Accéder au contenu principal
SENEGAL

Au Sénégal, les pêcheurs et les jeunes frappés par la crise se tournent vers les îles Canaries

Plusieurs images partagées sur des groupes WhatsApp au Sénégal ces derniers mois montrent de nombreux jeunes quitter le pays en pirogues pour se rendre aux îles Canaries. Captures d'écran / images reçues par la rédaction des Observateurs de France 24.
Plusieurs images partagées sur des groupes WhatsApp au Sénégal ces derniers mois montrent de nombreux jeunes quitter le pays en pirogues pour se rendre aux îles Canaries. Captures d'écran / images reçues par la rédaction des Observateurs de France 24.
4 mn

Publicité

La route migratoire des Canaries, empruntée par des dizaines de milliers de migrants dans les années 2000, semble redevenir une porte d'entrée en Europe. Depuis plusieurs mois, sur la côte sénégalaise, des départs à bord de longues pirogues de pêche traditionnelles s’organisent. Nos Observateurs expliquent que ces départs touchent principalement des pêcheurs, désemparés face à la raréfaction des ressources halieutiques, et des jeunes frappés par la crise liée à la pandémie de Covid-19.

Le phénomène n’est pas nouveau et rappelle à beaucoup la "crise des Cayucos" de 2006 à 2008. À cette époque, près de 40 000 personnes avaient débarqué à bord d’embarcations de pêche sur l'archipel espagnol des Canaries. L’année 2006, lors de laquelle plus de 31 000 arrivées avaient été comptabilisées, est particulièrement restée dans les mémoires en Espagne, mais aussi au Sénégal.

Non loin de Dakar, à Thiaroye-sur-mer, le drame des disparus en mer et l’expérience malheureuse de certains jeunes rapidement renvoyés au Sénégal, avaient abouti à la création l’année suivante, en 2007, de l’Association des jeunes rapatriés (Ajrap), pour prévenir et lutter contre les départs illégaux.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.