Ouganda : ces images de violences et de fraudes supposées n’ont pas été prises en marge de la présidentielle

À gauche, une photo de policier qui serait en train de participer à une fraude électorale lors du scrutin présidentiel de janvier 2021 ; à droite, une scène supposée montrer des partisans du candidat de l'opposition tués par les forces de l'ordre.
À gauche, une photo de policier qui serait en train de participer à une fraude électorale lors du scrutin présidentiel de janvier 2021 ; à droite, une scène supposée montrer des partisans du candidat de l'opposition tués par les forces de l'ordre. © Twitter

Le scrutin présidentiel en Ouganda, qui touche à sa fin, a été marqué par une coupure des réseaux sociaux et des accusations de fraude et de violences. Dans ce contexte tendu, plusieurs internautes ont diffusé des images prétendant montrer de tels incidents. Mais attention, ces images sont anciennes et certaines n’ont même pas été prises dans le pays.

Publicité

Si le président de la commission électorale a estimé jeudi soir que le vote s’est "généralement déroulé dans le calme dans tout le pays", les semaines qui ont précédé le jour du vote ont été émaillées par des épisodes de violences, d’arrestations et d’émeutes.

Le principal candidat de l’opposition, Bobi Wine, a publié sur Twitter vendredi 15 janvier une mise en garde : le scrutin présidentiel serait selon lui entaché de violences et de fraudes.

"Malgré des fraudes massives et des violences à travers tout le pays plus tôt aujourd’hui, les choses s’annoncent plutôt bonnes. Merci à l’Ouganda pour votre mobilisation et pour avoir voté en masse", a déclaré Bobi Wine le 15 janvier sur Twitter.

Alors qu’il s’oppose à Yoweri Museveni, qui brigue un sixième mandat après 35 ans au pouvoir, Bobi Wine a été arrêté à plusieurs reprises et au moins 54 personnes ont été tuées par la police lors de violences déclenchées par une de ses arrestations fin novembre.

>> LIRE SUR LES OBSERVATEURS : Ouganda : des émeutes après l’arrestation d’un opposant tournent au carnage

Reste que plusieurs images partagées sur les réseaux sociaux ces derniers jours affirment que des violences et fraudes ont été filmées ou photographiées. Mais elles ont été sorties de leur véritable contexte.

Des militants de Bobi Wine tués pour avoir voulu voter ?

La première vidéo, dont nous ne publions qu’une capture d’écran, montre une scène particulièrement violente. Plusieurs personnes en sang gisent sur le sol, au milieu d’une route. Plusieurs soldats, armés et en uniforme, commencent à tirer certains des corps vers un véhicule de type pick-up pour a priori les transporter ailleurs.

Tweet publié le 15 janvier 2021, floutage réalisé par France 24.
Tweet publié le 15 janvier 2021, floutage réalisé par France 24. © Twitter

En légende d’un tweet partagé plus de 50 fois, on peut lire : "Voici ce qui est en train de se passer en Ouganda en ce moment même ! Les jeunes supporters de Bobi Wine sont tués comme ça juste parce qu’ils veulent exercer leur droit démocratique et voter." Une autre occurrence de la vidéo sur Twitter, qui suppose que la scène s’est déroulée en Ouganda, a elle été partagée plus de 690 fois.

En réponse à ces tweets, de nombreux internautes soulignent que la vidéo est douteuse pour deux raisons : la langue ne correspondrait pas à une langue ou un accent ougandais, et les soldats auraient un équipement ressemblant davantage à celui d’un pays voisin : la République démocratique du Congo.

Sur la portière on distingue clairement le sigle des forces armées de la République démocratique du Congo.
Sur la portière on distingue clairement le sigle des forces armées de la République démocratique du Congo. © Twitter

Et on peut effectivement lire sur un véhicule des soldats le sigle FARDC, qui correspond aux Forces armées de la République démocratique du Congo. Impossible donc que ces images aient été tournées en Ouganda, d’autant plus dans un contexte électoral ou de maintien de l’ordre.

Cependant, nous n’avons pas réussi à retrouver le véritable contexte dans lequel ces images ont été tournées.

Des policiers photographiés en train de voler des urnes ?

Une série de deux photos, repérée par nos confrères de Pesa Check, a également largement circulé sur Twitter. On y voit un policier s’emparer d’une urne électorale au milieu d’une foule mécontente.

"Un policier pris avec une urne pleine de bulletins de votes cochés en faveur de Mu7 [surnom du président Yoweri Museveni, NDLR]. La triche nous prive de notre choix. Ils ont commencé leurs jeux", peut-on lire en légende des images publiées le 14 janvier 2021.
"Un policier pris avec une urne pleine de bulletins de votes cochés en faveur de Mu7 [surnom du président Yoweri Museveni, NDLR]. La triche nous prive de notre choix. Ils ont commencé leurs jeux", peut-on lire en légende des images publiées le 14 janvier 2021. © Twitter

Les internautes qui partagent ces photos affirment qu’il s’agit de cas de fraude concernant l’élection de 2021. Or, une recherche d’image inversée (voir ici comment procéder) sur chacune des photos permet de confirmer qu’elles ont toutes les deux été prises en 2016 à l’occasion d’un précédent scrutin présidentiel, comme le confirment plusieurs articles de presse publiés à l’époque.

À gauche, un article de Voice of America et, à droite, un article de The Independent, tous deux publiés en février 2016
À gauche, un article de Voice of America et, à droite, un article de The Independent, tous deux publiés en février 2016 © VOA/Independent