Électeurs décédés ou qui ont déménagé : des doute autour des L’élection présidentielle américaine du 3 novembre prochain verra un nombre inédit d’Américains voter par courrier à cause de la pandémie de Covid-19. Si la procédure a été validée par la plupart des États américains, le président Donald Trump et ses partisans expriment régulièrement leurs craintes quant à ce système qu’ils accusent de favoriser une potentielle fraude. Ces dernières semaines, plusieurs internautes ont partagé des photos montrant des bulletins qu’ils avaient reçus mais destinés à d’autres personnes, voire même parfois à des personnes décédées. Ces erreurs peuvent-elles réellement influencer le vote ? Éléments de réponse avec deux experts du système de vote américain.

Le 30 septembre dernier, un internaute, Richie McGiniss a posté sur Twitter une photo affirmant avoir reçu quatre bulletins de votes de Washington D.C pour quatre personnes qui ne vivent plus à cette adresse. Sa publication a ainsi provoqué une vague de réactions inquiètes, et a même été relayée par Kayleigh McEnany, le chargé de presse de la Maison Blanche, qualifiant cet exemple de système "prônant la fraude".



Le 27 septembre, Tom Daniel, un utilisateur de Facebook, avait lui aussi publié une photo d’un bulletin envoyé automatiquement pour voter dans le New Jersey, affirmant qu’il l’avait reçu par erreur. Dans son message estampillé de l’hashtag #Trump2020, il explique qu’il vit et vote en Floride depuis 2016, et invite les autres internautes à exposer la "fraude venant des États qui envoient automatiquement les bulletins de vote par courrier". Il ajoute "nous savons quel camp pousse pour cela".

I just received my automatically distributed mail-in ballot in MIDDLESEX COUNTY, NJ, after having never participated in...

Posted by Tom Daniel on Sunday, September 27, 2020


Le président américain Donald Trump a lui-même publié au moins huit tweets depuis septembre à propos de ce qu’il appelle des "votes indésirables", affirmant que "80 millions de bulletins" auraient été envoyés par les États et que "l’escroquerie des votes par correspondance est une menace majeure pour notre démocratie, et les Démocrates le savent".
Des bulletins envoyés à des personnes décédées

D’autres internautes ont également indiqué avoir reçu des bulletins pour des personnes mortes, comme l’internaute Carolyn Quinn sur Twitter. Elle a posté le 6 Octobre une photo de bulletins de vote reçus dans le New Jersey et destinés à ses parents décédés, accompagnée de la légende "Alerte à la fraude électorale ". Contactée par la rédaction des Observateurs de France 24, elle explique que ses deux parents sont décédés l’année dernière. Elle a transmis à France 24 des documents attestant de leur décès.



En 2020, la situation de pandémie de Covid-19 a poussé 24 États américains et la ville de Washington D.C. à opter pour le système de vote par courrier, contre seulement 16 en 2016. Le nombre d’États envoyant directement les bulletins de vote aux électeurs enregistrés a aussi doublé, passant de cinq en 2016 à dix cette année. Le New York Times explique que les données statistiques montrent que davantage d’électeurs Démocrates devraient voter par courrier que d’électeurs Républicains.
 

"Il sera très difficile d’orchestrer ce type de fraude à l’échelle nationale"


Passés ces constats, dans quelle mesure ces bulletins envoyés par erreur pourraient-ils entraîner une fraude électorale ? La rédaction des Observateurs de France 24 a contacté deux experts du système de vote américain : la professeure Lonna Atkeson de l’Université du Nouveau-Mexique, et Trey Hood de l’Université de Géorgie.

Une étude détaillée menée par le centre de Justice de Brennan en 2017 a montré que la fraude électorale aux États-Unis était rare, et n’approchait jamais des niveaux pouvant influencer le résultat de l’élection. Une autre étude publiée en 2014 par le Washington Post avait identifié 31 cas crédibles d’usurpation d’identité entre 2000 et 2014 sur un total d’un milliard de votes étudiés.

Parallèlement, au moins un cas de fraude dans une élection organisée avec du vote par correspondance a été identifié selon Lonna Atkeson :
 
La fraude que nous avons remarqué concerne des endroits où les résultats vont être serrés. Ça a été le cas lors d’une élection municipale plus tôt cette année à Paterson, dans le New Jersey, qui a été annulée après que 20% des bulletins de votes ont été identifiés comme frauduleux.

On craint que le vote par correspondance universel crée plus d'opportunités pour que les gens perturbent le système. Il est en effet plus difficile de retracer la chaine de contacts pour un bulletin de vote envoyé par la poste en comparaison avec un bulletin mis directement dans l'urne.

"Les contrôles de sécurité empêchent les actes les plus flagrants de fraude"


Plus de la moitié des États comparent les signatures des bulletins de votes reçus avec les signatures enregistrées par les électeurs dans les bases de données. Mais Lonna Atkeson explique que la rigueur de ces vérifications reste variable :
 
Chaque État a ses processus plus ou moins rigoureux pour valider les bulletins de vote. Dans les États qui ont opté pour le vote par correspondance universel comme au Colorado ou l’Utah, il y a eu des cas où des bulletins soumis avaient été signés par quelqu’un d’autre que le votant, et qui ont donc été annulés. Il existe ainsi des contrôles de sécurité empêchent les actes les plus flagrants de fraude.

Cependant, la vérification des signatures n’est pas une science exacte, à la fois pour les bulletins de votes valides, mais aussi pour ceux qui sont invalides. Mais je crois que les processus en place restent suffisamment solides pour assurer la sécurité du système.

Trey Hood partage le même avis :
 
Cela dépend vraiment de l’État : les États-Unis ont en fait 50 systèmes d’élection différents, et donc différents garde-fous. La Caroline du Nord a par exemple ce qu’on appelle un "témoin d’affirmation", quelqu’un qui doit signer en tant que témoin pour attester que la personne qui a envoyé le bulletin a bien voté.

Un autre garde-fou, comme en Géorgie, est que le votant demande un vote par procuration. Dans ce sens, c’est le votant qui initie le processus lui-même, qui n’est donc pas automatique.

"Si nous n’avons pas le sentiment que nos représentants sont élus honnêtement, nous perdons la promesse fondamentale de la démocratie"


Lonna Atkeson explique que la plus grande victime de ces suspicions pourrait être la confiance des électeurs dans le processus électoral.
 
Nous avons un bon système d’élection. Mais dans le contexte du Covid-19, nous devons changer les processus, ce qui crée de la confusion et du doute. Historiquement, ces changements ont toujours mené vers des problèmes administratifs. Le manque d’expérience des administrations de certains États peut affecter la perception des votants quel que soit le camp et la légitimité des élections.

De mon point de vue, il y a un discours des deux camps qui est de nature nuisible pour cette élection. Du côté des Démocrates, on parle d’accès au vote, et de suppression des listes électorales. Du côté des Républicains, on parle de fraude. Je pense que les deux sont dans l’erreur. Mon inquiétude est que ces deux discours vont miner le système électoral de façon générale. Si nous n’avons pas le sentiment que nos représentants sont élus honnêtement, nous perdons la promesse fondamentale de la démocratie.