INTOX

Non, cette vidéo ne montre pas un coup d’État militaire récent au Gabon

Plusieurs utilisateurs affirment que ces images montrent un coup d'Etat récent au Gabon, mené par les militaires : c'est faux.
Plusieurs utilisateurs affirment que ces images montrent un coup d'Etat récent au Gabon, mené par les militaires : c'est faux. © Observateurs

Plusieurs comptes, notamment congolais, partagent depuis le 19 janvier un reportage de France 24 censé montrer une tentative de coup d’État qui aurait eu lieu récemment contre le chef de l’État gabonais Ali Bongo. Si ces images sont bien authentiques, elles sont anciennes et datent de 2019.

Publicité

La vérification en bref

  • Depuis le 19 janvier, plusieurs comptes partagent un reportage de France 24, censé montrer des militaires en train de prendre le pouvoir au Gabon, en l'absence du président Ali Bongo.
  • Ces images sont authentiques, mais elles datent du 7 janvier 2019 : ce jour-là, des militaires avaient profité de la convalescence du chef de l’Etat à l’étranger, à la suite d’un AVC, pour lancer un appel au soulèvement, une tentative finalement déjouée.
  • Ali Bongo est toujours au pouvoir : il a récemment effectué un déplacement en Guinée Equatoriale.

Le détail de la vérification

“Coup d’Etat signalé au Gabon !”, alerte le 21 janvier ce compte Facebook à l’effigie de Félix Tshisekedi, le président de la République Démocratique du Congo. “À en croire les premières images, l’armée a pris d’assaut la télévision publique gabonaise”, poursuit-il, dans une publication partagée près de 300 fois.

Pour ce compte Facebook, le coup d'Etat a eu lieu "hier vendredi 20 janvier".
Pour ce compte Facebook, le coup d'Etat a eu lieu "hier vendredi 20 janvier". © Twitter

A l’appui de ces affirmations, un reportage de France 24, qui montre des militaires annoncer à la radio nationale que “l’armée a décidé de se mettre du côté de son peuple afin de sauver le Gabon du chaos”. La tentative de coup d’Etat s’est déroulée en l’absence du président gabonais Ali Bongo, soigné au Maroc “après un accident vasculaire cérébral à la fin du mois d’octobre”, précise la présentatrice, Pauline Paccard.

Ces images rappellent de précédents putschs au Burkina Faso ou au Mali.

Sur Twitter, cet utilisateur qui relaie les mêmes images croit savoir que la tentative de coup d’Etat a eu lieu “cette nuit”, soit entre le 19 et le 20 janvier. “L'armée révolutionnaire gabonaise appelle la population gabonaise à se soulever contre [Ali Bongo]”, assure-t-il.

Cet utilisateur affirme qu'une "armée révolutionnaire gabonaise" serait derrière le coup d'Etat.
Cet utilisateur affirme qu'une "armée révolutionnaire gabonaise" serait derrière le coup d'Etat. © Twitter

L’intox est également répandue sur TikTok, comme dans cette publication du 20 janvier, vue plus de 300 000 fois. Le compte, également aux couleurs de la RDC, se montre alarmiste : “Ali Bongo en danger”, assure-t-il. Déjà, dans les commentaires, plusieurs personnes signalent que les images sont anciennes.

Sur TikTok, l'intox est également relayée par certains comptes congolais.
Sur TikTok, l'intox est également relayée par certains comptes congolais. © TikTok

Une tentative de coup d’Etat, oui, mais en janvier 2019

A l’aide d’une recherche sur google avec les mots clés “coup d'État Gabon France 24”, on peut retrouver le sujet d’origine. Il a été diffusé le 7 janvier 2019. La  tentative de putsch n’est donc pas récente, mais date d’il y a 4 ans.

Allocution des militaires à la radio nationale, tirs dans la capitale, Libreville, et absence d’Ali Bongo : tout est exact dans le récit des événements, sauf la date.

Dans cet autre article, on apprend que la tentative de coup d'État militaire a été déjouée. A l’antenne de France 24, le porte-parole du gouvernement de l’époque affirmait le jour même que “les forces de sécurité ont repris les positions autour de la radio et de la télévision”. Sur les cinq militaires du commando, deux ont été tués, un arrêté.

Cette fausse information n’a pas échappé à des médias de vérification africains, comme Bénin Check Info.

Ali Bongo est toujours au pouvoir

Aujourd’hui, Ali Bongo est toujours président du Gabon. Contrairement à ce qu’affirment les publications qui relaient le reportage de France 24, il ne se trouve plus au Maroc, où il était parti en convalescence après un AVC en octobre 2018.

Le 18 janvier, 24 heures avant les premières occurrences de la fausse information, il rendait une visite diplomatique à son homologue de Guinée équatoriale, Theodoro Obiang Nguema.

Le 20 janvier, le compte Twitter de la présidence gabonaise diffusait une photo de lui présidant un conseil des ministres à Libreville.

Cependant, son état de santé pose des interrogations sur son véritable rôle politique. C’est à la suite de son AVC de 2018 que des militaires avaient tenté de le renverser, en janvier 2019.

Depuis, l’opposition remet régulièrement en question sa capacité à diriger le pays.

Malgré l'état de santé jugé fragile d'Ali Bongo, sa formation politique, le Parti démocratique gabonais (PDG), l'a appelé à briguer un troisième mandat lors de l'élection présidentielle prévue en août 2023.