Que sait-on de ces vidéos d'hommes parachutés au Burkina Faso ?

Composition de deux captures d'écran à partir des deux vidéos relayées sur Facebook depuis le 30 septembre, où l’on voit un avion dans le ciel larguant des parachutistes.
Composition de deux captures d'écran à partir des deux vidéos relayées sur Facebook depuis le 30 septembre, où l’on voit un avion dans le ciel larguant des parachutistes. © Les Observateurs

Deux vidéos montrant des avions larguer des parachutistes dans le ciel du Burkina Faso ont été présentées dès le 30 septembre comme des preuves de l’arrivée de soldats étrangers en marge du coup d’État qui a renversé le lieutenant-colonel Damiba. Selon plusieurs témoins et sources officielles, les images ont été prises à Bobo-Dioulasso, la deuxième ville du pays, et montrent des entraînements de militaires qui ont lieu régulièrement dans cette ville.

Publicité

Un avion dans le ciel larguant des parachutistes, c'est ce qu'on voit dans deux vidéos relayées depuis le 30 septembre 2022. Dans une de ces deux vidéos, la personne qui filme parle d'une "situation préoccupante" et estime qu'il faut "se poser des questions".  

Des publications relayant ces vidéos vont plus loin : dans certains cas, il est affirmé qu'il s'agirait de parachutistes français, occidentaux ou en tout cas étrangers, qui seraient envoyés au Burkina Faso pour "sauver Damiba", le président par intérim déchu lors du coup d'État du 30 septembre.

Cette vidéo a originellement été publiée sur Facebook le 1er octobre 2022.
Cette vidéo a originellement été publiée sur Facebook le 1er octobre 2022. © Les Observateurs

Dans la deuxième vidéo, la personne qui filme les parachutistes dans le ciel explique en mooré, une des langues du Burkina Faso : "Vous qui êtes ici en train de faire le parachutage. Depuis hier, l'avion lance des parachutes pendant que des gens sont en train de mourir au Sahel. Allez faire le parachutage là-bas. Il n'y a pas de vérité ici. Ils sont à Bobo depuis hier. On ne vous veut pas ici. Il faut aller en brousse pour lancer les parachutes."

Cette vidéo a originellement été publiée sur Facebook le 30 septembre 2022.
Cette vidéo a originellement été publiée sur Facebook le 30 septembre 2022. © Les Observateurs

Une scène filmée à Bobo-Dioulasso

"Bobo" est le diminutif de Bobo-Dioulasso, capitale économique du pays située dans le sud-ouest du Burkina Faso. Les deux vidéos font référence à la même ville, signalant des sauts en parachute à partir du 30 septembre. Il n'y a aucune occurrence de ces vidéos en ligne avant cette date. 

En vérifiant les commentaires sur la plupart de ces publications, il est possible de retrouver des messages affirmant que les images montreraient des entraînements de parachutistes dans le ciel de la ville.

Commentaires sous l'une de ces publications.
Commentaires sous l'une de ces publications. © Les Observateurs.

 

Pour vérifier ces informations, la rédaction des Observateurs de France 24 a contacté plusieurs habitants de Bobo-Dioulasso : trois d'entre eux ont confirmé avoir vu des parachutistes au-dessus de leur ville entre le 26 et le 30 septembre, et ont expliqué ne pas y avoir particulièrement prêté attention.

La ville accueille en effet le centre de formation des troupes aéroportées et le 25e régiment de parachutistes commando du Burkina Faso. Les habitants contactés nous ont confié qu'il n'était pas rare d'observer des exercices militaires des parachutistes à Bobo-Dioulasso, certains parlant même d'opérations similaires au mois de juin dernier.

Des sources officielles confirment des exercices militaires de stagiaires parachutistes.

Contactées, deux sources au sein de la gendarmerie du Burkina Faso, qui ont requis l'anonymat,  expliquent que ces images n'ont rien d'anormal. L'une confirme : 

Il s'agit des exercices de saut de parachutistes menés par des militaires de l'armée burkinabè. Ce stage en saut para a commencé depuis plus d'un mois. Les officiels de la gendarmerie du Burkina Faso avaient des éléments sur place à Bobo-Dioulasso pour cet événement, dans le cadre de la nouvelle promotion des élèves sous-officiers. La gendarmerie est toujours informée de ce type d'événements de concert avec le chef d'état-major des armées.

Une autre source au sein de la gendarmerie à Bobo-Dioulasso précise :

Il s'agit d'élèves officiers de l'académie Georges Namoano (AMGN) de la ville de Pô qui faisaient un stage de saut para au 25e régiment parachutiste commando. Le stage en était à son dernier jour. Le 30 septembre au matin, personne n'avait de certitude qu'un coup d'État était en cours, donc il n'est pas surprenant que les opérations de formation aient continué normalement.

Une source au sein de l'armée burkinabè, qui a également requis l'anonymat pour des raisons de sécurité, a confirmé à notre rédaction que les images montraient bien des entraînements :

Il s'agit de sauts effectués par des stagiaires dans le cadre de l'obtention de leur brevet de parachutistes. Une grande partie sont des stagiaires de l'AMGN [encadrés par des parachutistes professionnels, NDLR] Ils effectuent les six sauts réglementaires pour l'obtention du brevet. Les derniers sauts ont eu lieu dans la matinée du 30 septembre.

Selon nos confrères de FasoCheck, site de vérification de faits au Burkina Faso, un autre contact au sein de l'armée burkinabè a précisé que "l'avion utilisé, un Hercule C-130, appartient à l'armée nigérienne qui le prête au Burkina dans le cadre de la coopération militaire entre les deux pays". Deux avions de ce modèle ont été offerts par les États-Unis au Niger, dont le dernier en décembre 2021.

La rédaction des Observateurs de France 24 n'est pas parvenue à géolocaliser avec précision les deux vidéos, ni à établir avec certitude la date à laquelle la vidéo a vraiment été filmée.

Mais comme les auteurs des images indiquent filmer à Bobo-Dioulasso, et que ces vidéos ont été publiées à partir du 30 septembre en fin de matinée, tout indique que ces images montrent bien des entraînements pour former des futurs parachutistes burkinabè.