacán, aucune plainte n’a été déposée concernant cet incident, mais il a annoncé qu’une enquête serait quand même ouverte, NDLR.]

"Guicho de los Reyes" commande toute la région. Son bastion, c’est Los Reyes : dans cette ville, plus de 1 000 hommes travaillent pour lui [un nombre que notre rédaction n’a pas vu vérifier, NDLR], ils circulent avec des véhicules blindés et des armes, et ils enferment les gens qu’ils enlèvent ou punissent dans des centres de désintoxication. Il a aussi des hommes à Peribán [une ville voisine de Los Reyes, NDLR]. Dans la zone, si des gens s’opposent à eux, ils doivent en payer le prix.

Vidéo publiée le 24 novembre 2021 sur TikTok, par un internaute visiblement membre des "Cárteles Unidos" : on y voit des hommes lourdement armés circuler dans des véhicules.  

"Il y a ce genre de ‘punitions’ régulièrement : cela peut être des coups sur les fesses, avec des planches"

Notre rédaction a également contacté un habitant de Los Reyes, qui a tenu a gardé l’anonymat pour des raisons de sécurité. Il a indiqué qu’il n’était pas rare que les groupes armés locaux infligent des punitions aux habitants.

Il y a ce genre de "punitions" régulièrement, mais en général ce sont des hommes qui en font les frais. Cela peut être des coups sur les fesses, avec des planches ou des tuyaux. Dans les cas les plus graves, les gens peuvent être enfermés durant plusieurs jours ou plusieurs mois dans des centres de désintoxication privés, que le cartel utilise comme prisons.

Vidéo publiée le 21 octobre 2020, par le compte Twitter "Unidad De Inteligencia Ciudadana" : on y voit un homme utiliser une planche pour frapper les fesses d’un autre homme. Les faits se seraient déroulés à Los Reyes ou Periban, où les habitants n’avaient "pas le droit de sortir de la ville sans autorisation". 

Les gens sont "punis" s’ils se "comportent mal" : par exemple, s’ils troublent l’ordre public, s’ils manquent de respect aux autres, s’ils volent, s’ils conduisent trop vite ou en état d’ébriété, s’ils causent des problèmes dans la rue…  

Personnellement, je n’ai jamais vu de gens être punis, mais j’en connais qui l’ont été : ils ont été amenés dans un centre de désintoxication. L’un d'eux devait de l’argent à un dealer de la région. Un autre avait maltraité sa femme et ses enfants. Un autre avait apparemment vendu de la drogue à Los Reyes, en provenance d’un autre endroit.

"Les habitants de Los Reyes sont habitués”

Concernant la femme qui a été rasée, j’ai également entendu dire qu’elle aurait été "punie" car c’est elle qui ferait payer le parking où les faits se sont déroulés, et apparemment, elle aurait été accusée d’abuser de sa position à plusieurs reprises.

Cela dit, certains groupes armés sont encore bien pires. Les habitants de Los Reyes y sont habitués. Très souvent, les habitants vont même les voir quand ils ont un problème, pour qu’ils servent d’intermédiaire ou qu’ils trouvent une solution, au lieu de la police…

Le conflit entre "Cárteles Unidos" et le cartel de Jalisco Nouvelle Génération, pour le contrôle du territoire, a déjà généré de nombreux problèmes dans la zone : fusillades, routes bloquées, coupures d’électricité… Selon le quotidien El País, le conflit touche actuellement de plus en plus de villes dans le Michoacán.