"Nous avons tout perdu" : au Canada, le village de Lytton s’embrase sous 49,6°C et les habitants s’enfuient

Capture d'écran d'une vidéo filmée sur la route de Lytton, au Canada, le 30 juin 2021.
Capture d'écran d'une vidéo filmée sur la route de Lytton, au Canada, le 30 juin 2021. © 2 Rivers Remix Society

Depuis plusieurs jours, l’ouest du Canada subit un épisode caniculaire jamais vu, dû à un phénomène de "dôme de chaleur" lié au réchauffement climatique. Dans le village de Lytton, en Colombie britannique, les températures ont atteint 49,6 °C mardi, un record absolu dans le pays. Habitués à des températures moyennes de 30 °C à cette période de l’année, les habitants ont été évacués quand de nombreux feux se sont déclarés dans et autour du village.

Publicité

"Nous sommes tous sous le choc, les membres de notre communauté ont tout perdu". C’est avec ces mots qu’Edith Loring Kuhanga a résumé son état d’esprit et celui des habitants de Lytton, mercredi 30 juin, dans un texte publié sur Facebook, alors que sa ville était réduite en cendres par les feux spontanés causés par le "dôme de chaleur". 

Elle a publié plusieurs photos montrant ce petit village de 250 habitants, niché dans le lit du fleuve Fraser, en proie aux flammes. 

L’association culturelle indigène 2 Rivers Remix Society a publié, de son côté, deux vidéos montrant les nombreux départs de feu autour de Lytton dans une ambiance quasi apocalyptique. Autour du village, plus de 1 700 personnes vivent en zone rurale ou dans les six réserves de la communauté indigène Nlaka'pamux. 

Des bâtiments en feu à Lytton, le 30 juin 2021. Cette vidéo compile deux clips filmés depuis une voiture, publiés par l'association 2 Rivers Remix Society.
Des bâtiments en feu à Lytton, le 30 juin 2021. Cette vidéo compile deux clips filmés depuis une voiture, publiés par l'association 2 Rivers Remix Society. © 2 Rivers Remix Society

D’autres habitants ont partagé des vidéos des maisons en flammes et de la fumée qui se répandait dans la ville quand ils ont commencé à fuir. 

Dans une vidéo diffusée en direct sur Facebook, Nanette Phillips-Smith, habitante de Lytton, raconte :

J’ai quitté Lytton où il n’y a plus du tout de réseau téléphonique. […] Je vais aller à Kamloops et j’espère pouvoir joindre mon mari et mes enfants qui étaient dans le Westside [zone rurale près de Lytton, NDLR]. Je ne sais pas quoi faire d’autre. 

La solidarité s’organise

Le maire de Lytton, Jan Polderman, a indiqué que tous les habitants avaient reçu l’ordre d’évacuer la municipalité et de rejoindre la ville de Boston Bar où ils seront pris en charge. "C’est terrible, toute la ville est en flammes", a-t-il confié au média canadien CBC News. "Ça a pris en gros 15 minutes du premier signe de fumée jusqu’à ce que, tout d’un coup, il y ait du feu partout". 

D’autres villes voisines, comme celle de Merritt, ont ouvert des centres d’accueil pour les rescapés de Lytton. Sur Facebook, la solidarité s’organise avec de nombreux avis de recherches de proches et des habitants des villes et villages voisins offrant le gîte au Lyttoniens. 

“Si quelqu’un connait quelqu’un de Lytton qui a besoin d’un endroit où dormir j’ai de la place pour cinq personnes. Un lit double, deux lits simples et un canapé. Ma maison est climatisée. J’ai de quoi manger et une douche. S’il vous plaît, transmettez [ce message] à quiconque dans le besoin. Mon cœur est brisé pour Lytton”, annonce cette femme dans un groupe Facebook local. Nous avons masqué son numéro de téléphone et son nom.
“Si quelqu’un connait quelqu’un de Lytton qui a besoin d’un endroit où dormir j’ai de la place pour cinq personnes. Un lit double, deux lits simples et un canapé. Ma maison est climatisée. J’ai de quoi manger et une douche. S’il vous plaît, transmettez [ce message] à quiconque dans le besoin. Mon cœur est brisé pour Lytton”, annonce cette femme dans un groupe Facebook local. Nous avons masqué son numéro de téléphone et son nom. © Facebook

La vague de chaleur, particulièrement intense à Lytton, touche toute la région de part et d’autre de la frontière canado-américaine. Ce phénomène de "dôme de chaleur" résulte de hautes pressions qui emprisonnent l’air chaud dans cette zone. Pour les plus vulnérables, notamment les personnes âgées, les conséquences peuvent être dramatiques. Dans l’ensemble de la province de Colombie britannique, les autorités ont fait état d’un total de 486 décès entre le 25 et le 30 juin, contre 165 morts à cette période habituellement. Une augmentation de 195 % imputée au moins en partie aux fortes chaleurs.