La vague de chaleur en Amérique du Nord pousse les ouvriers agricoles à travailler de nuit : "même comme ça, c’est horrible"

Des cueilleurs de myrtilles dans l’État de Washington travaillent de 3 h du matin à midi pour échapper à la vague de chaleur, comme le montre cette vidéo du 1er juillet 2021.
Des cueilleurs de myrtilles dans l’État de Washington travaillent de 3 h du matin à midi pour échapper à la vague de chaleur, comme le montre cette vidéo du 1er juillet 2021. © United Farm Workers.

La vague de chaleur historique qui touche l’Amérique du Nord depuis le 26 juin a particulièrement affecté les travailleurs agricoles : manquant souvent d’endroits ombragés pour s’abriter, les cueilleurs doivent travailler la nuit pour éviter la canicule, comme le montrent des vidéos sur les réseaux sociaux. La chaleur fait courir des risques supplémentaires à ces ouvriers qui exercent déjà dans des conditions précaires, alerte le syndicat.

Publicité

La saison de récolte des myrtilles et des cerises bat son plein dans le nord-ouest des États-Unis. Pour éviter que la chaleur inhabituelle ne détériore les baies, certains producteurs ont accéléré le rythme des récoltes pour cueillir les fruits au plus vite.

Sous une chaleur qui peut atteindre les 42 °C, les travailleurs agricoles de l’État de Washington, au nord-ouest des États-Unis, commencent désormais leur journée de travail à 3 h du matin pour éviter la canicule. 

Dans une vidéo publiée sur Facebook par le syndicat de travailleurs agricoles United Farm Workers le 3 juillet, on peut voir des cueilleurs munis de lampes frontales s’activer au milieu des myrtilliers alors qu’il fait encore nuit noire. "La chaleur est dangereuse, mais travailler dans le noir l’est aussi", plaide l’organisation sur Facebook, expliquant que "les cultivateurs doivent constamment bouger leurs échelles pour atteindre les fruits et des tracteurs circulent dans les vergers pour déplacer les corbeilles". Le 26 juin, un ouvrier agricole originaire du Guatemala est décédé dans l’Oregon.

Dans la légende, on peut lire que Lorena, l’une des travailleuses que l’on voit dans la vidéo, a envoyé cette vidéo à 3 h du matin.

“Un des jours qui a été très chaud, un mineur a failli s’évanouir."

Lorena, 44 ans, est ouvrière agricole près de Sunnyside, dans l’État de Washington. Elle a filmé plusieurs vidéos montrant comment les cueilleurs de myrtilles ont dû s’adapter à la vague de chaleur au cours des derniers jours :

J’aime beaucoup mon travail, mais cette année a été très chaude. Pour qu’on n’ait pas à vivre une telle chaleur, les patrons ont décidé qu’on commencerait à 3 h du matin et qu’on arrêterait à 11 h ou midi. Mais même comme ça, la chaleur est horrible.

On cueille des myrtilles, et certains parents amènent leurs enfants mineurs. Un des jours qui a été très chaud, un mineur a failli s’évanouir.

Cette vidéo filmée par Lorena a été publiée sur la page Facebook de United Farm Workers le 1er juillet.

Le syndicat United Farm Workers s’inquiète également du manque de protections pour les travailleurs face à la chaleur. Des bénévoles se sont aussi mobilisés pour distribuer des bouteilles d’eau fraîche aux travailleurs dans les vergers.

Des photos d’une des distributions d’eau quotidiennes organisées par Union Farm Workers ont été postées sur Facebook, le 28 juin.

Les contraintes liées à la chaleur s’ajoutent à des conditions de travail déjà précaires : rémunérés à la quantité de fruits récoltés, les ouvriers agricoles ont tendance à travailler de longues heures sans faire de pause pour boire et se reposer. Victoria Ruddy, directrice régionale de la région Nord-Ouest Pacifique de United Farm Workers, a indiqué à NBC News que certains cueilleurs de cerises étaient payés seulement 3,50 dollars (2,95 euros) par corbeille de 25 à 30 livres (11 à 13 kg) de fruits.

Une grande partie de ces ouvriers sont des migrants originaires d’Amérique centrale ou d’Amérique du Sud. Près de la moitié sont en situation irrégulière et risquent l’expulsion. Il n’est pas rare que des enfants à partir de 12 ans et des personnes âgées travaillent dans les exploitations agricoles.

 >>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : "Nous avons tout perdu" : au Canada, le village de Lytton s’embrase sous 49,6 °C et les habitants s’enfuient

James Michael, vice-président de l’association de producteurs Northwest Cherry Growers and Washington State Fruit Commission, a expliqué à Modern Farmer que la plupart des vergers utilisaient des arroseurs automatiques afin de faire baisser la température autour des arbres.

La vague de chaleur qui touche l’Amérique du Nord est due à un phénomène de dôme de chaleur, consécutif au changement climatique. Un record de température a été atteint avec 49,5 °C enregistrés à Vancouver au Canada, le 30 juin. La vague de chaleur a fait plusieurs centaines de morts dans les États du nord-ouest des États-Unis et au Canada.