Accéder au contenu principal

États-Unis : à Los Angeles, des familles sans-abri expulsées au soir de Thanksgiving

Expulsion de familles précaires à Los Angeles le 26 novembre.
Expulsion de familles précaires à Los Angeles le 26 novembre. © Capture d'écran / Twitter
6 mn

Les 25 et 26 novembre, juste avant les célébrations de Thanksgiving, des habitants de Los Angeles et plusieurs manifestants se sont opposés à l'expulsion de plusieurs familles occupant des maisons vacantes appartenant à l’État de Californie. Une partie de ces familles avaient commencé à occuper ces maisons au mois de mars, pour s’abriter pendant la pandémie. 

Publicité

Le 25 novembre, la veille de Thanksgiving, des agents de police ont été filmés en train de forcer la porte d’une maison dans le quartier d’El Sereno à Los Angeles.

Cette vidéo publiée le 26 novembre sur Twitter montre des agents de la California Highway Patrol forcer la porte d’une maison tandis que des voisins indignés leur crient d'arrêter, expliquant qu’une famille se trouve à l’intérieur.

Plusieurs maisons vacantes comme celle-ci, appartenant toutes à l’État de Californie, ont été occupées le 25 novembre par vingt familles du groupe militant "Reclaim and Rebuild Our Community". Dans une vidéo publiée sur Youtube, le groupe explique que ces familles vivaient jusqu’alors dans des voitures ou des campements. 

Plusieurs vidéos publiées sur les réseaux sociaux témoignent de l’intervention musclée des policiers dans ces maisons occupées. Indignés, plusieurs voisins du quartier ont alors tenté de s’interposer. Selon la chaîne d’information locale ABC7, une centaine d’agents étaient présents dans le quartier ce soir-là.

Dans cette vidéo également publiée le 26 novembre, un homme s’en prend aux agents : "Êtes-vous fiers de vous ? Joyeux Thanksgiving !"

Cette vidéo publiée le 27 novembre montre des manifestants faire face aux forces de l’ordre dans le quartier El Sereno de Los Angeles. 

Le soir du 26 novembre, lors des célébrations de Thanksgiving, des policiers sont à nouveau intervenus dans le quartier. Cette fois encore, ils ont fait face à de nombreux habitants venus manifester leur soutien aux familles et leur colère face aux images de la nuit précédente. 

Le nombre de personnes expulsées reste pour le moment inconnu. La rédaction des Observateurs de France 24 a contacté la police californienne, mais celle-ci n’a pas répondu à nos sollicitations. 

Des expulsions  "déchirantes" et "inacceptables"

Les activistes du groupe "Reclaim" ont occupé pour la première fois des maisons vacantes appartenant à l'État dans le quartier d’El Sereno en mars, alors que la Californie avait ordonné aux résidents de se confiner en raison de la pandémie de Covid-19.

Cette action a finalement conduit à la création d’un programme de logement de transition par l'État fin octobre : 23 des propriétés vacantes ont été transformées en logements temporaires pour des personnes dans le besoin. Parmi elles se trouvaient 13 familles suivies par les activistes du groupe "Reclaim". Les bénéficiaires de ce programme pourraient être autorisés à rester dans ces foyers pendant deux ans. Pour les militants, il est cependant nécessaire que ces maisons deviennent permanentes. 

Sur Twitter le 26 novembre, le conseiller municipal de Los Angeles, Kevin de León, a assuré que son bureau travaillait à trouver des solutions de relogement rapides et à développer des solutions à long-terme avec les représentants de l'État. Il a également critiqué l’intervention des forces de l’ordre, affirmant que les images des expulsions étaient "déchirantes" et "inacceptables". 

Il n’a cependant pas précisé si les familles expulsées étaient bénéficiaires du programme de logement de transition de l'État et occupaient des maisons en faisant partie. 

Dans un e-mail adressé à la chaîne d’information locale CBSLA, un représentant du département des transports de Californie a affirmé que les maisons en question étaient dangereuses et inhabitables, raison pour laquelle les agents ont reçu l’ordre d’en évacuer les occupants. 

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.