INTOX

Un Congolais qui détruit des camions chinois dans une mine ? Attention intox !

Cette vidéo a été présentée comme celle d’un ouvrier congolais détruisant des camions avec un tractopelle dans une compagnie minière car furieux contre ses patrons chinois. Mais elle vient en réalité de Turquie.
Cette vidéo a été présentée comme celle d’un ouvrier congolais détruisant des camions avec un tractopelle dans une compagnie minière car furieux contre ses patrons chinois. Mais elle vient en réalité de Turquie. © Observateurs

Une vidéo a été présentée comme celle d’un ouvrier congolais détruisant des camions avec un tractopelle dans une compagnie minière, au motif qu'il était furieux contre ses patrons chinois. Mais elle a en réalité été tournée en Turquie. 

Publicité

La vidéo a été relayée environ une dizaine de fois sur Facebook. Une des publications, où la vidéo a été vue quelque 125 000 fois, affirme que la scène montre un ouvrier congolais qui détruit des camions dans une mine appartenant à une entreprise chinoise. Des publications ajoutent même parfois que la scène aurait lieu à Kolwezi.

Vidéo publiée par un internaute affirmant que la scène s'est déroulée en République démocratique du Congo. Vidéo archivée ici.

La publication joue sur un ressentiment bien réel envers la communauté chinoise présente en République démocratique du Congo : la rédaction des Observateurs de France 24 a documenté plusieurs incidents ayant eu lieu ces derniers mois dans des concessions minières administrées par des entreprises chinoises.

>> À lire sur les Observateurs : RD Congo : violences en série dans les concessions minières exploitées par des entreprises chinoises 

D’où vient cette vidéo ?

Une recherche via l’outil Invid Weverify (voir ici comment procéder) permet de retrouver plusieurs articles dans des médias turcs recensant cet incident mi-septembre.

Dès le 13 septembre, des médias comme CNN Türk ont rapporté que les faits s'étaient déroulés à Sirnak et qu'il s'agissait d'un conflit impliquant un homme qui aurait détruit les camions de l’entreprise de son oncle au motif qu'il n'avait pas récupéré son salaire. 

Quelques jours plus tard, le chef d’entreprise Hakan Mağrur a publié une lettre pour préciser qu’il avait lui-même pris la décision de détruire des véhicules appartenant à son entreprise YMR Madencilik à Sirnak après une dispute avec ses associés.

Il a précisé notamment au média GazeteeMek :

Le 15 août 2021, j'ai endommagé cinq machines de construction appartenant à la société minière. Mes partenaires et moi avons réglé l'affaire entre nous. Il n'y a aucune animosité entre nous. J'ai payé tous les dommages moi-même. Je ne me plains à personne, il n'y a personne qui a été victime de l'incident en question. Il n'y a ni demandeur ni défendeur dans cette affaire.

Lettre signée par Hakan Magrur, chef d'entreprise de YMR MADENCİLİK à Sirnak affirmant être l'auteur des dégradations après "une dispute".
Lettre signée par Hakan Magrur, chef d'entreprise de YMR MADENCİLİK à Sirnak affirmant être l'auteur des dégradations après "une dispute". © https://www.gazeteemek.net/

Le chef d’entreprise n’a cependant pas précisé les raisons exactes de la dispute à l’origine de l’incident. Selon nos confrères de l’AFP Factuel, la mairie de Sirnak aurait également confirmé l’incident en renvoyant vers une dépêche de l’agence turque DHA exposant les mêmes informations. 

Conclusion

Cette vidéo n’a pas été filmée en République démocratique du Congo mais en Turquie et n’a rien à voir avec une vengeance d’un ouvrier congolais contre des entrepreneurs chinois du secteur minier.