INTOX

"Un hélicoptère délivrant des armes aux terroristes", la dernière intox au Mali

Cet hélicoptère a été présenté comme une "preuve" que l'armée française ravitaillait des "terroristes" au Mali. Il n'en est rien.
Cet hélicoptère a été présenté comme une "preuve" que l'armée française ravitaillait des "terroristes" au Mali. Il n'en est rien. © Observateurs

Une vidéo partagée le 10 décembre dans de très nombreux groupes maliens sur Facebook prétend montrer un hélicoptère “ravitailler des terroristes” et accuse la France d’être derrière cette opération. Mais la vidéo, qui a aussi circulé au Nigeria en prétendant montrer un ravitaillement de Boko Haram, a en fait été filmée dans un parc national en Centrafrique. C'est une opération de réapprovisionnement de routine.

Publicité

Dans cette vidéo de près de 3 minutes, on voit un hélicoptère atterrir et plusieurs personnes s'affairer pour sortir des cargaisons.

Des publications, dont certaines ont dépassé les 300 000 vues, prétendent montrer “une preuve palpable” de l'implication de l'armée française au Mali dans le ravitaillement de groupes terroristes, rhétorique complotiste fréquemment utilisée pour attiser le sentiment anti-français dans le pays. 

Capture d'écran de la fausse information. Archivée ici : https://perma.cc/T3E7-YXQF
Capture d'écran de la fausse information. Archivée ici : https://perma.cc/T3E7-YXQF © Facebook

Une de ces vidéos a même circulé avec une voix off en bambara, une des treize langues nationales du Mali, qui affirme dévoiler des agissements qui s'organiseraient en brousse, souligne que les interlocuteurs parlent peul, et entretient la confusion sur leur identité. La voix note également la présence d'un “homme blanc” dans la vidéo 

La vidéo a également circulé au Nigeria à partir du 9 décembre prétendant montrer des “peuls”, les assimilant tantôt à des “terroristes” ou tantôt à des membres de Boko Haram qui auraient été ravitaillés.

Capture d'écran de l'intox circulant au Nigeria. Archivée ici : https://perma.cc/LTM3-SFR2
Capture d'écran de l'intox circulant au Nigeria. Archivée ici : https://perma.cc/LTM3-SFR2 © Facebook

Quels sont les indices visuels et sonores de cette vidéo ?

Plusieurs sources, dont des membres de l'association Tabital Pulaaku, dont les objectifs principaux sont la promotion du peul, ont confirmé à la rédaction des Observateurs de France 24 que les locuteurs dans la vidéo (à partir de 2:20) parlent bien le peul, mais avec un accent de l'est du Niger. La discussion ne révèle pour autant aucun indice particulier, et consiste en un échange de salutations et d'instructions sur le déchargement de l'hélicoptère.

En observant davantage la vidéo, il est cependant possible de repérer un indice capital : un logo visible sur l'hélicoptère, ainsi qu'un numéro, difficilement discernable, à l'arrière.

Capture d'écran de l'hélicoptère sur lequel on distingue un logo.
Capture d'écran de l'hélicoptère sur lequel on distingue un logo. © Observateurs

Après une enquête conjointe menée avec BenbereVerif, organe de vérification des informations au Mali, ce logo a été identifié : il s'agit de celui d'“African Parks”, une organisation non gouvernementale axée sur la conservation de la nature basée en Afrique du Sud, mais qui administre 19 parcs partout sur le continent africain. Ce logo se retrouve sur des images d'hélicoptères similaires disponibles sur les réseaux sociaux.

Hélicoptère de African Parks.
Hélicoptère de African Parks. © AFP / Tony Karumba

“L'hélicoptère transportait les équipes de sensibilisation à la transhumance du Chinko et leurs fournitures à l'intérieur du parc”

Contacté par la rédaction des Observateurs de France 24, le gestionnaire des opérations d'African Parks, Erik Mararv, a confirmé à notre rédaction que la vidéo avait bien été filmée dans le parc de Chinko, en Centrafrique, administré par son organisation. Il détaille :

Une vidéo circule en relation avec de fausses informations sur les réseaux sociaux, déformant l'emplacement, l'identité des personnes et les activités apparaissant dans les images.

African Parks peut confirmer que cette vidéo montre son hélicoptère effectuant une mission de réapprovisionnement de routine le 4 décembre dernier à Chinko, en République centrafricaine, qu'il gère en partenariat avec le gouvernement centrafricain. 

Au cours de cette mission, l'hélicoptère transportait les équipes de sensibilisation à la transhumance [de la réserve] de Chinko et leurs fournitures à l'intérieur du parc, installant une équipe et leurs fournitures sur le terrain, tout en récupérant une autre équipe. 

Ces équipes mènent des missions de sensibilisation prolongées sur le terrain pour dialoguer avec les éleveurs de bétail se déplaçant dans la région de façon saisonnière, où elles initient un dialogue autour de l'emplacement [de la réserve] de Chinko pour les encourager à utiliser les itinéraires correctement établis autour du périmètre du parc.

Selon African Parks, ces équipes de sensibilisation ne sont d'ailleurs "pas armées" et sont "clairement identifiées et recrutées au sein de la communauté locale” afin d'établir un dialogue de confiance avec les éleveurs locaux. 

Cette fausse information est loin d'être la seule qui a accusé l'armée française au Mali ces dernières semaines : de nombreuses intox affirmant montrer la présence d'hélicoptères russes, ou encore que l'armée française “pillait l'or du Mali” avaient circulé.

À lire sur les Observateurs :

Cette vidéo ne montre pas un entraînement d'hélicoptères livrés par la Russie au Mali

Des images de soldats français au Mali pillant les réserves d'or du pays ? Attention, intox !