RD Congo : à Butembo, des funérailles sous tension : “Cela ne peut qu’augmenter notre colère”

Le 29 juillet, des manifestants à Butembo, Nord-Kivu, RDC, transportent les cercueils des personnes tuées lors des manifestations anti-Monusco le mardi 26 juillet, pour une veillée mortuaire.
Le 29 juillet, des manifestants à Butembo, Nord-Kivu, RDC, transportent les cercueils des personnes tuées lors des manifestations anti-Monusco le mardi 26 juillet, pour une veillée mortuaire. © Capture d’écran vidéo TiKTok @djodjokitenge

Après les manifestations contre la Monusco à Butembo ayant fait 10 morts mardi 26 juillet, des habitants ont souhaité organiser une veillée mortuaire pour rendre hommage aux victimes dans la soirée du vendredi 29 juillet. Les corps, sortis de la morgue, ont été récupérés par la police durant la nuit moyennant des affrontements avec les manifestants. Des témoins racontent ce nouvel épisode de tension dans cette ville du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo.

Publicité

Mardi 26 juillet, les habitants de la ville de Butembo ont emboîté le pas à ceux de Goma qui, la veille, avaient manifesté pour le départ de la mission des Nations unies en République démocratique du Congo, la Monusco. Des manifestations qui ont entraîné la mort de treize personnes, dont dix manifestants et trois membres des casques bleus.

>> À lire sur les Observateurs : Assaut contre la Monusco à Butembo : récit d’un nouvel épisode de violences

Vendredi 29 juillet, les manifestants, déterminés à rendre hommage à ceux qui avaient été tués, se sont rendus à la morgue de Butembo pour récupérer les corps, sans autorisation formelle. Une journaliste témoin de la situation a expliqué à notre rédaction que l’ambiance était plutôt calme, que des chorales chantaient des cantiques religieux, et que les cercueils avaient été disposés sur des étalages de commerçants le long de l’artère principale de la ville sur le rond-point VGH. De part et d’autre de la veillée, des barricades en feu avaient été érigées pour dissuader une intervention policière.

@djodjokitenge

mes condoléances nous voulons la paix

♬ Safa Saphel' Isizwe - S'busiso Ngema

 "On a l’impression que personne ne comprend notre démarche"

Jean-Pierre Kasma est membre de la Lucha à Butembo, un groupe de la société civile participant aux manifestants contre la présence de la Monusco dans la région.

Dès le mercredi [27 juillet, au lendemain des manifestations, NDLR] nous avions effectué notre demande pour récupérer les corps, mais les autorités ne nous avaient pas donné de réponse. Nous voulions enterrer nos morts collectivement pour leur rendre hommage. Ils ont été tués alors qu’ils demandaient la paix, dans le cadre d’une manifestation communautaire. On voulait donc les enterrer dans des circonstances communautaires, notamment en créant un mémorial.

Dans cette vidéo, des manifestants ayant participé à la veillée mortuaire creusent des trous où ils souhaitent enterrer les victimes.

La police avait déjà essayé de nous disperser en fin d’après-midi, mais sans succès car la foule était très dense. Mais à la fin de la journée, les forces de police ont profité du fait que beaucoup de gens avaient quitté les lieux pour intervenir et disperser les manifestants restants. Ils ont ainsi emporté les corps profitant de la débandade.

C’était pour nous une totale déception, car la police est intervenue très violemment, et on a l’impression que personne ne comprend notre démarche. Tout cela ne peut qu’augmenter la colère des manifestants : nous ne faisons que réclamer notre droit à la paix et à la protection.

Les manifestants contactés accusent la police d’être intervenue violemment, utilisant notamment des chiens pour chasser les manifestants, visibles sur une vidéo diffusée par un manifestant sur les réseaux sociaux. Aucun manifestant n’a cependant été blessé.

Suite à une conciliation entre les autorités, les familles de victimes et les délégués des mouvements citoyens chefs de fil de protestation contre la présence de la mission onusienne, les victimes ont pu finalement être enterrées le lendemain, samedi 30 juillet, non sans tension.

"Tirer dans un lieu de recueillement, c’est inimaginable"

Loswire Shabani, également membre de la Lucha, était présent lors de cet enterrement.

Les cercueils ont été emmenés du camp militaire, là où ils avaient été récupérés par l’armée la veille, jusqu’au cimetière de Kitatumba. Ceux qui avaient participé à la veillée étaient là pour escorter le cortège. L’armée et la police étaient sous tension. Certains nous interdisaient même de chanter.

Alors que nous étions dans le cimetière de Kitatumba, il y a eu des échanges de jets de pierre et de tirs de sommation de la part de la police.

Des manifestants font face à des tirs de sommation lors de l'enterrement des victimes de Butembo, le 30 juillet.

Ce qu’il s’est passé est un sacrilège. Tirer dans un lieu de recueillement, c’est inimaginable. On a vraiment l’impression de ne pas être compris et cela renforce notre détermination à mener de nouvelles actions.

Lundi 1er août a eu lieu à Goma la cérémonie d'hommage aux trois casques bleus tués lors des manifestations anti-Monusco à Butembo la semaine dernière. Jean-Pierre Lacroix, secrétaire général adjoint de l’ONU aux opérations de paix, a durant cette cérémonie présenté ses condoléances aux familles des casques bleus et des civils tués et a promis des enquêtes en collaboration avec les autorités congolaises.